« La coopération Sud-Sud a offert des solutions concrètes à des défis communs, de nombreux pays devenant des sources d’appui et d’inspiration pour des approches du développement novatrices.  » — António Guterres, Secrétaire général de l'ONU

Qu’est-ce que la coopération Sud-Sud ?

La coopération Sud-Sud fait référence à la coopération technique entre les pays en développement du Sud. Il s'agit d'une manifestation de la solidarité entre les pays du Sud qui, ensemble, contribuent au bien-être de leurs populations, ainsi qu'à leur autonomie économique, et permettent d'accélérer les progrès vers la mise en œuvre des 17 Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies.

La coopération Sud-Sud est donc le fruit d'importants efforts de coopération entre les pays du Sud dans les domaines politiques, économiques, sociaux, culturels, environnementaux ou techniques. Cette coopération peut intervenir sur une base bilatérale, régionale, intrarégionale ou interrégionale. Les pays en développement partagent leurs connaissances, leurs compétences, leurs expertises, ainsi que leurs ressources pour atteindre les objectifs de développement par le biais d'efforts communs.

La Journée des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud (12 septembre) vise à sensibiliser l'opinion publique aux activités menées par les Nations Unies en matière de coopération technique entre les pays en développement. Elle met en lumière les progrès économiques, sociaux et politiques observés ces dernières années dans les régions et les pays du Sud.

Thème 2019 : De l'engagement à l'action - Suivi du Plan d'action de Buenos Aires +40

En 1978, la première Conférence des Nations Unies sur la coopération technique entre pays en développement (CTPD)  s'est tenue en Argentine. Elle a été à l'origine du Plan d’action de Buenos Aires pour la promotion et la mise en œuvre de la coopération technique entre pays en développement (BAPA).

Les objectifs de base de la coopération Sud-Sud sont énumérés dans ce plan d'action, approuvé par l'Assemblée générale la même année (Résolution 33/134).

À l'occasion du 40ème anniversaire de l'adoption du Plan d'action de Buenos Aires, la deuxième Conférence de haut niveau sur la coopération Sud-Sud Lien externe Document en anglais, appellée aussi BAPA+40, s'est déroulée du 20 au 22 mars 2019, à Buenos Aires.

 

Les objectifs de la collaboration Sud-Sud

  • Encourager l’autosuffisance des pays en développement en renforçant leurs capacités à trouver des solutions créatives pour faire face à leurs problèmes de développement, conformément à leurs propres aspirations, valeurs et besoins spécifiques ;
  • Promouvoir et renforcer l’autosuffisance collective entre les pays en développement grâce à l’échange d’expériences, la mise en commun, le partage et l’utilisation de leurs ressources techniques et d’autres ressources, et le développement de leurs capacités complémentaires ;
  • Renforcer la capacité des pays en développement à identifier et analyser collectivement leurs principaux problèmes de développement et à formuler les stratégies nécessaires pour y remédier ;
  • Accroître la quantité et la qualité des collaborations au titre de la coopération internationale pour le développement par la mise en commun des capacités en vue d’améliorer l’efficacité des ressources qui y sont consacrées ;
  • Développer les capacités technologiques dans les pays en développement et renforcer les capacités existantes afin d’en améliorer l’efficacité, accroître la capacité de ces pays à absorber et adapter les technologies et augmenter leurs compétences pour répondre à leurs besoins spécifiques en matière développement ;
  • Intensifier et améliorer les communications entre pays en développement en vue d’amener ces derniers à une meilleure prise de conscience de leurs problèmes communs et de leur offrir un accès plus large aux connaissances et aux expériences actuelles, et de promouvoir la création d’un nouveau savoir pour s’attaquer aux problèmes de développement ;
  • Reconnaître et répondre aux problèmes et aux exigences des pays les moins avancés, des pays en développement sans littoral, des petits États insulaires en développement et des pays les plus gravement touchés, par exemple, par les catastrophes naturelles et autres crises ;
  • Permettre aux pays en développement d’accroître leur participation aux activités économiques internationales et d’élargir la coopération internationale pour le développement.