« Pour des millions de personnes dans les situations de conflit de par le monde, le maintien de la paix est une exigence porteuse d’espoir. Œuvrons ensemble afin que le maintien de la paix soit plus efficace pour protéger les populations et promouvoir la paix. » — António Guterres, Secrétaire général de l'ONU

Protéger les civils, protéger la paix

Célébrée le 29 mai, la Journée internationale des Casques bleus de l’ONU rend hommage au personnel civil, policier et militaire pour sa contribution inestimable au travail de l’ONU. Elle constitue aussi l’occasion d’honorer la mémoire de plus de 3 800 Casques bleus qui ont perdu la vie en servant sous le drapeau des Nations Unies depuis 1948, dont 98 hommes et femmes en 2018.

Le thème retenu pour la Journée internationale des Casques bleus de l’ONU cette année, « Protéger les civils, protéger la paix », marque le 20e anniversaire de la MINUSIL (Sierra Leone), la première mission de maintien de la paix ayant reçu expressément pour mandat de protéger les civils.

Au cours des 20 dernières années, la protection des civils a été de plus en plus au cœur des opérations de maintien de la paix des Nations Unies. Aujourd’hui, plus de 90 % de nos soldats de la paix déployés dans huit opérations de maintien de la paix — à Abyei et au Darfour, en République centrafricaine, en République démocratique du Congo, en Haïti, au Liban, au Mali et au Soudan du Sud — ont pour mandat de protéger les civils. Ces soldats de la paix risquent leur vie au quotidien pour protéger les civils de la violence.

La première mission de maintien de la paix a été établie le 29 mai 1948 lorsque le Conseil de sécurité de l’ONU a autorisé le déploiement d’un petit nombre d’observateurs militaires au Moyen-Orient afin de veiller au respect des accords d’armistice entre Israël et les régions arabes avoisinantes. Ce groupe d’observateurs militaires a ainsi formé l’Organisme des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêve (ONUST).

Depuis lors, plus d’un million d’hommes et de femmes ont servi dans 72 opérations de maintien de la paix ayant des répercussions directes sur la vie de millions de personnes, protégeant les plus vulnérables dans le monde et sauvant d’innombrables vies. Du Cambodge à El Salvador, en passant par le Libéria, la Sierra Leone, le Timor-Leste et ailleurs, les Casques bleus aident les pays dans leur transition de la guerre à la paix.

Aujourd’hui, les opérations de maintien de la paix des Nations Unies comptent sur plus de 88 000 militaires, policiers et civils (provenant de 124 États Membres), 13 000 civils et 1 300 Volontaires des Nations Unies déployés dans 14 opérations sur quatre continents. Malgré l’envergure de ces opérations, le budget du maintien de la paix représente moins de 0,5 pour cent des dépenses militaires mondiales. Le maintien de la paix s’avère donc être un bon investissement pour la paix, la sécurité et la prospérité mondiales.

L’an dernier, le Secrétaire général a lancé une nouvelle initiative intitulée « Action pour le maintien de la paix » qui vise à restructurer les activités de maintien de la paix en faisant preuve de réalisme, à rendre les missions de maintien de la paix plus fortes et plus sûres et à mobiliser un appui plus large en faveur de solutions politiques et de forces bien structurées, bien dotées en matériel et bien formées. Plus de 150 États Membres et organisations régionales ont fait leur la Déclaration d’engagements communs qui s’inscrit dans le cadre de « Action pour le maintien de la paix », ce qui témoigne d’un large soutien en faveur de cette initiative.

La Journée internationale des Casques bleus de l’ONU sera célébrée au Siège de l’ONU à New York le 24 mai. Le Secrétaire général déposera une gerbe en l’honneur de tous les Casques bleus qui ont perdu la vie sous le drapeau de l’ONU l’an dernier. En outre, la médaille Dag Hammarskjöld sera décernée à titre posthume aux Casques bleus tombés au champ d’honneur en 2018.

 

        
        
Logo du maintien de la paix