L'ozone

Visualisation de la formation et de l'évolution du trou d'ozone du vortex antarctique au-dessus du pôle Sud du 1er septembre au 4 décembre 2014, créé à l'aide des données de la sonde spatiale NASA Aqua. NASA/JPL-Caltech

L'oxygène que nous respirons et qui est si important pour le maintien de la vie à la formule chimique O2. L'ozone est une variété gazeuse de l'oxygène dont la formule chimique est O3 (trois atomes d'oxygène). L'ozone est un oxydant extrêmement puissant.

La majorité de l'ozone naturel se trouve en altitude, dans une région de l'atmosphère nommée la stratosphère, entre 10 et 40 kilomètres au-dessus de la surface de la Terre et forme ce que l'on appelle la couche d'ozone. Cet ozone stratosphérique absorbe fortement certains rayons ultraviolets du soleil, protégeant ainsi les organismes de la planète contre certaines radiations nocives pour la santé et la vie sur la Terre. Grâce à ce rôle bénéfique, l'ozone stratosphérique est considéré comme étant un « bon » ozone.

L'ozone troposphérique, c'est à dire l'ozone qui se trouve à la surface même de notre planète, formé par les polluants, produits de l'activité humaine, contribuent aux gaz à effet de serre et au réchauffement planétaire, et est considéré un "mauvais" ozone parce qu’il peut être nuisible aux hommes, aux plantes et aux animaux. Une certaine quantité de l'ozone à la surface de la Terre est naturel, et considére profitable.

Pourquoi devons-nous prendre soin de l'ozone?

Nous devons prévenir la dégradation de la couche d'ozone parce qu'elle nous protège, absorbant certaines radiations ultraviolets du soleil qui peuvent se révéler dangereuses pour la santé et la vie sur notre planète. L'ozone qui apparait naturellement près de la surface de la Terre et dans la basse atmosphère est également profitable et doit être également protégé car il participe à l'élimination des polluants de l'atmosphère.

Trou dans la couche d'ozone

A la suite de la publication d'un article par le British Antarctic Survey Disponible en anglais en mai 1985, le phénomène de dégradation de la couche d'ozone sur l'Antarctique a été nommé « trou d'ozone », une expression attribuée au Prix Nobel Sherwood Rowland. L'image satellite du trou dans la couche d'ozone est devenue le symbole global de cette menace environnementale qui a aidé à mobiliser et à remporter l'adhésion du public pour le Protocole de Montréal.

Le travail des scientifiques étudiant l’atmosphère et des chercheurs en environnement continue de jouer un rôle prépondérant en matière d'information quant à la politique suivie par le Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d’ozone. Les images et les bulletins scientifiques au sujet de l'appauvrissement en ozone sont des outils de communication utiles pour faire part des progrès accomplis et renseigner sur les défis à venir.

Les dernières mesures de la couche d'ozone

Les liens ci-dessous mènent vers des sites extérieurs, tenus par des tiers. Ces sites ne sont pas sous le contrôle de l'ONU, qui n'est responsable du contenu d'aucun d'entre eux ni d'aucun lien proposé par eux. Ces liens sont proposés à des fins pratiques et n'impliquent aucune caution de la part de l'ONU.