Message du Secrétaire général António Guterres

À l’occasion de la Journée internationale de la non-violence, nous rendons hommage à la clairvoyance et à la sagesse de mahatma Gandhi, dont nous célébrons également l’anniversaire.

En cette période de conflits prolongés et de défis complexes, la non-violence prônée par Gandhi demeure une source d’inspiration. Bâtir un monde sans violence – et régler les différends par des moyens pacifiques – est au cœur même des travaux de l’ONU.

Alors que les inégalités se creusent et que la mondialisation équitable est un impératif, rappelons également l’attachement de Gandhi à la justice sociale.

Alors aussi que le monde s’emploie à atteindre les objectifs de développement durable, garantir l’égalité entre les sexes et ne pas faire de laissés-pour-compte, l’attachement de Gandhi à la dignité humaine peut montrer le chemin.

Comme l’a dit un jour Gandhi, « la non-violence est la plus grande force de l’humanité ». La Charte des Nations Unies incarne bien ce principe en son chapitre VI où, face aux menaces contre la paix, elle préconise de rechercher la solution, « avant tout », par voie de négociation, de médiation, de règlement judiciaire, ou par d’autres moyens pacifiques.

Gandhi a prouvé que la non-violence pouvait changer le cours de l’histoire. Que son courage et sa foi puissent guider nos pas alors que nous continuons de promouvoir la paix, le développement durable et les droits de l’homme pour tous les peuples du monde.