Message du Secrétaire général de l'ONU, António Guterres

Nous célébrons cette année l’Année internationale des langues autochtones, que l’Assemblée générale des Nations Unies a instaurée pour attirer l’attention sur l’urgente nécessité de préserver, revitaliser et promouvoir les langues autochtones.

Les langues sont ce par quoi nous communiquons : elles sont inextricablement liées à notre culture, notre histoire et notre identité. Près de la moitié des quelque 6 700 langues recensées dans le monde – dont beaucoup sont des langues autochtones – sont menacées de disparition. À chaque fois qu’une langue disparaît, le monde voit se perdre tout un savoir traditionnel.

On compte environ 370 millions d’autochtones dans le monde. Beaucoup sont encore privés de droits élémentaires et continuent de voir leur mode de vie, leur culture et leur identité menacés par une discrimination systématique et l’exclusion – une situation en contradiction avec l’objectif de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones et du Programme de développement durable à l’horizon 2030, lequel promet de ne laisser personne de côté.

Je compte sur les États Membres pour inviter et aider les peuples autochtones à décider de leur développement au moyen de politiques inclusives, équitables et accessibles. L’ONU se tient prête à soutenir toutes les initiatives visant à réaliser les droits et les aspirations des peuples autochtones.