Le Secrétaire général Kofi Annan prononce sa déclaration à l’ouverture du débat général de haut niveau, le 13 janvier 2005 à Port-Louis, Maurice
Le Secrétaire général Kofi Annan prononce sa déclaration à l’ouverture du débat général de haut niveau sur le Programme d’action pour le développement durable des petits États insulaires en développement, le 13 janvier 2005, Port-Louis, Maurice. Photo ONU

Réunion internationale d’examen de la mise en œuvre du Programme d’action pour le développement durable des petits États insulaires en développement du 10 au 14 janvier 2005, Port-Louis, Maurice

Contexte

La Stratégie de Maurice

En 2002, le Sommet de Johannesburg recommanda la tenue d’une réunion internationale afin d’examiner l’application du Programme d’action de la Barbade (BPoA) et de réaffirmer l’engagement politique de tous les pays vis-à-vis des petits États insulaires en développement.

En 2005, se tint la Réunion internationale de haut niveau à Port-Louis, Maurice. Les participants adoptèrent à l'unanimité la Déclaration de Maurice ainsi que la Stratégie de Maurice pour la poursuite de la mise en œuvre du Programme de la Barbade. En ayant conscience des défis auxquels étaient confrontés les PEID dans la mise en œuvre du programme, en particulier les ressources financières limitées et la réduction de l'aide publique au développement, la Stratégie de Maurice énumère cette fois des actions touchant un ensemble de dix-neuf domaines prioritaires.

  • changements climatiques et élévation du niveau de la mer ;

  • catastrophes naturelles et environnementales ;

  • gestion des déchets ;

  • ressources côtières et marines ;

  • ressources en eau douce ;

  • ressources foncières ;

  • ressources énergétiques ;

  • ressources touristiques ;

  • diversité biologique ;

  • transports et communications ;

  • science et technologie ;

  • renforcement durable des capacités et éducation en vue du développement durable ;

  • environnement national et régional favorable ;

  • reclassement des pays qui appartenaient à la catégorie des pays les moins avancés ;

  • commerce : mondialisation et libéralisation ;

  • production et consommation durables ;

  • santé ;

  • gestion des connaissances et information au service de la prise de décisions ;

  • culture.

Les quatorze premiers domaines thématiques ci-dessus s'appuient sur le Programme d’action pour le développement durable de 1994, et les cinq derniers sont considérés comme de nouveaux thèmes.