Group of women working on a computer Group of women working on a computer

Les femmes comme agents de changement

Le Secrétaire général de l’ONU a mis en avant le leadership des femmes en raison de leur capacité singulière à « promouvoir des solutions » lorsqu’elles sont équipées.

Dans les pays ruraux et en développement, les femmes contribuent considérablement à soutenir leurs ménages, à prendre soin de la famille, à la nourrir et générer des revenus pour le foyer. Les analyses effectuées par l’ONU ont démontré que les hommes et les femmes ont des mécanismes d’adaptation différents et sont diversement vulnérables aux changements climatiques. Il n’est donc pas surprenant que la dynamique du genre  soit prise en compte dans la conception et la mise en œuvre de stratégies visant l’adoption d'une approche adaptative pour répondre aux changements climatiques.

L’ONU met en évidence les femmes du monde entier comme des agents de changement et leur apprend comment intégrer des solutions climatiquement rationnelles  dans leurs activités. Non seulement ces approches communautaires profitent à l’environnement, mais elles équipent aussi les femmes et les aident à améliorer la qualité de vie de leurs familles et de leurs communautés, tout en contribuant au développement durable.

En Côte d’Ivoire par exemple, les femmes représentent 70% du secteur agricole, mais ne possèdent que 3 pour cent des terres qu’elles cultivent. En utilisant des méthodes traditionnelles et à forte intensité de main-d’œuvre, les femmes ont lutté pour réaliser des bénéfices dans la production du beurre de karité, une filière dans laquelle le pays est renommé. Lorsque l’ONU-Femmes et ses partenaires locaux ont adopté un programme  qui a aidé les femmes à moderniser ce procédé, en s’efforçant de limiter la déforestation, elles ont pu augmenter la production pour créer un produit supérieur qui leur a également permis de devenir compétitives sur le marché et d’améliorer leurs marges bénéficiaires.

Au Mali, les femmes étaient découragées par la dégradation croissante des terres et des ressources naturelles, qui menaçait leur source de revenus agricole. Un programme de l’ONU a introduit des techniques d’agriculture durable pour les aider à moderniser leurs techniques agricoles et à maîtriser les pratiques de conservation respectueuses de l’environnement. Dans un pays où les femmes qui pratiquent l’agriculture représentent la moitié de la population, ces aptitudes contribuent aussi largement à rendre les femmes moins vulnérables et à les mettre à l’abri de la pauvreté.

L’esprit et la vitalité des femmes ne devraient jamais être sous-estimés en tant que catalyseurs du changement. Grâce à une initiative de l’ONU-Femmes au Liberia, des femmes illettrées d’un certain âge, un groupe particulièrement vulnérable, préconisent l’énergie solaire comme source alternative au pétrole, plus cher et plus dangereux, et réduisent la dépendance aux combustibles fossiles. Formées en tant qu’ingénieurs solaires, ces femmes aident leurs communautés à jouir d’une meilleure qualité de vie. Les gens peuvent circuler plus librement grâce à l’amélioration des conditions de sécurité la nuit, les enfants peuvent étudier plus longuement en toute sûreté dans des chambres bien éclairées, et les moyens de subsistance se développent avec l’avènement de nouveaux travailleurs dotés de compétences nouvelles.