Solar power panels generate energy for a newly renovated local administrative building Solar power panels generate energy for a newly renovated local administrative building

Emplois verts : le seul chemin à suivre

D’après un rapport de l’OIT, 24 millions de nouveaux emplois seront créés dans le monde d'ici 2030, à condition que des pratiques durables soient adoptées et mises en œuvre.

D’après un rapport de l’Organisation internationale du travail (OIT), 24 millions de nouveaux emplois seront créés dans le monde d'ici 2030, à condition que des pratiques durables soient adoptées et mises en œuvre .

Ainsi, des millions de personnes pourront surmonter la pauvreté et améliorer leurs conditions de vie, conformément aux objectifs de l’Accord de Paris qui souligne l’engagement des pays à opérer une transition juste et à créer les conditions pour un travail décent et des emplois verts. Le rapport indique que la disparation de quelques emplois, pour la plupart dans l’industrie pétrolière, sera compensée par ceux créés dans le secteur des énergies renouvelable et grâce au passage à une économie circulaire.

Dans les pays en développement, où les pauvres sont les plus affectés par l’impact des changements climatiques, l’OIT œuvre pour promouvoir et intégrer un développement social et économique respectueux de l’environnement, en soutenant les emplois verts et en renforçant les opportunités d’activités génératrices de revenus. Dans la Zambie rurale, le Programme des emplois verts a donné un nouveau mode de vie aux cultivateurs pauvres pratiquant l’agriculture de subsistance et les a aidés à améliorer leur productivité. Grâce aux technologies vertes, les femmes ont appris à construire des maisons et en ont construit dix-huit en cinq mois. Compte tenu du nombre élevé d’habitants non reliés et de la crise énergétique que connait la Zambie, plusieurs personnes n’ont jamais eu l’électricité. Ce programme a formé des femmes à l’assemblage et à l’installation de panneaux solaires, qui ont été fixés sur les maisons nouvellement construites. Il s’agit là de compétences capables de changer une existence, qui profitent à toute la communauté et préservent l’environnement.

Au Sri Lanka , déjà classé quatrième pays le pays vulnérable du monde à l’impact des changements climatiques, les inondations à répétition de 2016 et 2017 ont gravement nui aux régions productrices de thé, qui représente une source de revenus pour de nombreux habitants. En 2018, l’OIT a collaboré avec les autorités locales et nationales pour élaborer un modèle visant à atténuer l’impact des mauvaises conditions météorologiques sur les moyens de subsistance, grâce à une meilleure gestion des ressources en eau disponibles. Ce projet, qui s’inscrit dans le cadre du programme phare de l’OIT intitulé Emplois pour la paix et la résilience , est un modèle que l’OIT espère voir adopter par les partenaires de développement pour être reproduit dans d’autres régions du Sri Lanka et d’ailleurs frappées par la sécheresse et les inondations.

Dans l'Égypte rurale, une initiative commune de l’OIT , du gouvernement et de l’université locales a permis de mettre en œuvre un projet pilote dans le cadre duquel les agriculteurs pauvres ont appris à produire du biogaz à partir du fumier de leur élevage, qui, à son tour, a fourni une source d’énergie en d’engrais abordable, débouchant sur une augmentation des revenus et de la production des récoltes. Ce programme a également permis de créer des emplois pour des étudiants nouvellement diplômés qui se rendent dans les villages pour y former les populations à la production de biogaz, tout en y promouvant des technologies durables sur le plan environnemental.