2 juin 2021

Le marché mondial de la bicyclette connaît un véritable essor. Même avant la pandémie de COVID-19, ce secteur était très porteur, mais aujourd’hui plus que jamais, on commence à comprendre le vrai pouvoir de la bicyclette. Lors de la Journée mondiale de la bicyclette 2021, nous avons célébré l’utilisation croissante de ce moyen de transport et l’idée que le deux-roues pouvait changer le monde.

Des données de Strava Metro et de Google montrent une augmentation de l’activité cycliste dans presque toutes les parties du monde. Entre février et juin 2020, le nombre de demandes d’itinéraires à vélo sur Google a augmenté de 69 % dans le monde. Des mesures planifiées et en faveur du vélo déjà mises en œuvre ont changé notre environnement depuis que de nombreuses personnes et de nombreuses autorités nationales ont adopté le vélo comme solution de mobilité sûre pendant la pandémie. Le vélo est le mode de transport le plus sain, le plus respectueux de l’environnement, le plus inclusif et le plus rentable.

Tandis que les fournisseurs de bicyclettes s’efforcent de faire face à la demande, que les villes redessinent leurs rues et que les économistes calculent les parts de marché potentielles, à World Bicycle Relief, nous avons trouvé une nouvelle validation de notre mission : donner aux personnes et à des communautés entières vivant dans des régions rurales la possibilité d’utiliser le vélo comme moyen de transport afin de mettre fin à la pauvreté intergénérationnelle chronique de manière évolutive et durable.

Nous sommes convaincus que les programmes de distribution de bicyclettes à grande échelle au sein d’écosystèmes favorables peuvent créer des changements positifs et contribuer de manière significative à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD). Cela suppose de reconnaître le rôle essentiel des solutions en matière de transport durable pour améliorer une croissance inclusive, élargir l’accès aux services essentiels, accroître l’égalité des sexes et lutter contre les changements climatiques. 

Le vélo comme solution de transport

Dans les régions rurales en développement où la majorité des personnes n’ont pas accès à des moyens de transport sûrs, abordables et fiables, et sont donc contraintes de se déplacer à pied ou dans des minibus bondés moyennant un paiement, le vélo peut tout changer. World Bicycle Relief fournit des vélos et des programmes de soutien conçus pour les régions rurales des pays en développement. Les vélos Buffalo assemblés localement sont robustes et permettent de transporter des charges de 100 kg. Ils sont rentables et faciles à entretenir. Les écosystèmes de la mobilité à vélo gérés par les communautés assurent la disponibilité des pièces de rechange, la formation de mécaniciens, les compétences et les connaissances nécessaires pour réparer les vélos et répondre aux besoins des utilisateurs.

Au cours de l’année dernière, dans les pays d’Afrique sub-saharienne et en Colombie, pays que nous aidons, la demande de vélos s’est accrue comme partout ailleurs. Les tarifs des autobus ont augmenté, car moins d'utilisateurs ont emprunté les transports publics et les réglementations gouvernementales ont limité les options disponibles. Les grands marchés ont fermé, forçant les entrepreneurs à s’adapter en faisant du porte-à-porte pour vendre leurs produits. Les populations vivant dans des régions reculées avaient particulièrement des difficultés à s’approvisionner et devaient se rendre dans des marchés éloignés, la chaîne d’approvisionnement ayant été interrompue. Là où les populations rencontraient déjà des difficultés avec la pandémie, l’augmentation des tarifs de transport n’a fait qu’exacerber la situation. L’importance du vélo n’a jamais été aussi évidente, comme l’illustre la rapidité avec laquelle les fournisseurs de vélos ont obtenu le statut de « service essentiel » dans la plupart des pays.

L’impact d’un vélo
Avant la pandémie, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a estimé qu’environ 132 millions de filles dans le monde étaient déjà déscolarisées. Aujourd’hui, plus de 11 millions de filles risquent de ne pas retourner à l’école lorsque les écoles rouvriront. La mobilité à vélo élargit l’accès à l’éducation et peut être essentielle pour prolonger la scolarité des filles, comme indiqué dans une étude expérimentale aléatoire contrôlée d’Innovations for Poverty Action (IPA) réalisée en 2019. L’étude « Bicycles for Educational Empowerment Program »(BEEP) réalisée par World Bicycle Relief a montré que l’accès au vélo dans les zones rurales de Zambie améliore les acquis scolaires des filles ainsi que les résultats en matière d’autonomisation. L’absentéisme des filles qui se rendent à l’école à vélo a diminué de 28 %. Après deux ans de pratique, les filles qui vont à l’école à vélo ont 19 % moins de chances de quitter l’école.

Une étude d’impact sur les producteurs laitiers en Zambie rurale a montré que des vélos fiables les aidaient à livrer aux centres de collecte une plus grande quantité de lait et un lait de meilleure qualité. Ils ont pu augmenter leur productivité et leur revenu mensuels de 23 % par rapport à la livraison faite à pied. Cela signifie une plus grande sécurité alimentaire et une amélioration des moyens de subsistance pour des familles entières.

Le vélo pourrait aider près d’un milliard de personnes vivant dans des régions rurales qui risquent d’être laissées de côté simplement par le manque d’accès à l’éducation, à la santé, aux marchés ainsi qu'à d’autres services essentiels.

World Bicycle Relief est soutenu par un mélange innovant de modèles à but lucratif et de modèles à but non lucratif. Les revenus de Buffalo Bicycles Ltd., notre entreprise sociale à but lucratif détenue à 100 %, qui vend à nos partenaires et aux particuliers des vélos Buffalo adaptés aux besoins ainsi que des pièces de rechange, aident à soutenir les programmes de World Bicycle Relief axés sur la communauté destinés à ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter un vélo. Les résultats concrets obtenus influencent et inspirent d’autres pays à intégrer la mobilité rurale dans leurs politiques, leurs programmes et leurs budgets.

Au début de 2021, nous avons livré plus de 550 000 vélos, formé plus de 2 500 mécaniciens et créé 35 points de vente de vélos afin de créer des emplois et de mettre à disposition les connaissances en matière d’entretien ainsi que des pièces de rechange.

Personne n’est laissé de côté

World Bicycle Relief envisage un monde où le secteur privé, les gouvernements, les organisations non gouvernementales et les bailleurs de fonds s’engagent à mettre en place des systèmes, des programmes et des politiques qui sont inclusifs. L’accès rural est l’étincelle nécessaire pour générer une réaction en chaîne dynamique qui soutient nos objectifs mondiaux afin de parvenir à un monde plus juste et plus durable. Lorsque des possibilités sont offertes à tous ceux qui vivent dans des communautés rurales, y compris les femmes et les filles, ceux-ci peuvent rejoindre et soutenir des économies florissantes et stimuler une croissance économique inclusive.

Pour donner corps à cette vision, nous avons engagé une conversation mondiale et nous nous attachons à traiter les questions fondamentales afin de résoudre le défi de l’accès rural. En tant qu’outil intersectoriel, le vélo peut fournir une solution abordable et équitable, selon le principe directeur de l’ODD « Ne laisser personne de côté ». 

Entre le monde où nous vivons et le monde que nous voulons existent d’innombrables routes non pavées. Le vélo et les systèmes qui le soutiennent permettront de combler ce fossé. La Journée mondiale de la bicyclette offre une occasion de célébrer la bicyclette comme un outil du développement, non seulement comme un moyen de transport, mais aussi comme un moyen d’accès.

L’essor actuel du vélo ne devrait pas nous étonner. Le deux-roues a permis à l’humanité de se déplacer pendant plus de deux siècles et continuera à avoir ce pouvoir pour les générations à venir ! 

 

La Chronique de l’ONU ne constitue pas un document officiel. Elle a le privilège d’accueillir des hauts fonctionnaires des Nations Unies ainsi que des contributeurs distingués ne faisant pas partie du système des Nations Unies dont les points de vue ne reflètent pas nécessairement ceux de l’Organisation. De même, les frontières et les noms indiqués ainsi que les désignations employées sur les cartes ou dans les articles n’impliquent pas nécessairement la reconnaissance ni l’acceptation officielle de l’Organisation des Nations Unies.