29 juin 2021

Il y a plus de 2000 ans, le philosophe grec Aristote proposait une division du monde en trois zones climatiques — la zone frigide, la zone tempérée et la zone torride — et considérait que les êtres humains civilisés ne pouvaient vivre que dans l’une d’entre elles, la zone tempérée1.

En 2021, plus de 3 milliards de personnes vivent dans la zone torride — les tropiques — lieu d’une diversité biologique et culturelle extraordinaire dont l'histoire est complexe et parfois traumatisante. Compte tenu de la croissance démographique plus rapide que dans le reste du monde et des défis environnementaux, il est essentiel de parvenir à un développement durable dans les tropiques pour garantir un avenir durable pour notre planète.

Le rapport initial sur l’état des tropiques, intitulé State of the Tropics Report (Rapport sur l’état des tropiques) a été lancé au Myanmar le 29 juin 2014. Ce rapport historique, l’aboutissement d’une collaboration de trois ans entre 12 institutions de spécialisées dans les recherches sur les tropiques, offrait une perspective unique sur cette région, dont l’importance ne cesse de croître. Deux ans plus tard, plus de 70 pays se sont associés pour coparrainer la résolution 70/267 de l’Assemblée générale désignant le 29 juin Journée internationale des tropiques.

La Journée internationale des tropiques est l’occasion de reconnaître que les pays et les territoires situés dans cette zone partagent de nombreux défis et de nombreuses possibilités uniques provenant d’autres sources que leur situation politique et économique actuelle et historique.

Région située dans une zone qui s’étend entre le tropique du Cancer au nord et le tropique du Capricorne au sud, les tropiques sont un lieu d’une extraordinaire diversité. Non seulement ils couvrent un vaste éventail de systèmes socioéconomiques et politiques, mais ils abritent aussi la plus grande partie de la biodiversité mondiale ainsi que les régions les plus diversifiées sur le plan linguistique et culturel.

La grande majorité des pays tropicaux ont été, à un certain moment de leur histoire, soumis à la colonisation et malgré une décolonisation massive au cours de la deuxième moitié du XXe siècle, les effets continuent à se faire sentir. L’exploitation, l’extraction et l’appropriation des ressources des pays coloniaux ont modelé les économies qui ont des difficultés à être compétitives sur le plan international sans un soutien externe sous la forme d’aide ou d’investissement. En outre, les frontières nationales qui ont été établies par les pays colonisateurs contribuent souvent à créer des conditions culturelles complexes qui exacerbent les conflits. Dans de nombreux cas, les pays riches situés en dehors des tropiques demeurent les bénéficiaires du colonialisme passé.

Malgré cela, dans de nombreux cas, il a été récemment constaté un changement qui laisse entrevoir des perspectives prometteuses. L’espérance de vie continue de progresser; la prévalence des maladies a diminué; et avant la pandémie, les enfants scolarisés étaient plus nombreux que jamais. La croissance économique demeure forte.

Toutefois, un certain nombre de tendances incitent à la réflexion, même en dehors de l’impact de la pandémie. Pour la première fois depuis le début du siècle, la sous-alimentation a augmenté et l’extrême pauvreté persiste. La dette est une autre préoccupation pour les pays à revenu faible, et le nombre de réfugiés reconnus et de personnes déplacées dans leur propre pays est aujourd’hui le plus élevé que la région ait connu. Les émissions de gaz à effet de serre continuant d’augmenter, les effets résultant des changements climatiques se feront sentir dans les communautés et les écosystèmes tropicaux.

Les objectifs du Programme de développement durable à l’horizon 2030 sont axés sur l’éradication de la pauvreté, l’élimination de la faim ainsi que sur la construction d’un avenir plus sain, plus sûr et plus durable pour tous. Selon les dernières estimations du rapport sur l’état des tropiques (2020), la grande majorité des populations vivant dans l’extrême pauvreté (85 %) vivent sous les tropiques. Le fardeau des maladies est plus important et moins de personnes ont accès aux infrastructures essentielles comme l’électricité, les sources d’eau et les installations sanitaires améliorées. Les forêts tropicales humides et les récifs coralliens — des écosystèmes qui sont indispensables pour une planète durable — sont également des questions abordées dans le rapport. Les données sont claires : les objectifs du Programme 2030 doivent être atteints dans les tropiques ou ils ne le seront jamais nulle part.

Les tropiques ont également de multiples possibilités. La population des régions tropicales est jeune et de plus en plus instruite et les pays de cette zone ont développé un marché numérique enregistrant la plus forte croissance dans le monde. Dans la plupart des scénarios futurs projetés, les nations tropicales, dont la population est jeune et qui connaissent une croissance démographique rapide, comme l’Inde, l’Indonésie, le Nigéria et les Philippines, sont appelées à devenir des économies mondiales majeures au cours du siècle prochain.

Avec une formation et un investissement appropriés, les pays tropicaux seront en mesure de sauter les étapes traditionnelles du développement et d’évoluer vers un avenir plus durable. Déjà, le commerce en ligne, le recyclage innovant et l’agriculture durable offrent de nouvelles perspectives et un avenir prospère. Des solutions tropicales innovantes aux problèmes tropicaux complexes émergent.

Nous ne comprenons pas encore tout l’effet que la pandémie aura dans les tropiques, mais nous savons qu’il sera important. Nous constaterons probablement un renversement de certaines grandes tendances, en particulier celles liées à la pauvreté, à la sous-alimentation et au bien-être. Les pays et les communautés dont les systèmes de santé sont faibles et qui dépendent beaucoup du tourisme, des envois de fonds et des exportations de marchandises sont susceptibles d’être les plus touchés.

Il ne fait aucun doute qu’il est plus important que jamais de concentrer notre attention sur les populations et les environnements tropicaux — un avenir sain, durable et prospère pour le monde en dépend.

Le dernier rapport sur l’état des tropiques, intitulé « La fracture numérique sous les tropiques », a été publié le 29 juin, accompagné d’un webinaire spécial réunissant des experts issus des tropiques. Vous trouverez plus d’information sur ce webinaire ainsi que toutes les autres publications concernant l'état des tropiques sur le site www.jcu.edu.au/state-of-the-tropics.

 

Notes

1. Aristote, Météorologiques, Aristote, Météorologie, Paris, 1863 (lire en ligne [archive]).

 

La Chronique de l’ONU ne constitue pas un document officiel. Elle a le privilège d’accueillir des hauts fonctionnaires des Nations Unies ainsi que des contributeurs distingués ne faisant pas partie du système des Nations Unies dont les points de vue ne reflètent pas nécessairement ceux de l’Organisation. De même, les frontières et les noms indiqués ainsi que les désignations employées sur les cartes ou dans les articles n’impliquent pas nécessairement la reconnaissance ni l’acceptation officielle de l’Organisation des Nations Unies.