La Bonne Gouvernance

L'Afrique a accompli des avancées considérables pour parvenir à une gouvernance démocratique et participative, conformément aux Valeurs partagées de l'Union africaine (UA). Divers cadres normatifs de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) et de l'Union africaine en sont l'illustration. Ainsi :

Photo de Nelson Mandela mettant son bulletin de vote dans l'urne

Nelson Mandela, Président du Congrès national africain (ANC), glisse son bulletin de vote dans l’urne, lors des premières élections multiraciales de son pays qui se sont tenues le 1er avril 1994. Photo ONU/Chris Sattlberger.

En passant de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) à l'Union africaine, l'Afrique a opéré un changement d'orientation : l'ancienne doctrine de non-ingérence défendue par l'OUA laissait place au principe de non-indifférence aux violations des droits de l'homme, aux atrocités massives et aux crimes contre l'humanité perpétrés au sein même des États Membres.

L'Architecture africaine de gouvernance (AAG) sert à consolider davantage les actions essentielles à la bonne gouvernance sur le continent. Les objectifs principaux de cette Architecture consistent à relier, à responsabiliser et à renforcer les capacités des organes de l'Union africaine, des communautés économiques régionales et des parties prenantes, y compris la société civile, afin que la bonne gouvernance et la démocratie se développent en Afrique.

Le Forum sur la gouvernance en Afrique Lien extérieur est une plate-forme dédiée au dialogue, à la circulation de l'information, à la coordination et aux synergies entre divers organes, institutions et Communautés économiques régionales (CER) en matière de gouvernance, de démocratie et de droits de l'homme en vue d'atteindre les objectifs de l'Architecture africaine de gouvernance.

Le Forum est l'instance de coordination de l'Architecture de gouvernance africaine; il permet de contrôler la conformité des instruments des Valeurs partagées de l'Union africaine et de leur application. Il s'articule autour des quatre groupes thématiques suivants:

  • constitutionnalisme et État de droit,
  • droits de l'homme et justice transitionnelle,
  • gouvernance et démocratie et
  • questions humanitaires.

Afin de créer le cadre général d'une justice transitionnelle africaine et de parvenir à un accord sur la manière de compléter les capacités de ses États Membres dans ce domaine, l'Union africaine a également pris l'initiative d'établir un consensus qui tienne compte des expériences vécues dans des situations d'après-conflit et durant les périodes de reconstruction.

Les documents suivants ont par ailleurs permis d'améliorer la convergence et la cohérence d'une action concertée visant à multiplier les campagnes en faveur de la protection des droits de l'homme et des peuples en Afrique :

La bonne gouvernance et le développement durable

Pour assurer une gouvernance efficace aux fins du développement durable, il faut que les institutions publiques de tous les pays à tous les niveaux soient ouvertes, participatives et comptables devant le peuple. Les droits de l’homme et les libertés fondamentales doivent être protégées par les lois et les institutions. Nous devons tous pouvoir vivre dans un monde exempt de peur et de violences, sans discrimination. Nous savons aussi désormais que la démocratie participative et des sociétés libres, sûres et pacifiques constituent à la fois les moteurs et les fruits du développement.

La dignité pour tous d’ici à 2030 : éliminer la pauvreté, transformer nos vies et protéger la planète [A/69/700]

Publications