L'Afrique : un continent, une voix

Que l’Afrique réussisse de plus en plus à parler d’une seule voix dans les débats sur des problèmes mondiaux constitue l’une des remarquables caractéristiques de sa métamorphose en un acteur de poids sur la scène internationale. Dans ce contexte d’évolution positive, elle s’emploie à nouer avec d’autres régions et d’autres continents des relations qui leur soient réciproquement bénéfiques.

À cet égard, l'Union africaineexamine la nature des partenariats passés et présents afin de les rendre plus rationnels et d’en améliorer les effets positifs. Dans le cadre de ses actions en matière de transformation et d’intégration, l’UA veille à :

  • renforcer les points de vue communs sur les partenariats et
  • parler d’une seule voix sur des questions d’intérêt mondial.

Positions communes

Launch of the Common African Position (CAP) on the Post-2015 Development Agenda at the African Union Commission in Addis Ababa, Ethiopia, on 3 June, 2014. Photo credit: African Union

Les actions de l’Afrique visant à promouvoir et à défendre des positions communes sur des questions intéressant le continent et sa population figurent clairement dans les objectifs de l'Union africaine à l’article 3 de son Acte constitutif PDF, adopté en 2002.

Cette volonté est réaffirmée dans l'Agenda 2063 qui met en évidence la nécessité pour l’Afrique de parler avec force d’une seule voix et de donner plus de poids à l’action collective dans les négociations mondiales en s’appuyant sur :

  • une souveraineté partagée,
  • l’intégration et
  • l’élaboration de positions communes africaines.

Dans l’Agenda 2063, le Continent africain s’engage à continuer de parler d’une seule voie et à agir de manière collective afin de promouvoir des positions et intérêts communs devant la communauté internationale.

« Nous nous engageons à poursuivre la lutte mondiale contre toutes les formes de racisme et de discrimination, la xénophobie et les intolérances connexes, favoriser la coopération internationale qui promeut et défend les intérêts de l’Afrique, est mutuellement bénéfique et alignée sur notre vision panafricaniste, continuer à parler d’une seule voix et agir collectivement pour promouvoir nos positions et intérêts communs sur la scène internationale. »

-- Agenda 2063

Avec l’adoption de positions communes, l’Afrique confirme le rôle de premier plan qu’elle entend jouer dans le mouvement mondial à travers les organismes de l’ONU et d’autres institutions multinationales, afin d’apporter des solutions multilatérales aux préoccupations les plus pressantes de l’humanité, à savoir :

  • la sécurité humaine et la paix,
  • l’élimination de la pauvreté,
  • la faim ainsi que
  • les maladies.

Stratégies

Pour parler d’une seule voix, le continent africain se façonne souvent un modèle au cas par cas, ne suivant aucune norme particulière.

L’Afrique s’exprime de façon unilatérale sur base d’ un mandat confié par l'Assemblée des chefs d'États et de gouvernements de l'Union africaine, comme le stipue l’Acte constitutif de l’Union. Les décisions en la matière sont appliquées par le Conseil exécutif et ses comités ministériels avec l’appui des mécanismes créés à cette fin.

A l’occasion du Sommet de Rio en 1992, une petite délégation appelé le Groupe de négociateurs africains.fut chargée de représenter le continent africain dans des réunions et négociations internationales importantes.

Pour parler d’une seule voix, le continent africain s’inspire d’approches, de stratégies ou de mécanismes divers utilisés par :

  • ses institutions,
  • les pays et
  • les dirigeants nationaux ainsi que les champions.

Créés lors du Sommet de l'Union africaine en 2005 et élaborés par le Comité des Dix sur la réforme de l’ONU, le Consensus d’Ezulwini et la Déclaration de Syrte présentent i une Position africaine commune sur la réforme du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Par ailleurs, le « Consensus et la position de l'Afrique sur l'efficacité du développement » a été largement élaboré par la Plateforme africaine pour l'efficacité du développement lancée officiellement en 2011 pour servir de mécanisme de coordination pour l’ensemble du continent. Cette plateforme est coordonnée par les organismes suivants :

La formulation des positions communes fait l’objet d’un processus inclusif et donne souvent lieu à des consultations avec la société civile et d’autres parties prenantes.

L’Afrique milite également en faveur d'une voix commune à travers des cadres multilatéraux, tels que le Groupe des 77 et la Chine Lien externe au site de l'ONU et en anglais, d’autres structures ainsi que des alliances comme le Mouvement des pays non alignés Lien externe au site de l'ONU et en anglais and the Alliance des petits pays insulaires (AOSIS) Lien externe au site de l'ONU et en anglais, qui défendent, en règle générale, des positions partagées avec le continent africain sur des questions ou des sujets précis.

Le Rôle du Bureau du Conseiller spécial pour l’Afrique

Fermement convaincu de l'importance pour les pays africains d'avoir une position commune sur des questions clés d’intérêt mondial, le Bureau du Conseiller spécial pour l’Afrique est participe à leur élaboration en apportant son appui au Groupe africain à New York et aux organisations régionales africaines.

Dans la perspective de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20) en 2012, il a ainsi travaillé en étroite collaboration avec les organisations suivantes :

Comme son mandat l’exige, le Bureau a veillé à ce que la participation des pays africains et l’élaboration d’une position commune bénéficient d’un appui cohérent du système des Nations Unies.

À travers les activités de l’Équipe spéciale interdépartementale chargée des questions relatives à l'Afrique, le Bureau du Conseiller spécial pour l'Afrique ws’est employé à assurer une organisation cohérente et coordonnée du débat thématique de haut niveau de 2008 sur le thème « Les besoins de développement de l’Afrique » et de plusieurs réunions du groupe d’experts sur des sujets divers de part et d’autre du lien entre le développement, la paix et la sécurité.

Logo du site de la Position africaine commune sur le programme de développement de l'après-2015 et lien en anglais

Afin d’élaborer et de parvenir rapidement à un accord concernant la Position africaine commune sur le Programme de développement pour l’après-2015 et sur les objectifs de développement durable, le Bureau s’est associé à la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique pour appuyer les activités du comité de haut niveau des chefs d'États africains et de gouvernements.

Pour le Groupe africain à New York, le concours du Bureau a également été crucial pour les  délibérations des groupes de travail concernant les thèmes suivants :

  • les objectifs de développement durables,
  • les moyens de mise en œuvre et
  • le transfert de technologie.

De plus et afin que la communauté internationale connaisse mieux les points de vue et actions du continent africain, le Bureau a organisé des rendez-vous annuels au siège des Nations Unies à New York, en étroite collaboration avec les organisations suivantes :

Quelques exemples de positions africaines communes

Les gouvernements africains ont adopté un certain nombre de positions communes sur des questions d’intérêt mondial, notamment les suivantes (tous les liens indiqués ci-dessous renvoient vers des documents au format PDF):