13.07.2021

ECOSOC 75: Agir pour un monde plus durable

Le Conseil économique et social de l’Organisation des Nations Unies a célébré sa 75e année d’existence à un moment où la pandémie de COVID-19 s’était répandue dans le monde entier, limitant les déplacements et affectant gravement les activités sociales et économiques.

Née des cendres de la Seconde Guerre mondiale il y a soixante-quinze ans, l’Organisation des Nations Unies a été créée pour préserver les générations futures du fléau de la guerre et pour réaliser la coopération internationale en résolvant les problèmes internationaux d’ordre économique, social, intellectuel ou humanitaire.

« Si le Conseil de sécurité a pour principale mission de régler les conflits [...], la raison d’être du Conseil économique et social est d’éliminer les causes des conflits. » – L’ancien Secrétaire général Dag Hammarskjöld

On 23 January 1946, the first meeting of ECOSOC was convened in Church House in London, England. Left in the picture, the first President of the Council Sir Ramaswami Mudaliar (India) is greeted by Mr. Gladwyn Jebb (Right), acting Secretary-General of the United Nations. (UN Photo)

Le 23 janvier 1946, la première réunion du Conseil économique et social a eu lieu à la Church House à Londres (Royaume-Uni). À gauche sur la photo, le premier Président du Conseil, Sir Ramaswami Mudaliar (Inde), est salué par M. Gladwyn Jebb (à droite), Secrétaire général par intérim de l’Organisation des Nations Unies. (Service photographique de l’ONU) 

Pour atteindre cet objectif, un an plus tard, le 23 janvier 1946, le Conseil économique et social, l’un des six organes de l’Organisation des Nations Unies, a été créé en application de la Charte des Nations Unies.

Mandat et fonctions

Le Conseil économique et social a le mandat fort de faire la promotion de la coopération internationale dans les domaines économique, social et culturel. Plus précisément, il a pour mission de promouvoir :

  • le relèvement des niveaux de vie, le plein emploi et des conditions de progrès et de développement dans l’ordre économique et social ;
  • la solution des problèmes internationaux dans les domaines économique, social, de la santé publique et autres problèmes connexes, et la coopération internationale dans les domaines de la culture intellectuelle et de l’éducation ;
  • le respect universel et effectif des droits humains et des libertés fondamentales pour toutes et pour tous, sans distinction de race, de genre, de langue ou de religion.

     



 

Le Conseil supervise un écosystème complexe d’organes subsidiaires, composé des commissions régionales de l’Organisation des Nations Unies, des commissions techniques du Conseil, des organes d’experts et des organes connexes, dont il oriente et coordonne les travaux. Il influence donc une large part des activités de l’ONU dans les domaines économique et social et pour ce qui est du développement durable.

Les commissions régionales de l’ONU sont les avant-postes régionaux de l’Organisation dans leurs régions respectives. Situées dans les cinq régions du monde, elles ont, parmi leurs principaux objectifs, celui de promouvoir la réalisation à l’échelle régionale des objectifs de développement arrêtés au niveau international, dont les objectifs de développement durable.

Les commissions techniques (composées de gouvernements) et les organes d’experts (qui donnent des conseils à titre personnel) effectuent les travaux techniques du Conseil. Ils élaborent des orientations générales dans des domaines tels que l’égalité des genres et l’avancement des femmes, les statistiques, la population, le développement social, la criminalité et les stupéfiants, la science et la technologie, la situation des pays les moins avancés, l’administration publique, la coopération internationale en matière fiscale et les droits économiques, sociaux et culturels. L’Instance permanente sur les questions autochtones et le Forum des Nations Unies sur les forêts sont aussi des organes subsidiaires du Conseil.

Le Conseil économique et social a ouvert la porte au dialogue avec la société civile. Aujourd’hui, plus de 5 100 organisations non gouvernementales se sont engagées à aider le Conseil à remplir son mandat. Le Comité chargé des organisations non gouvernementales, un organe subsidiaire du Conseil, examine les candidatures des ONG et fait des recommandations sur l’octroi du statut consultatif, la décision finale revenant au Conseil.

Grandes étapes

Au cours des sept dernières décennies, le Conseil économique et social a franchi avec succès plusieurs étapes importantes.

L’action du Conseil économique et social au fil du temps

Ms. Eleanor Roosevelt reads the Universal Declaration of Human Rights (UN Photo)

Mme Eleanor Roosevelt lit la Déclaration universelle des droits de l’homme (Service photographique de l’ONU).

En janvier 1947, le Conseil économique et social est chargé, par l’intermédiaire de la Commission des droits de l’homme, de rédiger la Déclaration universelle des droits de l’homme. Le 26 août 1948, il a transmis le projet de Déclaration internationale des droits de l’homme [résolution (E/RES/151 (VII)] à l’Assemblée générale. Le texte officiel a été adopté par l’Assemblée générale le 10 décembre 1948 (A/RES/217(III)A).

Adoption of the Convention on the Elimination of All Forms of Discrimination Against Women (CEDAW) in 1979 (UN Photo)

Adoption de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes en 1979 (Service photographique de l’ONU)

L’avancement des femmes est au cœur du programme du Conseil économique et social et, le 18 décembre 1979, par l’intermédiaire de la Commission de la condition de la femme, la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (A/RES/34/180) a été adoptée. Cette Convention définit la discrimination à l’égard des femmes comme toute distinction fondée sur le genre qui empêche les femmes de jouir dans des conditions d’égalité de leurs droits fondamentaux. Elle couvre les mesures que les États doivent prendre pour éliminer la discrimination à l’égard des femmes dans divers domaines, notamment la vie politique et publique, le mariage et la vie familiale. Entrée en vigueur en 1981, la Convention compte actuellement 189 États parties.

La lutte contre l’épidémie de VIH/sida a été un moment fort pour le Conseil : ONUSIDA a été créé par une résolution du Conseil en 1994 (résolution 1994/24). ONUSIDA est l’organisation qui dirige l’effort mondial visant à mettre fin à l’épidémie de sida et à la menace qu’elle représente pour la santé publique d’ici à 2030, dans le cadre des objectifs de développement durable.

L’action du Conseil économique et social aujourd’hui

Le Conseil est devenu le principal organe chargé de la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030, qui est composé de 17 objectifs de développement durable couvrant précisément les problèmes ciblés par le mandat du Conseil. Créé en 2012 par le document final de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20), « L’avenir que nous voulons » (résolution 67/290 de l’Assemblée générale), le forum politique de haut niveau pour le développement durable se réunit chaque année sous les auspices du Conseil. Le forum est la plateforme créée par l’Organisation des Nations Unies aux fins du suivi et de l’examen de l’exécution du Programme 2030.

Le Conseil oriente et coordonne les activités menées par le système des Nations Unies dans les pays. Lors de son débat consacré aux activités opérationnelles, il supervise la mise en œuvre par le système des Nations Unies pour le développement des politiques élaborées par l’Assemblée générale.

Le Conseil examine les activités menées par le système des Nations Unies et par ses commissions techniques sur le thème adopté lors du débat consacré à l’intégration, sur la base duquel il élaborera des orientations relatives à l’exécution du Programme 2030. Il s’efforce également de renforcer la coordination de l’aide humanitaire et de la rendre plus efficace. Son débat consacré aux affaires humanitaires vise à améliorer et à coordonner la réponse humanitaire apportée par le système des Nations Unies dans le contexte plus large des efforts internationaux déployés pour faire face aux catastrophes et autres urgences humanitaires.

Le forum du Conseil économique et social sur le suivi du financement du développement est au centre du processus de suivi consacré au financement du développement établi par le Programme d’action d’Addis-Abeba en 2015. Le forum est le seul forum intergouvernemental sur le financement du développement à participation universelle dont le résultat annuel est négocié. Au fil des ans, le forum a servi de plateforme pour la recherche de consensus et les échanges constructifs entre toutes les parties prenantes clés afin de faire face aux problèmes de financement et de créer, à tous les niveaux, un environnement propice au développement durable.

Le forum de collaboration multipartite sur la science, la technologie et l’innovation au service de la réalisation des objectifs de développement durable réunit différents acteurs pour débattre de la coopération en matière de science, de technologie et d’innovation aux fins de la réalisation des objectifs de développement durable. Dans la résolution de l’Assemblée générale sur le Programme 2030 (A/RES/70/1), il est stipulé que la présidence du Conseil convoquera le forum une fois par an pour examiner la coopération en matière de science, de technologie et d’innovation dans des domaines thématiques pour la réalisation des objectifs de développement durable.

Grâce aux réunions spéciales, le Conseil sensibilise aux urgences mondiales, notamment pour ce qui est de la santé publique, des catastrophes naturelles et d’autres crises. Le Conseil a encouragé une réponse coordonnée du système des Nations Unies en faisant appel à toutes les parties prenantes lors du tsunami en Indonésie en 1994, des crises alimentaires mondiales en 2008 et 2009, du tremblement de terre en Haïti en 2010, de l’épidémie de maladie à virus Ebola en 2014, de l’épidémie de maladie à virus Zika en 2016, après les ouragans en 2017 et la réunion sur le thème « Les chemins menant à la résilience des petits États insulaires en développement face aux changements climatiques » en 2018, ainsi que lors du cyclone Idai en 2019 et de la pandémie de COVID-19 en 2020.

H.E. Mr. Marc Blanchard, former Permanent Representative of Canada to the UN and former Chair of the ECOSOC Ad Hoc Advisory Group (AHAG) on Haiti speaks with students of the St. Esprit National Education Centre in Haiti, during a visit of the AHAG to the country. (UN Photo)

S. E. M. Marc Blanchard, ancien représentant permanent du Canada auprès de l’ONU et ancien président du Groupe consultatif ad hoc sur Haïti s’entretient avec des étudiants du Centre d’éducation nationale St-Esprit en Haïti, lors d’une visite du Groupe consultatif dans le pays. (Service photographique de l’ONU)

Le Conseil économique et social a aidé des pays à passer de situations de conflit à la paix en établissant des groupes consultatifs spéciaux pour les pays africains qui sortent d’un conflit, qui ont ensuite donné naissance à la Commission de consolidation de la paix en 2006. Le Conseil dispense actuellement des conseils à Haïti sur une stratégie de développement à long terme visant à promouvoir le redressement et la stabilité socioéconomiques par l’intermédiaire de son Groupe consultatif ad hoc sur Haïti.

En 2012, le Conseil a donné à la jeunesse du monde un siège à l’Organisation des Nations Unies. Principale plateforme permettant aux jeunes de partager leurs idées à l’échelle mondiale, le forum de la jeunesse du Conseil économique et social a fêté son 10e anniversaire les 7 et 8 avril 2021. Le forum permet aux jeunes de dialoguer avec les États Membres et d’explorer les moyens de promouvoir l’épanouissement et la mobilisation des jeunes. Dans ce contexte, les jeunes portent sur la scène mondiale les sujets de préoccupation et les défis auxquels ils sont confrontés dans leur pays.