Groupe consultatif ad hoc du Conseil économique et social sur Haïti

Des pêcheurs travaillent sur le projet de lac artificiel conçu par Francklin Armand, à Hinche, en Haïti, en 2011. Photo ONU/Victoria Hazou.

Par sa résolution 1999/4 du 7 mai 1999, le Conseil économique et social a créé le Groupe consultatif ad hoc sur Haïti, qui s’est rendu la même année en mission d’évaluation à Haïti. Le Groupe a exercé ses fonctions pendant une brève période de trois mois. Il était chargé de formuler des recommandations concernant les moyens de faire en sorte que l’aide que la communauté internationale apporterait à Haïti soit suffisante, cohérente, bien coordonnée et efficace.

De 2000 à 2004, le Secrétaire général a présenté des rapports au Conseil sur le programme à long terme d'aide à Haïti.

Dans sa décision 2004/322 du 11 novembre 2004, le Conseil économique et social a décidé de réactiver le Groupe consultatif ad hoc sur Haïti. Ce Groupe était composé des représentants permanents de l'Argentine, des Bahamas, du Bénin, du Brésil, du Canada (Président), du Chili, de la Colombie, d'El Salvador, de l'Espagne, des États-Unis d'Amérique, de la France, d'Haïti, du Mexique, du Pérou et de Trinité-et-Tobago. Par la même décision, le Conseil a également décidé que le Groupe consultatif inviterait le Président du Conseil économique et social et le Représentant spécial du Secrétaire général en Haïti à participer à ses travaux.

Le Groupe a pour mandat de "suivre la situation de près et de formuler des conseils concernant la stratégie de développement à long terme d’Haïti en vue de favoriser le relèvement socioéconomique, la reconstruction et la stabilité sur les plans social et économique, en accordant une attention particulière à la nécessité d’assurer un appui international cohérent et durable à Haïti, compte tenu des priorités de développement national à long terme, en s’appuyant sur le Plan stratégique de développement d’Haïti et en veillant à éviter les chevauchements et les doubles emplois avec les mécanismes existants." (résolution 2015/18 du Conseil).