Faire équipe avec les sociétés philanthropiques pour promouvoir l’éducation pour tous

Le Conseil économique et social a organisé une rencontre spéciale sur le thème "Faire équipe avec les sociétés philanthropiques pour promouvoir l’éducation pour tous", le 28 février 2011, de 15 à 18 heures, au Siège de l’Organisation des Nations Unies à New York.

Cette rencontre, qui figurait parmi les activités préparatoires de l'examen ministériel annuel de 2011 du Conseil économique et social sur la réalisation des objectifs arrêtés et des engagements pris sur le plan international en matière d’éducation, a été organisée par le Département des affaires économiques et sociales (DAES), en collaboration avec le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), le Bureau des Nations Unies pour les partenariats, et le Committee Encouraging Corporate Philanthrophy (CECP). La séance plénière d'ouverture a été suivie de deux tables rondes sur les questions suivantes: a) Maintenir le cap—donner aux filles et aux garçons la possibilité d'achever leurs études primaires; b) Promouvoir l'enseignement et la formation pour l'avenir de l'économie

Cette réunion extraordinaire visait essentiellement à appeler davantage l'attention sur des enjeux essentiels au regard de l'éducation pour tous: 

i) En associant un éventail plus large de parties prenantes aux travaux du Conseil et en sensibilisant davantage les sociétés philanthropiques aux progrès accomplis et aux difficultés rencontrées dans la réalisation des objectifs arrêtés et des engagements pris sur le plan international dans le domaine de l'éducation;
ii) En encourageant les sociétés philanthropiques à prendre des initiatives concrètes et en lançant de nouveaux partenariats qui permettraient de progresser plus rapidement dans la réalisation des buts et objectifs internationaux relatifs à l'éducation;
iii) En renforçant l'action multipartite dans les efforts de la communauté internationale visant à contribuer à l'accomplissement de progrès dans les deux domaines d'action privilégiée susmentionnés.

Cette manifestation a été coparrainée par plusieurs entités, dont: l'Alliance mondiale pour les technologies de l'information et des communications au service du développement, l'Association internationale des recteurs d'université, la Banque mondiale, la Campagne pour la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement, Clinton Global Initiative, le Congrès mondial des philanthropes musulmans, la Fondation pour les Nations Unies, le Fonds des Nations Unies pour la population, le Forum économique mondial, le Groupe du NEPAD chargé du secteur des entreprises, l'Initiative des Nations Unies relative au Pacte mondial, ONU-Femmes, l'Organisation internationale du Travail, le Programme des Nations Unies pour le développement, le secrétariat de l'Initiative pour l'accélération de l'éducation pour tous et l'Université des Nations Unies.

Liens :

Coordonnateurs

Alliance mondiale pour les technologies de l'information et des communications au service du développement;

Banque mondiale

Campagne pour la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement

Clinton Global Initiative

Congrès mondial des philanthropes musulmans

Fondation pour les Nations Unies,

Forum économique mondial

Groupe du NEPAD chargé du secteur des entreprises

Initiative des Nations Unies relative au Pacte mondial;

Organisation internationale du Travail

Secrétariat de l'Initiative pour l'accélération de l'éducation pour tous, 

 

Pratiques exemplaires

Suppression des frais de scolarité au Burundi, en Éthiopie, au Ghana, au Kenya, au Mozambique, au Malawi, au Népal et en République-Unie de Tanzanie

La suppression des frais de scolarité dans le primaire a fait monter en flèche les taux de scolarisation dans plusieurs pays. En République-Unie de Tanzanie, le taux de scolarisation atteint 99,6% en 2008, soit deux fois plus qu'en 1999. En Éthiopie, le taux net de scolarisation était de 79 % en 2008, soit 95 % de plus qu'en 2000. Toutefois, cette envolée des taux de scolarisation des régions en développement a été à l'origine de nouveaux problèmes du fait du manque d'enseignants et de salles de classe.

Investissement dans l'infrastructure et les ressources éducatives au Ghana, au Népal et en République-Unie de Tanzanie

Le Ghana a recruté des retraités et volontaires pour faire face à la demande de personnel enseignant. Des fonds supplémentaires ont également été alloués à la mise à disposition temporaire de classes et de supports pédagogiques. Au Népal, des investissements ont été effectués pour que 90% des élèves n'habitent pas à plus de 30 minutes de l'école de leur commune, tandis que la Tanzanie a engagé un ambitieux programme de réforme de l'enseignement, en construisant 54 000 salles de classe entre 2002 et 2006 et en recrutant 18 000 enseignants supplémentaires.

Promotion de l'éducation des filles au Botswana, en Égypte et au Malawi

L'initiative de l'Égypte en faveur de l'éducation des filles et le programme "Des vivres pour l'éducation" encouragent les jeunes filles à fréquenter l'école en assurant la gratuité de la scolarité, en construisant des écoles adaptées aux filles et en fournissant un appui aux écoles de ce type déjà en place En 2008, plus d'un millier d'écoles avaient été construites et près de 28 000 élèves avaient été scolarisés. En outre, dans le cadre du programme Des vivres pour l'éducation, des repas scolaires sont distribués à 84 000 enfants appartenant à des communautés pauvres et vulnérables. Le Botswana a réduit de moitié le taux d'abandon scolaire des filles en autorisant leur réadmission. Le Malawi encourage la scolarisation des filles des classes de CP aux classes de CM1 en distribuant du matériel d'apprentissage.

Toucher davantage d'enfants dans les zones reculées et rurales en Bolivie et en Mongolie

La Mongolie a lancé des écoles itinérantes (sous tente) pour permettre à des enfants qui n'y auraient autrement pas accès, de recevoir une éducation primaire. Cent écoles itinérantes ont ainsi assuré un enseignement dans 21 provinces. En Bolivie, un programme éducatif bilingue a été introduit dans trois des langues autochtones les plus répandues. En 2002, il était suivi dans 11% des établissements d'enseignement primaire, permettant ainsi à des enfants autochtones de recevoir une éducation dans des zones reculées.

Initiatives

L'Initiative EDUSIDA conduite par l'UNESCO

L'Initiative mondiale sur l'éducation et le VIH/sida a pour but de promouvoir, de développer et d'encourager des ripostes globales du secteur de l'éducation au VIH et au sida.

Partenaires: EDUSIDA s’appuie fortement sur les principes de l’action conjointe et du partenariat afin de maximiser les opportunités et l’impact au niveau national. Cette mesure est en accord avec les objectifs de travail d’EDUSIDA qui visent à renforcer la cohérence et les efforts de coordination de l’action au niveau des pays, notamment en ce qui concerne la répartition des tâches d’ONUSIDA. 

http://portal.unesco.org/fr/ev.php-URL_ID=36400&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html 

http://portal.unesco.org/fr/ev.php-URL_ID=36409&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html 

Initiative pour l'alphabétisation : savoir pour pouvoir (LIFE) 

L’Initiative de l’UNESCO pour l’alphabétisation : savoir pour pouvoir (LIFE) est un cadre stratégique global pour la mise en œuvre de la Décennie des Nations Unies pour l’alphabétisation (2003-2012) qui vise à permettre la réalisation des objectifs de l’Education pour tous (EPT); elle accorde une attention particulière à l’alphabétisme des adultes et aux enfants non scolarisés. Elle touche 35 pays où le taux d'alphabétisation est inférieur à 50% ou qui compte plus de 10 millions de personnes ne sachant ni lire ni écrire. 

http://www.unesco.org/new/fr/education/themes/education-building-blocks/literacy/un-literacy-decade/literacy-initiative-life/

Initiative pour la formation des enseignants en Afrique subsaharienne

L’Initiative pour la formation des enseignants en Afrique subsaharienne (TTISSA) contribue à améliorer l’accès, la qualité et l’équité de l’éducation en améliorant la qualité et les effectifs du corps enseignant en Afrique subsaharienne. L’initiative aide les Etats membres de la région à faire face aux défis en relation avec les enseignants sur une période de dix ans (2006-2015). ”

Partenaires: Union africaine, NEPAD, Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA), Banque africaine de développement, Banque mondiale, Commonwealth of Learning, Secrétariat du Commonwealth, Teacher Education in Sub-Saharan Africa (TESSA)

http://www.unesco.org/new/fr/education/themes/education-building-blocks/teacher-education/ttissa/

http://www.unesco.org/new/fr/education/themes/education-building-blocks/teacher-education/ttissa/about-us/partners/ 

UNICEF

Plan d'action mondial concernant l'éducation pour tous d'ici à 2015

Le Plan d'Action mondial de l'Éducation pour tous est une "stratégie visant à améliorer la coordination entre les pays et au niveau international de l'Éducation pour tous (EPT) dans le but de satisfaire les besoins d'apprentissage de tous les enfants, des jeunes et des adultes d'ici à 2015. Il œuvre pour clarifier les rôles des cinq agences internationales conduisant le mouvement EPT mondial (UNESCO, PNUD, FNUAP, UNICEF et Banque mondiale) et définit leur action coordonnée et commune au niveau mondial. Enfin, il aspire à améliorer l'action ciblée sur le terrain, au niveau des pays".

Partenaires: Banque mondiale/FMI, OCDE, Banques régionales de développement, société civile

http://www.unicef.org/french/education/index_44870.html

http://www.unesco.org/new/fr/education/themes/planning-and-managing-education/policy-and-planning/economic-crisis-and-education/efa-partner-documents/

Groupe de travail thématique du Comité permanent interorganisations pour l'Éducation dans les situations d'urgence

Le Groupe de travail thématique du Comité permanent interorganisations pour l'Éducation dans les situations d'urgence a pour tâche de clarifier les rôles, les responsabilités et la responsabilisation des partenaires au sein du système des Nations Unies et à l'extérieur afin de rétablir la scolarité dans des situations particulières de crise. Il cherche également à mieux coordonner les efforts de réhabilitation des systèmes éducatifs dans les périodes de transition suivant une crise.

Sont associées aux travaux du Comité permanent interorganisations toutes les organisations opérationnelles, une invitation permanente étant adressée au Comité international de la Croix-Rouge, à la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et à l’Organisation internationale pour les migrations. Les organisations non gouvernementales concernées peuvent être invitées à participer aux travaux du Comité sur une base ad hoc. Dans la pratique, il n'est fait aucune distinction entre "membres" et "invités permanents" et le nombre des organismes participants a augmenté depuis la création du Comité permanent interorganisations en 1992. ”

http://www.unicef.org/french/education/index_44882.html 

Initiative des Nations Unies en faveur de l'éducation des filles (UNGEI)

L'Initiative des Nations Unies en faveur de l'éducation des filles fournit des moyens pour le plaidoyer et un support technique pour la conception, le financement et la mise en œuvre de plans nationaux d'éducation. Elle offre aux décideurs –agences du système des Nations Unies, donateurs gouvernementaux, pays donateurs, organisations non gouvernementales, société civile, secteur privé, communautés et familles – une plateforme d'action et galvanise leurs efforts pour amener les filles à fréquenter l'école.

Ses partenaires dans le monde sont: l'alliance Internationale Save the Children, l'American Institute for Research, CARE, la Coalition mondiale sur les femmes et le sida, le Comité International de secours, Education Development Center, Éducation mondiale, la Fondation Aga Khan, l'Initiative pour l'accélération de l'éducation pour tous, Oxfam International, Plan International, ONUSIDA et World Learning.

www.ungei.org/whatisungei/index_211.html

Eau, Assainissement et Hygiène pour tous dans les écoles

Le Programme Eau, Assainissement et Hygiène pour tous dans les écoles invite les décideurs à accroître le montant des investissements et toutes les parties concernées à planifier et mener leurs activités de concert – afin que tous les enfants fréquentent des établissements scolaires dotés d'installations sanitaires adaptées. Ses objectifs sont les suivants: i) Approvisionnement en eau salubre pour boire et se laver ii) Préserver la dignité et assurer la sécurité en installant des toilettes spacieuses et des meubles de toilette larges et distincts pour les filles et les garçons; iii) Éducation à l'hygiène; iv) Garantir un environnement scolaire sain au moyen d'une évacuation sans danger des déchets.

Principaux partenaires (en février 2010): Academy for Educational Development, l'Alliance internationale pour la gestion de l'eau de pluie, Alliance of Religions and Conservation, CARE, Catholic Relief Services, Children Without Worms, le Conseil consultatif sur l’eau et l’assainissement, Dubai Cares, Ecological Management Foundation, Global Water Challenge, H2O for Life, l'IRC, Millennium Water Alliance, l'OMS, Save the Children, l'UNICEF, l'Université Emory, Water Advocates, Water for People, WaterAid et WaterCan.

www.unicef.org/wash/schools/washinschools_53108.html

Banque mondiale 

Initiative pour l'accélération de l'éducation pour tous

L'Initiative pour l'accélération de l'éducation pour tous constitue un cadre de collaboration aux niveaux international et national. Aux termes du pacte auxquels ils adhèrent en y participant, les pays en développement s'engagent à élaborer et mettre en œuvre des plans d'éducation rationnels et les donateurs à s'y conformer et à harmoniser les contributions complémentaires en en tenant compte. Cette initiative est financée par des sources bilatérales et multilatérales existantes et par un fonds catalytique, qui aide les pays ne disposant pas de ressources suffisantes à mettre en œuvre leurs plans sectoriels.

Elle rassemble tous les grands pays donateurs et les principales institutions intervenant dans le domaine de l'éducation, soit plus de 30 organismes bilatéraux, régionaux et internationaux et banques de développement. Parmi les organisations de la société civile qui ont engagé un dialogue constructif avec l'Initiative et font campagne auprès des donateurs pour la financer, il convient notamment de citer: ActionAid, Data, Education International, Inclusion International, Oxfam et Save the Children. ”

OIT

Programme international pour l'abolition du travail des enfants (IPEC)

Le Programme international pour l'abolition du travail des enfants a été créé en 1992 avec comme objectif global l’élimination progressive du travail des enfants par le biais du renforcement des capacités des pays à s’attaquer au problème et la promotion d’un mouvement mondial de lutte contre le travail des enfants.

Partenaires: secteurs public et privé. Voir la liste.

http://www.ilo.org/ipec/programme/lang--fr/index.htm

http://www.ilo.org/ipec/programme/Donorcountries/lang--fr/index.htm 

Bureau du Pacte mondial de l'ONU 

Initiative relative aux principes régissant les entreprises dans le domaine des droits de l’enfant

L'Initiative relative aux principes régissant les entreprises dans le domaine des droits de l’enfant vise à définir un ensemble de principes fondés sur des mesures concrètes que les entreprises peuvent adopter pour respecter et défendre les droits des enfants sur le lieu de travail, sur le marché et dans les communautés.

Le Pacte mondial regroupe au total plus de 8 700 entreprises participantes et autres parties prenantes provenant de plus de 130 pays.

http://www.unglobalcompact.org/HowToParticipate/Engagement_Opportunities/index.html

Fondation pour les Nations Unies 

Girl Up

Girl Up donne à des jeunes filles des États-Unis la possibilité de canaliser leur énergie et leur compassion en sensibilisant l'opinion et en réunissant des fonds pour financer des programmes des Nations Unies qui apportent un appui à des adolescentes d'autres pays auxquelles il est particulièrement difficile de venir en aide. Les sympathisants sont invités à donner un coup de pouce à des filles des pays en développement en donnant 5$ ou plus afin d'offrir à celles qui sont dans le besoin, des fournitures pour l'école, de l'eau salubre, un accès à des services de santé qui peuvent leur sauver la vie, une protection contre la violence et plus encore. ”

Les partenaires de Girl Up proviennent de tous les secteurs. Ce sont notamment de grandes sociétés et fondations, des organisations de jeunes, des organes de presse et des ligues de sport.

Forum économique mondial 

Initiative mondiale pour l'éducation avant tout

L'Initiative mondiale pour l'éducation avant tout a pour but de sensibiliser l'opinion et de promouvoir la mise en œuvre de plans nationaux sectoriels d'éducation pertinents, durables et modulables au niveau mondial en faisant davantage appel au secteur privé.

Elle rassemble plus de 40 partenaires du secteur privé, 14 gouvernements, sept organisations internationales et 20 ONG.