Développement Economique et Social

Forum73Une injustice continue. Les peuples autochtones souffrent des conséquences de l’injustice historique, y compris la colonisation, dépossession de leurs terres, territoires et ressources, de l’oppression et de la discrimination, ainsi que le manque de contrôle sur leurs propres modes de vie. Leur droit au développement a été largement rejetée par les États coloniaux et modernes dans la poursuite de la croissance économique. En conséquence, les peuples autochtones perdent souvent face à des acteurs plus puissants, devenant parmi les groupes les plus pauvres de leur pays.

Un tiers des pauvres du monde. Les peuples autochtones continuent d’être surreprésentés parmi les pauvres, les illettrés et les chômeurs. Les peuples autochtones sont environ 370 millions de personnes. Alors qu’ils représentent environ 5 pour cent de la population mondiale, les peuples autochtones représentent 15 pour cent des pauvres du monde. Ils font aussi environ un tiers des 900 millions de personnes rurales extrêmement pauvres du monde.

Le suicide, la violence et l’incarcération. Le tabagisme et la toxicomanie sont plus fréquents chez les peuples autochtones; les taux de suicide et les taux d’incarcération sont également plus élevés. Ces problèmes sont plus prononcés dans les zones urbaines, où les peuples autochtones sont détachés de leurs communautés et cultures, mais rarement pleinement embrassé en tant que membres égaux de la société dominante. Les peuples autochtones sont également plus susceptibles de souffrir de crimes violents.

Un problème dans les pays développés aussi. Le bien-être des peuples autochtones n’est pas un probleme seulement dans les pays en développement. Même dans les pays développés, les peuples autochtones sont systématiquement en retard par rapport a la population non autochtone en termes de la plupart des indicateurs de bien-être. Ils vivent une vie plus courte, ont plus de probleme de sante d’éducation, et des taux de chômage plus élevés. Un enfant autochtone natif né en Australie aujourd’hui peut espérer mourir près de 20 ans plus tôt que son compatriote non autochtone. L’obésité, le diabète de type 2 et la tuberculose sont maintenant des problèmes de santé chez les peuples autochtones dans les pays développés.

Des niveaux élevés de pauvreté. Les études sur les conditions socio-économiques des peuples autochtones d’Amérique Latine montrent qu’etre autochtone est associée à être pauvre et qu’au fil du temps, cette condition est resté constante. Même quand ils sont en mesure d’accumuler du capital humain [à savoir possibilités d’éducation ou de formation], ils sont incapables de convertir cela de facon significative pour leur bénéfice ou pour réduire l’écart de pauvreté avec la population non autochtone. Cette constatation est valable pour les pays où les peuples autochtones sont une petite fraction de la population globale, comme le Mexique et le Chili, ainsi que dans les pays où une grande partie de la population est indigène, comme en Bolivie.