Actualités

A la Conférence sur les océans, les agences de l’ONU s’engagent à réduire les subventions à la pêche néfastes

A la Conférence sur les océans qui se tient à New York, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) ont annoncé mardi s’engager pour un commerce durable des pêches.

« Le commerce et les politiques commerciales peuvent faciliter la transition vers des économies basées sur un océan durable en augmentant l’efficacité des ressources, en améliorant l’environnement, en renforçant l’intégration et en créant de nouvelles opportunités d’économies vertes» soulignent dans leur engagement volontaire les trois agences onusiennes.

L’un des résultats de cet engagement inter-agences est l’élimination ou la réduction des subventions nuisibles aux pêches estimées à 35 milliards de dollars. La question est « compliquée et épineuse », reconnaissent les agences de l’ONU. « Pour la majorité des subventions à la pêche, il existe une forte corrélation avec la surcapacité et la surpêche ».

L’engagement implique possiblement de demander aux pays de fournir des informations sur les subventions qu’ils accordent et d’interdire celles qui contribuent à la surpêche, ainsi que d’accorder un traitement différencié aux pays en développement.

La Conférence sur les océans, qui se déroule jusqu’à vendredi, se concentre sur les objectifs énoncés dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030, adopté par les gouvernements en 2015. Parmi les Objectifs de développement durable (ODD), l’Objectif 14 souligne la nécessité de conserver et d’utiliser durablement les océans, les mers et les ressources marines pour le bénéfice des générations présentes et futures.

L’engagement fait dans le domaine de la pêche est l’un des quelque 850 engagements pris à la Conférence des océans à ce jour. Les engagements volontaires sont censés être pris individuellement ou en partenariat par les gouvernements, le système des Nations Unies, les organisations non gouvernementales, le secteur privé et d’autres entités, en vue de soutenir l’ODD 14.

En plus de marquer des engagements volontaires, les participants à la conférence doivent également adopter, par consensus, un ‘Appel à l’action’ pour protéger les océans et les mers du monde.

Source: Centre d’actualités de l’ONU

Suivez-nous