Actualités

Plus de pays pourraient quitter la catégorie des «moins avancés», mais un meilleur soutien est nécessaire

Cinq pays asiatiques – le Bangladesh, la République démocratique populaire du Laos, le Myanmar, le Népal et le Timor-Leste – pourraient quitter la catégorie des pays les moins avancés (PMA) dès 2024, rejoignant ainsi l’Angola, le Bhoutan, les Îles Salomon et Sao Tomé et Principe, qui devraient y parvenir dans les années à venir.

Lors de sa réunion plénière annuelle, du 24 au 27 février 2020, le Comité des politiques de développement (CDP) des Nations unies jettera les bases de l’examen triennal de l’année prochaine, au cours duquel il formulera des recommandations sur ces cinq pays et identifiera d’autres États répondant aux critères permettant de commencer le processus pluriannuel de sortie de la catégorie des pays les moins avancés (PMA).

La sortie de la catégorie des PMA est une étape importante dans le processus de développement, mais les pays progressistes ont toujours besoin d’un soutien spécifique pour relever leurs défis de développement durable. Le soutien nécessaire et la manière dont il peut être fourni seront au centre des délibérations du Comité cette année.

Créée par les Nations Unies en 1971 et comprenant actuellement 47 pays, la catégorie des PMA vise à aider les pays à faible revenu qui sont très vulnérables aux chocs économiques et environnementaux et qui ont de faibles niveaux de capital humain.

Outre les questions relatives aux PMA, le Comité fera également des recommandations pour la décennie d’action visant à atteindre les objectifs de développement durable (ODD) et discutera de son analyse des examens nationaux volontaires des progrès réalisés par les pays en matière des ODD.

Le Comité des politiques de développement (CDP) des Nations unies comprend 24 experts de renommée internationale en matière de politique de développement du monde entier. Alors que les séances plénières du Comité sont fermées, il tiendra une séance publique le mardi 25 février à 15 heures pour discuter «Politique de développement et nouvelles inégalités». En outre, le 27 février, le Comité informera les États Membres de ses délibérations sur les questions relatives aux PMA.

Suivez-nous