Gestion des actifs d’infrastructure

L’équipe de Gestion des actifs d’infrastructure (GAI) du DAES (Département des affaires économiques et sociales) de l’ONU, en partenariat avec l’UNCDF, l’UNOPS et de nombreux experts internationaux, présente un programme robuste d’activités pour le renforcement des capacités des administrations locales et nationales à travers le monde. L’objectif est de maximiser la valeur des investissements dans les infrastructures publiques et de les exploiter davantage, afin de financer le développement durable pour les générations à venir.

Après quatre ans d’expérience d’un projet pilote et d’un travail de terrain approfondi, la version anglaise du manuel « La gestion des infrastructures dans une perspective de développement durable » a été lancée en février 2021. Sous format de guide, cette publication se destine aux gestionnaires publics, en leur présentant des outils concrets et des leçons objectives facilement applicables dans des contextes locaux uniques. En juin 2021, les versions françaises et espagnoles sont apparues et, jusqu’à la fin de l’année, le guide sera également disponible en arabe, bengali, chinois, russe, serbe et swahili, couvrant ainsi les six langues officielles de l’ONU et plusieurs langues locales.

Vietnam

 

 

Pour plus d'informations, contactez-nous.

 

Le contexte

L’infrastructure est l’épine dorsale de la croissance économique et du développement. On estime que la réalisation de plus de 90 % des objectifs de développement durable est directement ou indirectement liée aux infrastructures. Cela signifie que la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) d’ici 2030 en dépend fortement. Dans de nombreux pays en développement, la qualité des infrastructures, en particulier les transports, l’énergie et les communications, est inférieure à la moyenne. Les gouvernements n’ont pas réussi à allouer suffisamment de ressources publiques aux projets d’infrastructure à forte intensité de capital, y compris ceux nécessaires pour gérer de manière durable les actifs d’infrastructure existants sur toute leur durée de vie. Récemment, ces besoins d’investissement ont augmenté encore plus. La flambée de la pandémie de la COVID-19 a non seulement annulé des années de progrès sur les ODD mais aussi révélé des lacunes critiques dans des infrastructures de soins de santé ou de la connectivité numérique, par exemple.

La gestion des actifs d’infrastructure peut améliorer la capacité des gouvernements locaux et nationaux à entreprendre un développement durable et inclusif. Pour cela, le guide GAI propose une approche systématique de la gestion des actifs, tout au long de leur cycle de vie et à travers un portefeuille d’actifs plus large. Il garantit que les investissements publics initiaux dans les infrastructures ne sont pas gaspillés, servant convenablement aux générations à venir. Le nombre croissant de risques et de défis découlant du changement climatique, des crises de santé publique et des progrès de la technologie numérique font de la gestion efficace des actifs un programme à ce jour incontournable. Une gestion efficace des actifs contribue à « faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables » - Objectif 11 du Programme de développement durable à l’horizon 2030. Cette gestion est également essentielle pour renforcer des capacités au niveau local à travers le monde pour le financement des ODD, comme le demande le Programme d’action d’Addis-Abeba.

Plus 

Le contenu du guide a également été à l’origine d’une série d’ateliers virtuels interactifs, les Online Solutions Dialogues (OSD), ayant eu lieu entre février et avril 2021. Lors de ces occasions, le FSDO (Bureau du financement du développement durable) de l’ONU a réuni plus de 2.500 participants en Afrique, en Asie-Pacifique, en Amérique latine et dans les Caraïbes. Ces rencontres ont permis l’élaboration de centaines de PAGAs (Plans d’action de gestion des actifs), visant l’amélioration d’un bien public prioritaire au choix des participants, par exemple les routes ou des systèmes de gestion des déchets solides. 

En octobre 2021, l’équipe GAI en partenariat avec l’Institut des Nations unies pour la formation et la recherche (UNITAR) et l’Université de Columbia, a lancé un MOOC (Massive Open Online Course) en anglais. Ce cours en ligne ouvert à toutes et à tous offre une autre opportunité pratique de formation aux concepts fondamentaux de la gestion d’actifs, ainsi qu’aux données qui conduisent à la mise en place de systèmes d’information des actifs, et aux infrastructures plus résilientes aux crises et au climat. La formation de 12 heures est individualisée et certifiée, permettant par la suite l’accès à une assistance technique supplémentaire et à la soumission de propositions au Fonds d’investissement municipal de l’UNCDF. 

L’équipe de GAI coordonne actuellement des travaux d’assistance technique dans ses pays pilotes – Bangladesh, Népal, Ouganda et Tanzanie –, ainsi qu’en Gambie, au Kenya et en Europe du Sud-Est. Avec la pandémie, ces rencontres ont été adaptées pour répondre aux consignes de sécurité sanitaire. Tout au long des activités, la FSDO cherche à consolider les groupes de travail au niveau des pays et à renforcer les liens intergouvernementaux pour faire de la gestion des actifs une priorité politique nationale qui requiert des ressources et des engagements de haut niveau et durables.