L’ONU appelle à faire des droits des personnes handicapées une réalité

Le Vice-Secrétaire général des Nations Unies, Jan Eliasson, a appelé mardi à faire des droits des personnes handicapées une réalité, notamment en les intégrant au sein du futur programme de développement pour l’après-2015.

« La Convention [relative aux droits des personnes handicapées] de 2006 a marqué un changement de paradigme, passant d’une approche caritative et médicale du handicap à une approche basée sur les droits de l’homme », a rappelé M. Eliasson lors de la huitième conférence des parties à la Convention qui s’est ouverte mardi au siège de l’ONU à New York.

« Ce changement nous guidera dans la bonne direction à l’avenir », a-t-il ajouté, tout en saluant les 154 Etats parties à la Convention, dont 86 ont également ratifié ou adhéré à son Protocole facultatif.

« J’invite ces Etats à adopter des lois et des politiques susceptibles de rendre effectifs les droits consacrés par la Convention », a insisté le Vice-Secrétaire général.

Organisée du 9 au 11 juin 2015, cette huitième conférence des parties à la Convention a pour principal objectif d’œuvrer en faveur de l’intégration des droits des personnes handicapées au sein du programme de développement pour l’après-2015. Elle rassemble des centaines de militants et délégués gouvernementaux autour de l’examen annuel de la mise en œuvre de la Convention par ses Etats parties. Elle est également l’occasion de réaffirmer que le milliard de personnes handicapées, soir 15% de la population mondiale, doit jouir de tous les droits humains et des libertés fondamentales.

« Je me réjouis que vous vous focalisiez sur l’intégration des droits des personnes handicapées à l’ordre du jour du programme de développement pour l’après-2015. Cela aidera à faire avancer notre initiative « Ne laisser personne de côté » (« Leave No-one Behind ») et d’assurer une vie digne pour tous », a déclaré M. Eliasson dans son discours, tout en insistant sur la priorité à accorder aux groupes de personnes handicapées les plus vulnérables, à savoir les femmes, les filles, les jeunes en situation difficile et les personnes âgées.

Le Vice-Secrétaire général a par ailleurs appelé les Etats membres à accorder une attention toute particulière au sort des personnes handicapées en cas de catastrophes, de mouvements de réfugiés et d’urgences humanitaires.

« L’autonomisation des personnes handicapées et la garantie de leurs droits feront progresser la société dans son ensemble. Faisons de cette convention historique une réalité pour les personnes handicapées », a conclu M. Eliasson.

Pour sa part, le Département de l’information de l’ONU a récemment lancé un site Web interactif reconfiguré en tenant compte des Règles des Nations Unies pour l’accessibilité des contenus Web.

Source: Centre d’actualités de l’ONU