Coopération Sud-Sud

« La coopération Sud-Sud est un exercice global de tous les pays du Sud au profit de tous, y compris des pays les moins avancés. Chaque pays, chaque partenaire a quelque chose à partager ou à enseigner, quelles que soient ses circonstances. »

-- Exposé introductif du Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, à la Conférence des Nations Unies sur la coopération Sud-Sud à Buenos Aires

Le terrorisme dans l’hémisphère Sud

Le terrorisme a gravement touché de nombreux pays de l’hémisphère Sud. Des approches collectives s’imposent, entre ces pays, pour prévenir et combattre le terrorisme, ainsi que les conditions qui favorisent sa propagation. Les expériences, qui ont été éprouvées, validées, adaptées ou transposées à plus grande échelle dans des contextes comparables, sont d’une grande valeur pour les autres pays en développement. 

Les avantages de la coopération Sud-Sud ont été mis en évidence lors d’ateliers de formation et d’échanges avec les missions permanentes, et le Bureau de lutte contre le terrorisme est sollicité pour jouer un rôle de facilitateur. Des participants de l’hémisphère Sud ont proposé d’échanger leurs connaissances et leurs données d’expérience en matière de lutte contre le terrorisme de manière durable, notamment en proposant des cours de formation sur des défis spécifiques de la lutte contre le terrorisme et en fournissant un appui financier ainsi que des contributions en nature. 

Tirant parti de l’intérêt manifesté par les États Membres, le Centre des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme a relevé une lacune appelant à un échange plus poussé entre les décideurs politiques, les experts et les ONG des pays en développement afin de remédier à la rareté des informations sur les compétences spécialisées des pays de l’hémisphère Sud liées à la lutte contre le terrorisme et la prévention de l’extrémisme violent. Il a donc lancé un projet novateur visant à systématiser, à documenter et à intensifier les échanges entre ces pays sur la lutte contre le terrorisme et la prévention de l’extrémisme violent. 

Mandat

Lors du sixième examen de la Stratégie antiterroriste mondiale des Nations Unies, l’Assemblée générale, constatant l’importance du travail accompli par le Centre des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme, a souligné que ce dernier s’attache à faire en sorte que sa programmation soit adaptée aux nouvelles menaces et à l’évolution du terrorisme ainsi qu’à intensifier l’aide au renforcement des capacités de lutte contre le terrorisme apportée par l’ONU aux États Membres. Dans ce contexte, le Centre encourage la coopération Sud-Sud dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et de la prévention de l’extrémisme violent pour renforcer la mise en œuvre de la Stratégie antiterroriste mondiale. 

Programmation sur la coopération Sud-Sud

Le projet mondial vise à promouvoir et à renforcer l’échange de connaissances spécialisées dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et de la prévention de l’extrémisme violent entre experts de certains pays en Afrique, en Asie, au Moyen-Orient, en Amérique latine et dans les Caraïbes, ainsi qu’à renforcer les capacités de conception et de mise en œuvre des politiques et mécanismes connexes. Le projet permettra également de nouer de nouveaux partenariats, de renforcer les capacités institutionnelles et techniques, de relever les défis propres aux pays en développement en matière de lutte contre le terrorisme et de prévention et de répression de l’extrémisme violent et d’améliorer la coopération. 

Le Centre mène le projet en deux temps : une phase de cadrage et une phase de mise en œuvre. 

La phase de cadrage prévoit des consultations avec les pays intéressés et des travaux de recherche visant à cartographier et recenser les bonnes pratiques pertinentes en matière de lutte contre le terrorisme et de prévention de l’extrémisme violent, les experts susceptibles de servir de personnes référentes ainsi que des centres d’excellence, afin de promouvoir le programme, de définir ses activités avec les autorités nationales et de jeter les bases de la phase de mise en œuvre. 

Cette phase de cadrage a déjà révélé plusieurs bonnes pratiques, entre les pays de l’hémisphère Sud, s’inscrivant dans le cadre des quatre piliers de la Stratégie antiterroriste mondiale des Nations Unies et conformes aux droits de l’homme ainsi qu’aux accords, traités et protocoles internationaux. Elle a également révélé l’existence d’échanges importants au moyen de groupements d’intégration régionale. La volonté d’étendre ces pratiques aux niveaux bilatéral, régional et interrégional existe. Les pays commencent également à institutionnaliser la coopération Sud-Sud dans des structures gouvernementales nouvelles et existantes, parfois en insistant précisément sur la lutte contre le terrorisme et la prévention de l’extrémisme violent, ce qui ouvre de nouvelles perspectives. 

La deuxième phase du projet verra l’élaboration et la mise en ligne d’une plateforme de partage des connaissances ainsi que la création d’un forum d’experts, la publication d’un manuel des bonnes pratiques en matière de lutte contre le terrorisme et de prévention de l’extrémisme violent mis à disposition des pays de l’hémisphère Sud et l’intégration de la coopération Sud-Sud dans les activités et les politiques du Bureau de lutte contre le terrorisme et des entités du Pacte mondial de coordination contre le terrorisme. 

Réalisations

Le Bureau de lutte contre le terrorisme a encouragé la coopération Sud-Sud pour la lutte contre le terrorisme et la prévention de l’extrémisme violent en tant que modalité de coopération internationale dynamique, d’autant que son échelle, sa portée et le nombre de ses acteurs ont pris de l’ampleur. 

  • La capacité des experts des États Membres bénéficiaires de concevoir et d’appliquer des politiques, des cadres et des mécanismes de lutte contre le terrorisme et de prévention de l’extrémisme violent, sur la base des enseignements tirés, des bonnes pratiques et des stratégies d’autres pays en développement, est renforcée. 
  • Les échanges entre experts de différentes régions en matière de lutte contre le terrorisme et de prévention de l’extrémisme violent sont de meilleure qualité. 
  • La qualité de l’information et l’accès aux connaissances spécialisées en matière de lutte contre le terrorisme et de prévention de l’extrémisme violent disponibles en Afrique, en Asie, au Moyen-Orient, en Amérique latine et dans les Caraïbes ont été améliorés.

Stratégie antiterroriste mondiale des Nations Unies

L’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la Stratégie antiterroriste mondiale par consensus le 8 septembre 2006. La Stratégie est un instrument global unique destiné à soutenir les efforts nationaux, régionaux et internationaux en matière de lutte contre le terrorisme. Examinée tous les deux ans par l’Assemblée générale, la Stratégie antiterroriste mondiale est un document évolutif conçu pour s’adapter aux priorités des États Membres en matière de lutte antiterroriste.

Rapport annuel 2019  du Centre des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme

Couverture du rapport 2019

Le Rapport annuel 2019 sur la quatrième année du programme quinquennal du Centre des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme (document en anglais) donne un aperçu complet de tous les programmes et projets du Centre mis en œuvre en 2019, y compris leur efficacité sur le fond et leurs aspects financiers.

[2018]  [2017]