PLAN D'ACTION POUR LA PRÉVENTION DE L'EXTRÉMISME VIOLENT

Primary tabs



Le 15 janvier 2016, le Secrétaire général a présenté à l'Assemblée générale un Plan d'action pour la prévention de l'extrémisme violent.

Le 12 février 2016, l'Assemblée générale a adopté une résolution dans laquelle elle « se félicite de l'initiative prise par le Secrétaire général et prend note de son Plan d'action pour la prévention de l'extrémisme violent ». L'Assemblée générale décide de « poursuivre l’examen du Plan d’action pour la prévention de l’extrémisme violent, dans un premier temps dans le cadre de l’examen de la stratégie antiterroriste mondiale des Nations Unies qui aura lieu en juin 2016, ainsi que dans d’autres cadres pertinents ». L'Assemblée générale a achevé son débat général sur le Plan d'action pour la prévention de l'extrémisme violent le 16 février.

Ces dernières années, des groupes terroristes comme l'État islamique d'Iraq et du Levant (EIIL), Al-Qaida et Boko Haram ont façonné notre représentation de l'extrémisme violent et le débat sur la façon de faire face à cette menace. Leur message d'intolérance – religieuse, culturelle, sociale – a eu des conséquences dramatiques dans de nombreuses régions du monde. En s'emparant de territoires et en faisant usage des médias sociaux pour communiquer en temps réel leurs crimes atroces, ils cherchent à mettre au défi nos valeurs communes de paix, de justice et de dignité humaine.

Dans le Plan, le Secrétaire général préconise une approche globale comprenant non seulement des mesures essentielles de lutte contre le terrorisme axées sur la sécurité, mais aussi des mesures de prévention systématiques qui s’attaquent directement aux causes sous-jacentes qui conduisent des individus à se radicaliser et à rejoindre ces groupes extrémistes violents.

Le Plan est un appel à une action concertée de la communauté internationale. Il présente plus de 70 recommandations aux États Membres et au système des Nations Unies pour empêcher l'extrémisme violent de se propager davantage encore.

Le Plan est accompagnée d'une lettre du Secrétaire général au Président de l'Assemblée générale (A/70/675), dans laquelle Secrétaire général envisage de faire appliquer une « logique intégrée », aussi bien au Siège que sur le terrain, afin d'appuyer les efforts nationaux, régionaux et mondiaux de prévention de l'extrémisme violent, et d'aider les États Membres à élaborer des Plans d'action nationaux.

Ce plan d’action est le fruit d'un vaste processus de collaboration interorganisations au sein des Nations Unies, et repose sur les textes issus des réunions de haut niveau de l’Assemblée générale et du Conseil de sécurité, sur les informations communiquées dans le cadre de réunions d’échanges avec les États Membres et sur les conclusions de réunions internationales et régionales.

Dossier de presse

Déclarations

Visionner la retransmission sur le web de l'ensemble de la manifestation