L'éducation, rempart contre le terrorisme, affirme Tony Blair à l'ONU

L'ancien Premier Ministre britannique, Tony Blair, s'adresse à la presse. Photo: ONU/Mark Garten

21 novembre 2013 – L'éducation et le dialogue interculturel sont déterminants pour vaincre le terrorisme, qui se nourrit largement de l'extrémisme religieux, a affirmé jeudi à New York l'ancien Premier ministre britannique Tony Blair, convaincu que les seules mesures de sécurité sont insuffisantes.

« Le défi posé par un extrémisme s'appuyant sur une vision fallacieuse et pervertie de la religion est énorme, dangereux et urgent. Il est temps de se mobiliser », a déclaré M. Blair en sa qualité de Président de la Faith Foundation, lors d'une réunion de la Direction exécutive du Comité contre le terrorisme (CTC), fer de lance de la lutte antiterroriste aux Nations Unies.

L'ancien chef de gouvernement a précisé qu'il ne s'agissait pas d'un simple niveau d'études. « Cela donne à réfléchir de constater que de nombreux individus ayant reçu une excellente éducation se retrouvent impliqués dans des activités extrémistes religieuses. Mais la recherche montre qu'il existe aussi un lien de causalité entre absence de dialogue interculturel et extrémisme religieux », a-t-il expliqué devant la Direction exécutive du CTC, qui s'est réunie aujourd'hui au Siège de l'ONU à New York.

« Le combat que nous devons mener, c'est celui qui consiste à gagner les cœurs et les esprits de ceux et celles qui ont de faibles niveaux d'alphabétisation et de culture religieuse. C'est ce type d'enseignement qui est déterminant. Nous devons sensibiliser aux notions de diversité et d'altérité, de tolérance et de respect, de la même manière que nous enseignons les sciences humaines, les sciences ou les langues. »

Tony Blair a rappelé que l'amour envers son prochain, la compassion et la justice sociale étaient des valeurs communes à toutes les grandes religions. « C'est l'abus le plus grotesque de la foi que celui qui consiste à commettre des actes de terreur au nom de Dieu », a-t-il lancé, notant que ceux qui manipulent les jeunes esprits le font souvent à des fins politiques personnelles.

« Les mesures de sécurité sont nécessaires, mais ne suffiront pas. Et elles sont onéreuses et ont généralement des effets imprévus susceptibles d'aggraver la situation », a-t-il observé.

« Le choix à l'avenir est très clair : soit les gens considèrent ceux qui sont différents comme une menace pour leur propre culture, – l'approche fermée – soit ils les considèrent comme une source d'enrichissement – l'approche ouverte », a-t-il ajouté.

« Il est évident que si nos jeunes sont habitués à comprendre les autres, s'ils peuvent leur mettre un visage humain, ils seront beaucoup plus enclins à les accepter et à se montrer ouverts avec eux. L'ignorance est notre véritable ennemi, la connaissance notre amie. »

« C'est pourquoi l'éducation est la réponse. Pas n'importe quelle éducation, mais spécifiquement celle qui encourage l'ouverture d'esprit. »

M. Blair a expliqué que le programme « Face à la foi » de sa Fondation met justement l'accent sur l'impératif selon lequel la religion enseignée en classe doit être inclusive et attentive aux convictions de tous les élèves.

« Je suis d'avis qu'une réforme des systèmes éducatifs est indispensable, pour intégrer l'ouverture aux autres cultures », a conclu l'ex-Premier Ministre.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le Conseil de sécurité appelle à une coopération renforcée avec l'Organisation pour la coopération islamique

En savoir plus



Coup de projecteur