Ban salue les avancées diplomatiques réalisées à l'ouverture de la nouvelle session de l'Assemblée générale

Le Secrétaire général Ban Ki-moon. Photo: ONU/Mark Garten (Photo d'archive)

11 octobre 2013 – Le Secrétaire général Ban Ki-moon s'est félicité mercredi des avancées réalisées dans le cadre des manifestations de haut-niveau qui se sont déroulées en marge de la 68ème session de l'Assemblée générale, notamment la résolution décisive du Conseil de sécurité sur l'élimination des armes chimiques en Syrie, première bonne nouvelle selon lui au sujet de cette crise après plusieurs années de blocage et d'inertie.

Dans une tribune publiée par plusieurs quotidiens, M. Ban dresse un bilan enthousiaste de la semaine du débat général et des réunions de haut niveau qui ont pris fin le achevée au er octobre au Siège de l'ONU à New York.

« L'exceptionnelle capacité de mobilisation de l'ONU offre l'un des meilleurs moyens qui soient de faire un état des lieux du monde. En effet, au cours des deux dernières semaines, dans le tourbillon de réunions et de discours qui caractérise l'ouverture de la session annuelle de l'Assemblée générale, j'ai pu rencontrer les dirigeants et ministres des affaires étrangères de pays et de groupes qui représentent 99 % de la population mondiale », a rappelé le Secrétaire général.

La résolution du Conseil de sécurité sur la Syrie, qui vise aussi à encourager un processus politique pour rétablir la paix, constitue selon lui le renouvellement de l'espoir.

« L'ONU et l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques vont déployer d'urgence une mission conjointe chargée de contrôler et d'éliminer les stocks et les programmes d'armes chimiques syriens. Cela représente à la fois un pas en avant pour la paix et la sécurité internationales et un encouragement à redoubler d'efforts pour mettre fin au conflit », a-t-il expliqué.

Le Conseil a également adopté une déclaration vigoureuse sur la situation humanitaire en Syrie et « nous continuons d'insister pour que les acteurs humanitaires aient accès aux populations sinistrées, pour qu'il soit mis fin à la circulation des armes et aux violations des droits humains et, par-dessus tout, pour que soit convoquée une conférence internationale chargée de trouver une solution à ce terrible conflit », a déclaré M. Ban.

« Nous ne pouvons pas nous contenter de détruire des armes chimiques pendant que la guerre continue de faire rage en Syrie. La victoire militaire est une illusion; la seule solution est une transition négociée vers cette Syrie nouvelle dont le peuple syrien a besoin et qu'il mérite. Nous sommes résolus à amener les parties à s'asseoir autour d'une table à la mi-novembre ».

M. Ban a précisé que les avancées ne se sont pas limitées à la Syrie. L'Iran et les États-Unis ont tiré parti du cadre onusien pour ménager des ouvertures visant à dégeler leurs relations. Des rencontres de haut niveau ont permis de faire des progrès en ce qui concerne les transitions démocratiques au Myanmar et au Yémen, la crise complexe du Sahel et la mise en œuvre de l'Accord-cadre de paix pour la République démocratique du Congo et la région des Grands Lacs.

« La diplomatie et l'action multilatérale prouvent régulièrement leur utilité comme premier et meilleur moyen d'affronter tant les crises du présent que les défis complexes de notre avenir commun », a souligné le Secrétaire général.

« La position centrale qu'occupe aujourd'hui l'ONU correspond à la logique mondiale qui est celle de notre époque. Nos destins étant toujours plus interdépendants, notre avenir devra être fait d'une coopération toujours plus large et plus profonde ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le temps est venu de s'entendre sur un nouveau programme de développement, affirme le Président de l'Assemblée

En savoir plus