Prix Champions de la terre : le PNUE rend hommage à des défenseurs de l'environnement

Photo: PNUE

18 septembre 2013 – Lors d'une cérémonie organisée mercredi par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) au Musée d'histoire naturelle à New York, des innovateurs dont le travail a eu un impact significatif et positif sur l'environnement ont reçu le prix Champions de la terre, la plus haute distinction environnementale des Nations Unies.

Les lauréats du prix ont tous agi dans un domaine environnemental important, de la lutte contre la déforestation ou le gaspillage alimentaire aux changements climatiques et la pauvreté.

« Le leadership et la vision seront les maîtres-mots d'une transition vers une économie verte inclusive dans les pays développés et en développement. Cette transition est en cours et a été lancée par les résultats du sommet Rio + 20 de l'année dernière », indique le Directeur exécutif du PNUE, Achim Steiner, dans un communiqué de presse.

« Les Champions de la terre de cette année sont parmi ceux qui mettent en place les actions, les politiques et des voies pour intensifier et accélérer de telles transformations pour un 21ème siècle plus durable » a-t-il ajouté.

Parmi les lauréats, le co-fondateur et Vice-Président de Google Earth, Brian McLendon, a été distingué pour avoir fourni un outil puissant de surveillance de l'état de l'environnement, permettant ainsi aux chercheurs de détecter la déforestation, classifier la couverture terrestre, estimer le niveau de biomasse et de carbone au niveau des forêts. Grâce à ce procédé il est maintenant possible de démontrer l'ampleur des problèmes et proposer des solutions. Google Earth a été utilisé pour aider les secouristes qui ont sauvé plus de 4.000 personnes après l'ouragan Katrina. En Australie, un scientifique a utilisé Google Earth pour découvrir un récif corallien jusque-là inconnu dans une région qui avait été identifiée pour l'exploitation du pétrole et du gaz naturel.

La Ministre de l'environnement du Brésil, Izabella Teixeira, a été distinguée pour son rôle clé dans la réduction de la déforestation de la forêt amazonienne, couronnement d'une carrière de 30 ans dans la défense de l'environnement. Le Brésil a ainsi réduit son taux de déforestation de 84% en huit ans et aménagé 250.000 kilomètres carrés d'aires de conservation, soit l'équivalent de 75% des aires forestières protégées mondiales.

Le Commissaire européen à l'environnement Janez Potočnik, a été récompensé pour son action contre le gaspillage alimentaire. L'Union européenne a fixé des objectifs pour réduire de moitié le gaspillage alimentaire et éliminer les sites d'enfouissement d'ici 2020.

Carol Pétrini, Fondateur du mouvement Slow Food a été reconnu pour son travail visionnaire pour améliorer l'efficacité et la durabilité de l'approvisionnement alimentaire et agricole dans le monde.

La Directrice du groupe écologique de la Sierra Gorda, Martha Isabel Ruiz Corzo, a été distinguée pour son travail dans la région de la Sierra Gorda, dans le centre du Mexique, qui a démontré comment le plaidoyer, l'éducation et les approches de génération de revenus pouvaient conduire à un large mouvement de masse. Elle a permis à la Sierra Gorda d'accéder au statut de Réserve de Biosphère dans le cadre d'un partenariat Public-privé. Grâce à son travail et son plaidoyer, 33% de l'État de Querétaro sont désormais protégés. Des centaines de familles dans la Sierra Gorda reçoivent désormais plus de 2 millions de dollars provenant de la vente de crédits de carbone.

Jack Dangermond, de l'Institut de recherche des systèmes environnementaux (ESRI) a été distingué pour son engagement à veiller à ce que les organisations à but non lucratif, internationales, de recherche et d'éducation travaillant dans les domaines de la conservation et du développement aient accès à la meilleure technologie analytique et de visualisation géo spatiale.

Le Professeur Veerabhadran Ramanathan, de l'Institution Scripps d'Oceanographie, UCSD, a été distingué pour ses recherches sur la façon dont la réduction du carbone noir pouvait atténuer le changement climatique de manière significative. Membre du panel du conseil scientifique de la Coalition pour le Climat et l'Air pur, il gère désormais le projet Surya qui a pour objectif de réduire les émissions de suie provoqué par les méthodes de cuissons par biocarburant dans les zones rurales en Inde.

En savoir plus




Coup de projecteur