Restitution de fonds gelés à la Tunisie: une chance unique pour l'éducation, selon un expert de l'ONU

Kishore Singh, Rapporteur spécial sur le droit à l'éducation.

21 décembre 2012 – « La restitution des fonds gelés offre une chance unique à la Tunisie d'investir dans son éducation », a affirmé vendredi le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l'éducation, Kishore Singh.

« Suite aux mesures prises par l'Union Européenne afin de restituer ces fonds, les autorités tunisiennes se trouvent face à une opportunité historique, celle d'affirmer que l'éducation constitue la plus haute des priorités nationales », a plaidé le Rapporteur.

« Source de développement humain et de progrès social, l'éducation est un bien public qui mérite un maximum d'investissement au niveau national », a poursuivi l'expert qui, au lendemain d'une visite officielle dans le pays en mai dernier, avait déjà exhorté le gouvernement tunisien « à ne pas manquer son rendez-vous avec l'histoire » et à placer le droit à l'éducation au cœur des réformes historiques entreprises.

« Dans le cadre du processus de démocratisation et de réformes qui s'imposent dans le domaine éducatif, il serait hautement opportun de créer un Fonds spécial pour l'éducation », a suggéré le Rapporteur. « Un tel fonds pourrait financer des projets d'une importance capitale afin de fournir une éducation de qualité et de favoriser la formation des enseignants et la publication de livres scolaires. Une aide financière et des mesures de soutien aux étudiants démunis pourraient également être envisagés, selon des critères clairement établis », a ajouté M. Singh.

« Face aux nécessités du développement national et de la mondialisation, de tels projets pourraient être ciblés en vue d'accroître les opportunités d'apprentissage pour la jeunesse tunisienne, en adéquation avec la demande de l'économie et de l'industrie. »

Le fonds évoqué s'inscrit dans la continuité de la Réunion mondiale sur l'Éducation pour tous, récemment organisée sous les auspices de l'UNESCO et au cours de laquelle les ministres de l'éducation présents se sont engagés à augmenter le budget national consacré à l'éducation.

« Accorder davantage de ressources à l'éducation constitue aussi une marque, de la part de l'État tunisien, de respect envers ses obligations internationales en matière de droits de l'homme », a ajouté le Rapporteur spécial.

Dans le contexte actuel de crise économique et de baisse des budgets alloués à l'éducation, la recherche de stratégies alternatives de financement, à l'instar du fonds proposé, est particulièrement nécessaire pour fournir une éducation de qualité.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Un expert de l'ONU appelle les États à garantir le droit à l'éducation, particulièrement pour les filles

Aucun résultat
Aucun résultat