Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Une communication efficace peut contribuer à stimuler le commerce intra-africain

Get monthly
e-newsletter

Une communication efficace peut contribuer à stimuler le commerce intra-africain

Nous avons besoin de plus de canaux de communication pour connecter les entreprises et les organisations africaines.
3 Novembre 2021

Janvier 2021 a marqué un événement historique pour le développement économique de l'Afrique : le lancement du libre-échange dans le cadre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf). 

L'accord favorise la croissance et le développement socio-économiques en Afrique par le biais de processus et de structures commerciales libéralisés. Jusqu'à présent, les 54 pays africains ont signé l'accord, ce qui se traduit par un immense potentiel de croissance du commerce entre les pays africains. En fait, Martyn Davies, directeur général des marchés émergents chez Deloitte Afrique, a déclaré que cet accord était peut-être "le projet de libre-échange le plus ambitieux depuis la création de l'Organisation mondiale du commerce elle-même". 

La question est de savoir si les pays africains exploitent le potentiel offert par la ZLECAf. 

Selon la Banque africaine de développement (BAD), les exportations intra-africaines ne représentent que 16,6 % du commerce total. 

Lwazi Mboyi, PDG par intérim de l'Agence des transports routiers transfrontaliers d'Afrique australe (C-BRTA), estime qu'il est nécessaire d'établir des partenariats stratégiques entre les institutions régionales et celles basées sur les corridors, les acteurs du commerce et du transport (tels que le Forum des régulateurs des transports routiers transfrontaliers - un forum régional des autorités de régulation) et les organismes connexes. Cela permettrait de multiplier les efforts de collaboration en vue de résoudre les goulets d'étranglement qui affectent le transport transfrontalier et le commerce régional. 

"Il est impératif que nous traitions de manière décisive les contraintes opérationnelles et les barrières non tarifaires qui affectent négativement la performance du système de transport transfrontalier et dans les corridors reliant la tripartite COMESA-EAC-SADC et au-delà", a déclaré M. Mboyi.  Il a ajouté : "Ce faisant, nous devons nous efforcer de faire en sorte que les opérations de transport routier transfrontalier s'appuient, premièrement, sur un environnement réglementaire harmonisé et, deuxièmement, sur un environnement opérationnel prévisible".

La réalité est que ce ne sont pas seulement les politiques et les lacunes procédurales qui ont entraîné des volumes limités de commerce transfrontalier en Afrique. Nous devons examiner plus en profondeur les raisons pour lesquelles le commerce intra-africain a été lent à se développer, ce qui a conduit à la forte dépendance actuelle de l'Afrique vis-à-vis des importations étrangères. 

La triste vérité est que les pays africains ne voient pas toujours d'un bon œil leurs homologues du continent. Cela est dû à diverses raisons, telles que des conflits historiques entre pays ou régions, ainsi que de mauvaises relations politiques et commerciales. Il existe également des perceptions négatives des affaires en Afrique, notamment le manque d'infrastructures de base pour le commerce, l'incapacité à respecter les normes de qualité mondiales, la faiblesse des structures de gouvernance et le fait que l'Afrique n'est tout simplement pas un choix viable pour des opérations commerciales réussies. 

Si certains de ces points de vue ont un certain mérite (notamment en ce qui concerne les environnements commerciaux passés), beaucoup de choses ont changé au cours de la dernière décennie. De nombreux pays africains ont continuellement et systématiquement renforcé et amélioré leurs systèmes et processus relatifs au commerce et au développement économique. 

Malheureusement, les perceptions négatives n'ont pas toujours évolué en fonction de ces changements et progrès positifs, malgré des données et des projections montrant un énorme potentiel pour ces pays, et pour le continent dans son ensemble. Ce manque de reconnaissance des indicateurs de croissance socio-économique a un impact négatif sur le commerce intra-africain. 

Stimuler le commerce

Pour stimuler le commerce intra-africain, nous devons comprendre les limites et les opportunités actuelles du continent. Il est nécessaire de changer le discours sur l'Afrique. Ce discours doit être tourné vers l'avenir et refléter la direction que prend le continent. 

Pour que la transformation se produise réellement en Afrique, nous devons obtenir l'adhésion et le soutien de toutes les parties prenantes, et pas seulement des gouvernements et des décideurs politiques. 

Le secteur privé doit être ouvert à l'idée de faire de plus en plus d'affaires sur le continent et d'explorer les partenariats locaux dans une mesure exponentielle. 

Toutefois, pour que cela fonctionne, les parties prenantes et les décideurs doivent s'engager à améliorer concrètement le commerce et le développement en Afrique en plaçant la barre plus haut en matière d'excellence, de prestation de services, d'infrastructures, de pratiques commerciales éthiques, de politiques et d'autres facteurs connexes. 

Selon un livre blanc publié en 2021 par le Forum économique mondial (en collaboration avec Deloitte), les liens insuffisants et inertes qui existent actuellement entre les économies africaines ont exacerbé l'impact de la pandémie de COVID-19 sur les chaînes d'approvisionnement du continent. 

Le rapport indique que "le continent ne peut pas faire grand-chose pour contrer les forces mondiales qui penchent vers la démondialisation, mais il peut lui-même adopter un régionalisme autosuffisant en renforçant le commerce intra-africain, sans parler de la promotion de l'Afrique comme destination privilégiée pour les investissements des multinationales".

La communication est essentielle

Pour réussir à stimuler le commerce économique intra-africain, nous devons déployer de gros efforts pour améliorer les systèmes commerciaux, de développement et d'affaires qui favorisent le commerce sur le continent. 

Plus important encore, nous devons également communiquer efficacement afin de faire passer le message et de changer réellement le discours. Pour y parvenir, nous avons besoin de canaux de communication et de dialogue plus ouverts pour connecter les entreprises et les organisations africaines entre elles. Les plateformes telles que les webinaires, les tables rondes, les salons professionnels transfrontaliers, comme la prochaine foire commerciale intra-africaine 2021 qui se tiendra à Durban, en Afrique du Sud, en novembre prochain, et les événements de mise en réseau sont des moyens efficaces de stimuler l'interaction qui mène à la collaboration. 

En fait, en tant qu'acteurs des écosystèmes économiques africains, nous devons tous être des "ambassadeurs" lorsqu'il s'agit de créer une marque pour le continent. Une telle approche profitera aux entreprises, aux pays et à l'Afrique dans son ensemble - et cette vision "globale" est ce qui fera avancer le continent de manière très intentionnelle et tangible.

Ce processus de communication doit être un cycle productif : apporter des changements positifs, communiquer sur ces changements, ce qui conduit ensuite à des changements de perception plus positifs, ce qui conduit à nouveau à des changements plus positifs. 

En résumé, en tant qu'Africains, nous devons assumer davantage de responsabilités quant à la manière dont nous nous percevons les uns les autres et dont les autres nous perçoivent. Relevons tous le défi, en utilisant la ZLECAf comme un tremplin pour stimuler les relations commerciales avec nos homologues africains. Le temps de l'Afrique est venu, alors faisons en sorte que cela se produise - ensemble.


Mme Matsena est la fondatrice et la directrice générale de 1Africa Consulting, une agence de communication stratégique et de solutions commerciales basée en Afrique du Sud. 

More from this author