Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Un nouveau modèle de financement pourrait aider l'Afrique à se relever du COVID-19 et à s'attaquer à la dette

Get monthly
e-newsletter

Un nouveau modèle de financement pourrait aider l'Afrique à se relever du COVID-19 et à s'attaquer à la dette

Les dirigeants mondiaux cherchent des moyens d'aider l'Afrique à stimuler la croissance économique, discutent des droits de tirage spéciaux et de l'esprit d'entreprise.
Afrique Renouveau: 
6 Octobre 2021
Félix Tshisekedi (à gauche) et Emmanuel Macron se serrant la main lors du Sommet.
Sara Canals
Félix Tshisekedi (à gauche) et Emmanuel Macron se serrant la main lors du Sommet.

Lorsque plus de 30 chefs d'État africains, d'autres dirigeants mondiaux et des représentants d'organisations internationales - la Banque mondiale, le Fonds monétaire international (FMI), la Banque européenne d'investissement, la Banque africaine de développement et d'autres - se sont réunis au Grand Palais Éphémère à Paris pour un sommet sur le financement des économies africaines au milieu de cette année, l'enjeu était de taille. 

Les dirigeants ont exploré les moyens de stimuler la croissance économique et de remédier aux difficultés causées par la COVID-19 en Afrique.

Ils ont notamment discuté de la dette de l'Afrique, qui a considérablement augmenté depuis le début de la pandémie, plongeant la région dans la pire récession depuis plus d'un demi-siècle. 

Le sommet, qui s'est tenu le 18 mai, a également permis d'identifier les moyens de favoriser l'esprit d'entreprise et d'évoquer la nécessité d'un accès accru aux vaccins COVID-19 dans la région. 

Droits de tirage spéciaux

Pour stimuler la croissance économique sans alourdir le fardeau déjà précaire de la dette, les dirigeants ont envisagé, pour la première fois dans l'histoire, la possibilité pour les économies avancées de faire don de leurs quotas de réserves du FMI, appelés droits de tirage spéciaux (DTS), aux économies en développement, dont la plupart se trouvent en Afrique. 

Conférence de presse avec Kristalina Georgieva, Macky Sall, Emmanuel Macron et Félix Tshisekedi. Photo : Sara Canals

Les DTS sont un panier des cinq principales devises du monde (le dollar américain, l'euro, le yuan chinois, le yen japonais et la livre sterling) utilisé par les membres du FMI pour stimuler les liquidités dans les pays sans alourdir le fardeau de leur dette. 

L'idée d'utiliser les DTS des grandes économies pour soutenir les pays en développement était une bonne nouvelle pour les dirigeants africains présents au sommet.

Le 23 août, le FMI a annoncé des allocations de DTS d'une valeur d'environ 650 milliards de dollars - un montant sans précédent, presque trois fois supérieur aux 250 milliards de dollars de DTS qui ont été alloués aux pays en 2009 à la suite de la crise financière mondiale.

"La [dernière] allocation profitera à tous les membres, car elle répondra au besoin mondial à long terme de réserves, renforcera la confiance et favorisera la résilience et la stabilité de l'économie mondiale. Elle aidera particulièrement nos pays les plus vulnérables qui luttent pour faire face à l'impact de la crise de la COVID-19", indique le FMI sur son site internet.

Il s'agit de "la plus importante [allocation] de notre histoire", selon la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva.

Toutefois, sur les 650 milliards de dollars de DTS, seuls 33,6 milliards sont affectés à l'Afrique, un montant qui, selon de nombreuses personnes, ne correspond pas aux besoins du continent, ce qui souligne la nécessité de s'appuyer sur les DTS des puissances économiques.

"Ce n'est pas suffisant", déclare le président français Emmanuel Macron, en faisant référence aux 33,6 milliards de dollars.

"33 milliards de dollars pour 55 pays, c'est une goutte d'eau", abonde Macky Sall, président du Sénégal.

Dans son discours devant la 76e session de l'Assemblée générale des Nations Unies (ONU), le 21 septembre, le secrétaire général António Guterres a salué "l'émission de 650 milliards de dollars de DTS par le FMI", mais a exhorté les grandes économies à "réaffecter leurs DTS excédentaires aux pays qui en ont besoin."

M. Guterres a déclaré que de nombreux pays en développement avaient un besoin urgent de liquidités et a déploré qu'une grande partie des DTS aille "aux pays qui en ont le moins besoin."

Le président Macron a annoncé que la France ferait don de son quota de DTS et a encouragé les autres pays à suivre son exemple. "Nous sommes prêts, et le Portugal est prêt. Nous devons atteindre jusqu'à 100 milliards de dollars pour l'Afrique et tripler ensemble le montant des DTS alloués au continent", a-t-il déclaré lors du sommet de Paris.

La quote-part de la France s'élève à environ 27,5 milliards de dollars, tandis que celle du Portugal est de 2,8 milliards de dollars. 

Carlos Lopes, ancien secrétaire exécutif de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA), félicite la France d'avoir pris l'initiative. Il a déclaré à Afrique Renouveau : "Traditionnellement, un pays donateur prête de l'argent ou donne de l'aide. Le fait que la France ait décidé de donner son quota de DTS est important. Nous parlons d'un membre du G7". 

Nonobstant, M. Lopes, aujourd'hui professeur à l'École de gouvernance publique Nelson Mandela de l'Université du Cap, est sceptique quant à la possibilité d'atteindre l'objectif de 100 milliards de dollars de DTS supplémentaires pour l'Afrique. "Ses intentions [le président Macron] sont bonnes mais aussi trop ambitieuses. Il n'a pas le pouvoir de rassembler un tel montant", a noté M. Lopes. 

Il a également expliqué : "La conférence n'a pas produit l'effet escompté par M. Macron : La France n'a réussi à convaincre que le Portugal, qui était probablement sous pression car il occupait la présidence tournante de l'UE [au moment du sommet]. Mais les autres pays n'ont pas suivi."

Vera Songwe, sous-secrétaire générale des Nations Unies et secrétaire exécutive de la CEA, a déclaré à Afrique Renouveau que la réunion de Paris était importante pour poursuivre "la conversation et pousser à la rétrocession des DTS", qui "aideront les pays les plus pauvres à acquérir des vaccins" et soutiendront finalement la croissance économique. 

Comment des DTS d'une valeur de 100 milliards de dollars pourraient-ils aider les États africains ?

Ils permettraient à l'Afrique "d'acheter plus de vaccins, de financer la relance économique du continent, de former les jeunes et de créer des entreprises, de restructurer et de réduire notre dette", selon le président Macky Sall.

Félix Tshisekedi s'adressant à un journaliste après le Sommet. Photo : Sara Canals

Le PIB de l'Afrique s'est contracté de 1,9 % en 2020. Même si le continent devrait connaître une croissance de 3,2 % en 2021, cette croissance est inférieure à la prévision de croissance mondiale de 6 %, note le FMI. 

Le FMI prévoit que l'Afrique a besoin de 285 milliards de dollars supplémentaires jusqu'en 2025 "pour une réponse adéquate au COVID-19". 

Une initiative en faveur de l'esprit d'entreprise

Outre les DTS, le sommet de Paris a abordé la question de l'entrepreneuriat, la France ayant annoncé la création de "l'Alliance pour l'entrepreneuriat en Afrique" pour soutenir le secteur privé africain et promouvoir l'entrepreneuriat. "Elle mobilisera un milliard de dollars pour les petites et moyennes entreprises", a déclaré M. Macron.

Mme Songwe qualifie l'initiative en faveur de l'entrepreneuriat de développement positif, ajoutant : "Entre 70 et 80 % des économies africaines sont constituées de petites et moyennes entreprises. Nous envisageons des DTS de plusieurs milliards de dollars, mais ces milliards finissent par retomber sur les petites entreprises. Ce type d'alliances peut contribuer à stimuler la croissance." 

L'Alliance pour l'entreprenariat en Afrique "aidera les jeunes Africains, les petites entreprises et les femmes, en leur donnant les moyens et la possibilité de jouer un rôle plus important dans notre société", déclare Félix Tshisekedi, président de la République démocratique du Congo et président de l'Union africaine (UA). "L'espoir de notre continent, c'est la jeunesse, et nous devons nous concentrer sur elle." 

M. Tshisekedi a suggéré d'organiser la première réunion de l'Alliance à Kinshasa, avant la fin de son mandat de président de l'UA, début 2022.

Les appels à la coopération internationale pour résoudre le problème de la dette de l'Afrique se sont intensifiés l'année dernière, après l'apparition de la pandémie. Le 15 avril 2020, 18 dirigeants africains et européens ont publié un éditorial soulignant la nécessité de stimuler la réponse sanitaire d'urgence de l'Afrique.

Les espoirs d'une bouée de sauvetage économique pour l'Afrique sont grands, mais les défis sont tout aussi grands. Convaincre d'autres pays développés de faire don de leurs DTS aux pays en développement pourrait potentiellement changer la donne, mais c'est aussi une demande difficile. Et l'initiative de M. Macron en matière d'entrepreneuriat devrait jouer un rôle de catalyseur. 

Le dirigeant français est toutefois optimiste, estimant que des bases solides sont déjà posées "pour un nouveau modèle de croissance" pour l'Afrique. Le temps nous dira s'il a raison.

More from this author