Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Une police de proximité efficace dans une ville nigériane pourrait servir de modèle

Get monthly
e-newsletter

Une police de proximité efficace dans une ville nigériane pourrait servir de modèle

Le commandant de police Olubayo Ajao est un héros populaire pour les habitants d'Ekpoma, dans le Midwest du Nigeria.
Kingsley Ighobor
Afrique Renouveau: 
23 Août 2021
M. Ajao lors d'une cérémonie locale avec des habitants d'Ekpoma. A droite, le Dr. Okhilua.
Morgan Idemudia
M. Ajao lors d'une cérémonie locale avec des habitants d'Ekpoma. A droite, le Dr. Okhilua.

Lorsque Daniel Okhilua, professeur de soins infirmiers nigérian américain basé à Chicago, a dû se rendre dans sa ville natale au Nigeria en mai dernier, il était si inquiet pour sa sécurité qu'il a gardé son plan de voyage secret.

"J'avais vraiment peur à cause des histoires d'enlèvements, de vols et de décès dans tout le Nigeria qui circulent sur les médias sociaux. J'ai donc prévu de me faufiler à Ekpoma, d'y passer quelques jours et de repartir en douce." 

Avec une population d'environ 200 000 habitants, Ekpoma est le siège administratif de la zone de gouvernement local (LGA) d'Esan West, dans l'État d'Edo, au centre-ouest du Nigeria.

Le Dr Okhilua dit avoir été surpris de constater qu'"Ekpoma était relativement paisible. J'ai fini par rester un mois, le plus long séjour que j'ai effectué ces dernières années. J'ai passé un bon moment". 

Il doit remercier la police et les habitants d'Ekpoma pour la sécurité de son voyage et la tranquillité de son séjour, résultat d'une police de proximité efficace dans la ville. 

Le commissaire Olubayo Ajao, officier de police divisionnaire (DPO) pour Ekpoma, Esan West, explique la philosophie sous-jacente de la police de proximité : "La police et la communauté ont un objectif commun : lutter contre la criminalité afin que les gens puissent vivre en paix et en harmonie. Par conséquent, les deux n'ont d'autre choix que de travailler ensemble pour atteindre cet objectif commun".

La police communautaire repose sur l'établissement par les forces de police de relations avec les personnes vivant dans leurs zones d'opération, qui à leur tour soutiennent les officiers dans leur travail.

M. Ajao résume ce modèle de police en trois mots : "Police de résolution de problèmes". 

Il a étudié l'histoire à l'université de Lagos et était membre du contingent de police nigérian qui a participé aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies au Liberia entre 2007 et 2008. 

Pourquoi M. Ajao est-il un héros populaire dans la communauté après avoir passé à peine un an à Ekpoma ? "C'est une personne ordinaire, totalement intégrée dans la communauté, qui partage les joies et les peines des gens", explique le Dr Okhilua.

En même temps, selon Felix Obhakhan, un habitant d'Ekpoma, "Il (M. Ajao) est un officier de police qui n'a pas froid aux yeux, il est dur avec les criminels".

L'officier de police divisionnaire Olubayo Ajao. Crédit photo : Morgan Idemudia
L'officier de police divisionnaire Olubayo Ajao. Crédit photo : Morgan Idemudia

La situation en matière de sécurité était auparavant assez préoccupante, mais "grâce au partenariat entre la police et la communauté, sous l'impulsion de la direction de la police et d'autres personnes, il y a eu de grandes améliorations", déclare le chef Paul Itua, un leader communautaire et avocat.

Afrique Renouveau a observé les compétences de M. Ajao en matière d'établissement de relations, un dimanche de mai.

Il a assisté à un service religieux le matin, s'est habillé avec des vêtements locaux et s'est assis au dernier rang, sans rien dire. Après le service, il est resté un peu plus longtemps à l'extérieur des locaux de l'église à bavarder avec un groupe de personnes - jeunes et vieux, femmes et hommes.

Cet après-midi-là, il était l'un des centaines de personnes présentes à un enterrement. Il se tenait tranquillement dans un coin, saluant rapidement les personnes qui le reconnaissaient tandis que ses yeux scrutaient les environs. 

Vers 18 heures le même jour, il a participé à une réunion des chefs de communauté, organisée pour discuter de la paix et de la sécurité dans le LGA. Il a apporté des mangues fraîchement cueillies pour le groupe.

M. Ajao participe activement à la conversation qui dévie, par intermittence, de la sécurité vers l'histoire, la religion ou Covid-19. 

"C'est un frère. Nous avons de la chance de l'avoir ici", a noté M. Obhakhan, qui a convoqué la réunion.

M. Ajao affirme que la relation entre la police et la communauté aide à la collecte de renseignements. "Nous recevons beaucoup d'informations de la population, ce qui nous aide à étouffer le crime dans l'œuf. Nous avons arrêté de nombreux kidnappeurs. Je suis personnellement impliqué dans de telles opérations. Nous avons récupéré des armes et remis les criminels pour qu'ils soient poursuivis." 

Mais il n'hésite pas à remercier l'inspecteur général de la police (IGP) Baba Usman Alkali et le commissaire de police (CP) du commandement de l'État d'Edo, Philip Aliyu Ogbadu.

"Ils nous ont formés à la police de proximité et continuent de nous encourager et de nous motiver à en faire plus", explique-t-il. "Le CP dirige personnellement les équipes de patrouille le jour et la nuit. J'essaie de l'imiter."

La Force de police du Nigeria (NPF) est encore largement mal équipée, bien que la police communautaire contribue à susciter diverses formes de soutien non gouvernemental pour l'équipe de police d'Ekpoma. Il n'y a pas longtemps, un individu anonyme a fait don d'un véhicule opérationnel à l'équipe de police de la ville. 

Un autre résultat du partenariat entre la police et la communauté est la formation d'un groupe de plus de 1 000 jeunes appelés "Atanakpa" (qui signifie "tigres") pour aider à combattre la criminalité dans l'Esanland. Les membres d'Atanakpa fournissent des conseils utiles à la police et les deux groupes s'engagent parfois dans une poursuite conjointe des criminels.

La police a formé les membres du groupe Atanakpa sous les auspices d'Edo State Network Security et avec le soutien du gouverneur de l'État, Godwin Obaseki.

Leur mantra est le suivant : "Voyez quelque chose, dites quelque chose". 

Le directeur d'Edo State Network Security (Atanakpa-Esan) et leader communautaire, Joel Aidamebor, confirme que "nous travaillons très bien avec la police, tant avec M. Ajao qu'avec les commandants de zone. Nous complétons leurs efforts."

En 2019, la NPF a relancé la police communautaire, bien que les autorités policières aient sondé le concept depuis des décennies. L'initiative implique le recrutement de 40 000 agents de police communautaire pour les 774 LGA du Nigeria. Les agents nouvellement recrutés serviront dans leurs communautés respectives, en tirant parti de leur connaissance approfondie de ces dernières.

Outre l'urgence de recruter davantage d'agents, la mise en œuvre efficace de la police de proximité au Nigeria dépend également de la résolution des problèmes culturels, institutionnels et logistiques des FNP. 

Par exemple, les 300 000 officiers du Nigeria pour une population de 200 millions d'habitants représentent environ un officier de police pour 667 citoyens, ce qui reste inférieur à la norme recommandée au niveau international d'au moins un officier de police pour 450 citoyens.

En outre, il existe une perception de la propension des FNP à faire un usage excessif de la force sur les citoyens. En 2020, la Special Anti-Robbery Squad (SARS) a été accusée d'exécutions extrajudiciaires et de brutalité, déclenchant la campagne Twitter #EndSars et les émeutes qui ont suivi. Le gouvernement a par la suite démantelé les SARS.

Malgré ces défis, nombreux sont ceux qui pensent qu'une mise en œuvre efficace de la police de proximité à l'échelle nationale pourrait être au cœur de la réussite des efforts visant à réinventer les FNP.

M. Ajao est confiant dans la réussite de ce projet car "l'IGP et le CP sont rompus à l'art de la police communautaire et sont déterminés à réussir".

C'est peut-être vrai, mais pour les habitants d'Ekpoma, les policiers avec lesquels ils travaillent, dirigés par M. Ajao, sont désormais une famille. "La synergie entre la police et la communauté fonctionne et c'est un développement bienvenu", déclare le chef Itua.

Thèmes: