Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Plus de temps à perdre si nous voulons éradiquer la faim et atteindre les autres ODD

Get monthly
e-newsletter

Plus de temps à perdre si nous voulons éradiquer la faim et atteindre les autres ODD

— Dr Jemimah Njuki, gardienne de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes pour le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires 2021 et championne des systèmes alimentaires.
Franck Kuwonu
Afrique Renouveau: 
13 Septembre 2021
Dr Jemimah Njuki
Test d'un broyeur de manioc, Kenya.

Avant le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires du 23 septembre 2021, quatre leviers de changement ont été identifiés comme ayant le pouvoir d'entraîner des progrès significatifs dans la transformation des systèmes alimentaires et la réalisation des 17 Objectifs de développement durable (ODD). L'un de ces leviers est l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes, qui est dirigé par le Dr Jemimah Njuki, également directrice pour l'Afrique de l'Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI). Dans cette interview avec Franck Kuwonu d'Afrique Renouveau, le Dr. Njuki partage les préoccupations des femmes petits exploitants et négociants, et leurs attentes pour le Sommet.

Dr. Jemimah Njuki
Dr. Jemimah Njuki

Vous êtes une championne des systèmes alimentaires et officiellement la "gardienne de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes" pour le prochain Sommet sur les systèmes alimentaires. Qu'est-ce qu'un gardien et quel est votre rôle spécifique ?

Le mot "gardien" a un sens littéral, car l'Envoyée spéciale [du Sommet sur les systèmes alimentaires de 2021, le Dr Agnes Kalibata] a clairement défini ce rôle. Le mandat général était de veiller à ce que l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes et des filles restent au cœur du processus et des résultats du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires, et plus particulièrement des cinq pistes d'action visant à garantir l'accès à des aliments sains et nutritifs, à adopter des modes de consommation durables, à stimuler une production respectueuse de la nature, à assurer des moyens de subsistance équitables et à favoriser la résilience. Le second mandat était de s'assurer que nous disposions de solutions pour remédier aux inégalités systémiques entre les sexes dans les systèmes alimentaires et d'engager les femmes du monde entier dans l'élaboration de ces solutions.

Pourquoi ce Sommet sur les systèmes alimentaires est-il important à l'heure actuelle ? 

Ce Sommet sur les systèmes alimentaires est nécessaire car nous sommes dans la dernière décennie des ODD et toutes les données nous indiquent que nous ne sommes pas sur la bonne voie pour atteindre les objectifs, y compris l'ODD 2 sur l'élimination de la faim. Le Sommet sur les systèmes alimentaires est donc très important à ce moment précis. C'est comme si vous faisiez une course et que vous saviez que vers la fin de la course, vous devez accélérer si vous voulez vraiment gagner. Et c'est le sprint que nous devons maintenant effectuer.

L'idée est donc de savoir comment réunir toutes les parties prenantes des systèmes alimentaires pour leur dire : " Voilà où nous en sommes ". Si nous continuons à courir au même rythme qu'avant, nous n'atteindrons pas l'objectif. Nous devons accélérer les progrès et nous devons trouver comment le faire.

À quoi ressemblerait pour vous un Sommet des systèmes alimentaires réussi ?

Du point de vue de l'égalité des sexes, pour les femmes du monde entier que j'ai représentées à ce sommet, un Sommet sur les systèmes alimentaires réussi sera celui des gouvernements qui viendront à la table des négociations avec des engagements et des ressources réels pour soutenir les femmes dans les systèmes alimentaires - en comblant les lacunes en matière d'inclusion financière dont nous savons qu'elles existent, en garantissant les droits fonciers des femmes et en proposant d'autres solutions pour lutter contre les inégalités. Il doit y avoir des plans, des ressources et des engagements spécifiques pour traiter certains de ces problèmes que les femmes du monde entier ont identifiés.

La deuxième chose qui ferait du sommet un succès serait notre engagement mondial en faveur de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes dans les systèmes alimentaires, au plus haut niveau, de la part du Secrétaire général lui-même [António Guterres] et des agences basées à Rome [l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Fonds international de développement agricole (FIDA) et le Programme alimentaire mondial (PAM)] qui ont pour mandat la sécurité alimentaire et nutritionnelle, ainsi que des gouvernements et des autres parties prenantes.

Enfin, il faut que les gens entendent la voix des femmes et qu'ils aient des plans d'action très spécifiques après le sommet. Ainsi, pour moi, un sommet réussi ne se limite pas à ce qui se passe pendant cette session d'une journée, mais s'accompagne d'un plan visant à faire progresser ces engagements en faveur de l'égalité des sexes.

Vous avez mené de nombreuses consultations avant le sommet. À qui avez-vous parlé ? Qu'avez-vous partagé avec eux et que vous ont-ils dit ? 

Notre principal groupe d'intérêt était les femmes et les filles. Nous avons organisé plusieurs dialogues en Afrique, en Amérique latine et dans les Caraïbes, ainsi qu'en Asie du Sud. Des dialogues ont également eu lieu en Europe centrale, réunissant non seulement des femmes et des filles, mais aussi des organisations qui travaillent sur les questions relatives aux femmes et aux filles, des dirigeants de pays et différents groupes de femmes et de filles.

Nous avons réuni des peuples indigènes, des entrepreneurs, des personnes qui font le commerce de la nourriture, des consommateurs, des jeunes hommes et des jeunes femmes, car ce sont eux qui font bouger nos systèmes alimentaires et ils connaissent les défis à relever.

Ce que nous leur avons présenté, c'est cette énorme opportunité de faire entendre leur voix, d'exprimer leurs priorités dans les systèmes alimentaires, les actions qu'ils aimeraient voir de la part des gouvernements, de la communauté mondiale et des bailleurs de fonds.

Dans chacune de ces régions, les priorités étaient très différentes. En Afrique, les droits fonciers des femmes sont essentiels. Même dans les pays où nous avons des constitutions progressistes, les droits fonciers des femmes restent un problème majeur. Il y a aussi la question de l'accès aux technologies, y compris les technologies numériques, et aux produits financiers nécessaires pour combler le fossé qui existe actuellement. Enfin, les obstacles législatifs et institutionnels doivent être levés.

Un programme en 10 points pour lutter contre l'inégalité des sexes dans les systèmes alimentaires
  1. Alliance pour lutter contre l'anémie chez les femmes et les filles.
  2. Global Food 50/50, un mécanisme de responsabilité mondiale pour suivre le leadership, les politiques et les programmes des femmes dans les organisations des systèmes alimentaires.
  3. Centres d'innovation axés sur les aliments rentables et nutritifs (y compris les cultures indigènes) cultivés et commercialisés par les femmes.
  4. Alliance de plus de 50 institutions financières mondiales et nationales pour mettre en œuvre une inclusion financière transformatrice de genre pour les femmes.
  5. Mécanisme de financement mixte pour les petites initiatives détenues localement par les femmes et les jeunes,
  6. Droits fonciers pour les femmes, mécanismes décisionnels communautaires équitables et systèmes d'information sur les droits fonciers, l'accès et le contrôle des ressources alimentaires essentielles.
  7. Approches transformatrices de genre dans les politiques, programmes et systèmes des systèmes alimentaires (y compris les systèmes de vulgarisation).
  8. Alliance de pays adoptant des politiques de systèmes alimentaires féministes et des cadres réglementaires qui font progresser le leadership des femmes aux niveaux local, sous-national et national, adoptent une budgétisation sensible au genre et incluent des indicateurs et des objectifs appropriés ventilés par sexe pour mesurer l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes.
  9. Centre mondial de données pour l'élaboration de politiques de transformation des systèmes alimentaires en fonction du genre.
  10. Une campagne et un programme de travail pour s'attaquer aux normes, coutumes et valeurs sociales et de genre néfastes qui engagent les hommes et les femmes, les garçons et les filles ensemble comme agents de changement à tous les niveaux.​

En Amérique latine, il s'agissait de respecter les systèmes alimentaires indigènes car ils sont aux prises avec des problèmes d'obésité. La question était donc de savoir comment ils pouvaient élever leurs aliments indigènes pour les rendre plus accessibles et disponibles, notamment en reliant ces systèmes alimentaires locaux aux programmes d'alimentation scolaire.

En Asie du Sud-Est, l'accent a été mis sur les travailleuses du secteur informel et les petites productrices, sur la manière dont elles s'organisent pour accéder aux marchés et sur la manière dont les gouvernements devraient commencer à considérer leurs fermes et leurs entreprises comme des entreprises et reconnaître les femmes comme des productrices et des propriétaires d'entreprises à part entière. Ce sont quelques-unes des choses que nous avons entendues. Nous les avons compilées en 10 points d'action que nous présenterons lors du sommet.

Les conversations et les dialogues vous ont-ils appris quelque chose qui vous a surpris ou mis au défi ?

Je pense qu'il y a beaucoup de choses qui m'ont interpellée. Par exemple, les femmes nous ont dit : "Nous sommes dans les systèmes alimentaires. Nous avons été dans les systèmes alimentaires. Nous faisons notre part dans les systèmes alimentaires. Nous produisons. Si vous allez au marché, c'est nous qui faisons du commerce. C'est nous qui gérons les petites et moyennes entreprises (PME). Ce sont les systèmes que vous avez mis en place qui ne fonctionnent pas pour nous. Nous faisons notre part du travail, mais vous devez réparer ces systèmes".

Vous devez réparer le financement afin qu'il développe des produits et des services qui répondent à nos besoins et à nos priorités. Vous devez corriger les politiques pour que nous puissions posséder des terres et les utiliser comme garantie pour obtenir des financements. Il faut réparer les grandes industries et les grandes entreprises pour qu'elles fournissent des emplois décents et versent des salaires équitables. Il faut s'attaquer au fardeau des soins non rémunérés. Nous essayons de produire de la nourriture et en même temps de nous occuper des enfants sans aucune infrastructure de base, surtout dans les zones rurales". Voilà, pour moi, les messages clés qui sont passés.

Nous avons souvent dit qu'il fallait former les femmes, qu'il fallait faire cela pour les femmes. Et c'est toujours important. Mais les femmes disent très clairement qu'elles sont déjà présentes dans les systèmes alimentaires, qu'elles produisent et font du commerce, mais que les systèmes en place ne répondent pas à leurs besoins et à leurs priorités.

Serait-il correct de dire que leurs attentes à l'égard du sommet ne sont pas des aspirations, mais un accord sur des solutions pratiques ?

Nous avons besoin de changements et de choses très pratiques, et ces changements sont nécessaires maintenant. Et quand vous voyez les 10 engagements que nous avons mis sur la table, ce sont des choses très pratiques qui peuvent être faites. Par exemple, nous appelons à une alliance d'institutions financières pour développer des produits qui fonctionnent pour les femmes qui sont dans les systèmes alimentaires, car elles sont très différentes des femmes qui sont en dehors des systèmes alimentaires. Leurs entreprises sont différentes, et leurs besoins et priorités sont spécifiques.

Une autre recommandation pratique est que les organisations travaillant dans les systèmes alimentaires fassent un rapport annuel sur le nombre de femmes occupant des postes de direction et sur les politiques qu'elles ont mises en place pour s'assurer que les femmes ont des emplois décents, et qu'elles collectent des données sur les indicateurs de genre et des données ventilées par sexe qui montrent l'impact de leur travail sur les hommes et les femmes.

Vous avez souvent dit que les pays où les femmes sont le plus marginalisées et victimes de discriminations sont ceux où les gens ont le plus faim ?

La façon la plus simple de le dire est que si vous discriminez les femmes, par exemple dans l'accès aux ressources telles que les intrants, ou lorsqu'elles ont un accès limité aux engrais pour des raisons financières, ou parce que votre système les discrimine, ou si elles cultivent des terres qu'elles ne possèdent pas et qu'elles savent que ces terres peuvent leur être retirées, leur investissement dans ces terres sera inférieur à celui des hommes.

Si elles n'ont pas accès au financement parce qu'elles n'ont pas de garantie ou si elles entrent dans une banque et que les gens voient une femme et non un entrepreneur ou qu'elles ont besoin d'un mari pour cosigner un prêt pour elles, alors ces femmes deviennent moins productives. Dans certains pays, des données montrent que si on leur donne le même accès, les femmes pourraient être 30 % plus productives.

Cela signifie que le pays finit par produire moins de nourriture, car c'est comme si vous couriez avec une main attachée dans le dos. Ceux qui ont les deux mains libres arriveront avant vous. C'est donc la même logique : les femmes sont moins productives, non pas parce qu'elles ne peuvent pas être aussi productives que les hommes, mais parce qu'elles n'ont pas le même accès aux ressources que les hommes, et la production finit par diminuer.

Test d'un broyeur de manioc, Kenya.

L'une des sept priorités spécifiques du sommet sera les droits des femmes à la terre. Vos recherches montrent que les droits fonciers sont compliqués dans les pays en développement et que les femmes sont généralement perdantes. Comment un sommet comme celui-ci peut-il aborder concrètement cette question ?

Il y a deux choses à faire : la première concerne les dispositions légales. Seuls quelques pays accordent aux hommes et aux femmes des droits égaux à la terre. Nous avons un long chemin à parcourir pour nous assurer que les instruments législatifs qui garantissent les droits des femmes à la terre sont en place. Mais pour ces pays, il s'agit de renforcer les capacités des femmes et de les sensibiliser à ces droits afin qu'elles puissent les revendiquer. C'est tout à fait faisable. 

La deuxième partie, qui est également très réalisable, concerne les normes socioculturelles. Il existe un système de croyances qui considère que la femme ne peut pas posséder de terres dans la maison de son mari, ou qu'elle ne peut pas hériter des terres de son père. Par exemple, au Kenya, nous avons l'une des constitutions les plus progressistes qui garantit l'égalité des droits à la propriété foncière et à l'héritage, mais depuis qu'elle a été adoptée, seuls environ 10 % des titres ont été accordés aux femmes. Et la proportion de terres appartenant à des femmes est toujours inférieure à 2 %. Ainsi, même lorsque les instruments juridiques fonctionnent, nous savons qu'il y a autre chose à faire. Il s'agit en partie de la mise en œuvre et du changement des normes et des croyances relatives à la propriété foncière des femmes. Et c'est là que nous avons besoin de l'engagement des chefs traditionnels, des hommes et des garçons.

Le sommet portera également sur les soins non rémunérés et la charge de travail agricole, l'accès aux technologies et l'autonomisation économique des femmes dans les systèmes alimentaires. D'après vos interactions avec les gens, quelle est la compréhension générale de ces priorités ?

Nous constatons d'énormes changements dans certains de ces domaines, notamment l'accès aux technologies et aux services. Mais pour certaines questions, les progrès sont beaucoup plus lents. Par exemple, la question du travail de soin non rémunéré est beaucoup plus complexe car elle nécessite des stratégies multiples. Premièrement, il faut que les gouvernements reconnaissent la valeur du travail de soins non rémunéré, car ce qui n'est pas valorisé n'est pas planifié.

Deuxièmement, il faut réduire la quantité de travail de soins non rémunéré. Et c'est là que les technologies sont utiles, en veillant à ce que les services de base comme l'eau et l'énergie soient accessibles aux gens.

Mais il y a une partie du travail de soins non rémunéré à laquelle nous ne pensons pas toujours, surtout pour les femmes rurales. Nous pensons à l'énergie, à l'eau, mais pas à la garde des enfants. La garde des enfants devrait être prise en compte dans la planification des infrastructures de base par les gouvernements. Ainsi, si vous construisez un marché dans une zone urbaine ou rurale, de la même manière que vous prévoyez des toilettes et de l'eau dans un marché, vous devriez également prévoir des services de garde d'enfants, car les femmes qui viennent sur ces marchés ont des enfants. Il est difficile pour elles de faire du commerce et de transporter des objets avec des enfants sur le dos.

Et troisièmement, il faut redistribuer le travail de soins non rémunéré à partager entre les hommes et les femmes. Et les normes relatives à la garde des enfants et au travail domestique doivent changer pour que cette redistribution ait lieu.

Les priorités restantes sont de changer les normes, de s'attaquer aux obstacles institutionnels et de promouvoir des politiques agricoles et des systèmes alimentaires tenant compte de la dimension de genre. De quel type de normes s'agit-il ? 

J'ai parlé des normes relatives à la possession par les femmes de biens tels que la terre, et des normes relatives à la garde des enfants. Nous devons également modifier les politiques afin qu'elles reconnaissent le rôle des femmes et encouragent leur leadership. Nous avons également besoin de politiques qui adoptent les principes de la budgétisation sensible au genre et qui assurent le suivi des indicateurs de genre et de l'autonomisation des femmes. Ce sont des éléments importants qui doivent être intégrés dans le gouvernement.

Il est également important que les gouvernements réfléchissent à l'impact de toutes les politiques sur les femmes et collectent les données qui nous permettent de suivre cet impact.

Quelles sont les prochaines étapes après le sommet ? 

La prochaine étape après le sommet sera de mettre en œuvre ces engagements. Nous sommes en train de mettre sur pied une coalition multipartite comprenant des gouvernements, des organismes de financement, des agences basées à Rome et des organisations d'agriculteurs. Nous l'avons appelée "Coalition on Making Food Systems Work for Women and Girls", car nous voulons maintenant commencer à mettre en œuvre ce plan d'action en dix points. Nous attendons des agences basées à Rome qu'elles nous aident à réunir cette coalition et que les gouvernements nous rejoignent et prennent l'initiative, car une grande partie de cette action doit également être menée au niveau national.

Quels changements les petites agricultrices pourraient-elles constater après le sommet ? Quand pourraient-elles les voir ? 

Avec ce programme d'action en 10 points, une fois mis en œuvre, voici ce qui va changer pour elles : elles auront des gouvernements qui ont des politiques sensibles au genre, qui budgétisent pour leur bien-être et qui suivent les progrès et l'impact sur leurs vies. Elles verront un système de vulgarisation qui leur fournit des informations et qui les reconnaît comme des agriculteurs de bonne foi qui méritent les services du gouvernement.

Les femmes vont voir un gouverneur ou un planificateur administratif ou gouvernemental dans une zone rurale qui conçoit un marché qui les sert et qui dit : "Vous êtes une femme avec un enfant. Ce marché a été conçu de manière à ce qu'il fonctionne pour vous". Cela doit se produire d'ici 2030 car, comme je l'ai dit, le temps s'accélère. Nous attendons des gouvernements qu'ils sprintent pour atteindre les ODD. Il ne s'agit pas seulement de la course à la faim zéro, mais aussi de la course à l'inégalité des sexes zéro.