Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Les STIM peuvent développer les innovations dont nous avons besoin en Afrique, selon Gecci Karuri-Sebina

Get monthly
e-newsletter

Les STIM peuvent développer les innovations dont nous avons besoin en Afrique, selon Gecci Karuri-Sebina

Afrique Renouveau: 
13 Septembre 2021
Des développeurs de logiciels au siège d'Andela au Nigeria, à Lagos.
Andela/Rotimi Okungbaye
Des développeurs de logiciels au siège d'Andela au Nigeria, à Lagos.

More African women are leading in Science, Technology, Engineering and Mathematics (STE

De plus en plus de femmes africaines sont à la tête de programmes de sciences, de technologies, d'ingénierie et de mathématiques (STIM) qui intègrent les quatre domaines dans un seul programme transdisciplinaire et se concentrent sur l'application dans le monde réel et le partage des connaissances. Dans une interview accordée à Afrique Renouveau, Gecci Karuri-Sebina, du Kenya, explique l'importance d'élargir notre conception des STIM.

Gecci Karuri-Sebina

Qui êtes-vous et que faites-vous ?

Après avoir travaillé de nombreuses années dans le secteur public, j'ai commencé à travailler sur des programmes plus civiques et de conception, ainsi qu'à jouer un rôle plus consultatif.

Je coordonne actuellement le Civic Tech Innovation Network, qui est une communauté de pratique africaine regroupant divers innovateurs d'intérêt public. Je suis également professeur associé à l'université de Wits, en Afrique du Sud, où je participe à la création d'un centre d'excellence africain en matière de gouvernance numérique, qui contribuera à renforcer les capacités des acteurs de la gouvernance face aux défis et aux opportunités que présente la numérisation dans notre société.

Je travaille également sur les questions de gouvernance urbaine et d'avenir par le biais de mes autres associations au South African Cities Network, au Centre africain pour les villes de l'université du Cap et à la Singularity University, aux États-Unis.

Comment êtes-vous entré dans les STEM ?

J'ai toujours été intéressé par les sciences. Lorsque je suis entré à l'université pour étudier l'architecture, j'ai immédiatement été attiré par la physique et l'informatique. Lors de mon premier diplôme, j'ai fait un détour par l'informatique et je me suis beaucoup impliqué dans la recherche scientifique et les concours de codage. 

Après mon premier stage en tant que testeur de logiciels et la mise en œuvre des normes ISO [- Organisation internationale de normalisation] pour le développement de logiciels, j'ai découvert que si le travail dans l'industrie était techniquement intéressant et amusant, il n'était pas épanouissant. Il manquait quelque chose, et c'était la question de l'objectif social ou communautaire de mon travail. C'est à ce moment-là que j'ai commencé à combiner les sciences sociales avec ma formation en sciences et technologies.

Au cours de ma troisième année, j'ai décidé d'ajouter un deuxième diplôme de premier cycle en sociologie. D'une certaine manière, cela a été une expérience déterminante pour moi : il ne s'agit pas de se conformer aux programmes ou aux emplois spécifiés, mais de rechercher constamment ce qui a du sens, même si cela signifie faire des choses qui ne sont pas au menu, pour ainsi dire. J'ai eu la même expérience au niveau de la maîtrise (double diplôme en architecture et en urbanisme) et du doctorat (études sur la planification et les systèmes d'innovation).

Les STIM sont une étape essentielle pour développer de manière créative les solutions et les innovations dont nous avons besoin en Afrique dans toute une série de domaines essentiels à la vie - santé, production alimentaire, infrastructures de base, environnement, fabrication, etc. Mais ce qui m'intéresse le plus, c'est l'évolution vers les STIM (en y ajoutant les arts et les sciences humaines), où nous commençons à élargir nos modes de connaissance et d'apprentissage.

De quelle réalisation êtes-vous le plus fier ? 

Je suis très fière d'avoir encadré et soutenu des jeunes, car j'ai également été encadrée et soutenue dans mon parcours. J'avais l'habitude de dire que ma réussite serait un jour de rendre compte à mes anciens mentorés. C'est arrivé trois fois maintenant, et j'espère que cela se reproduira encore longtemps !

Quels défis avez-vous dû relever et comment les avez-vous surmontés ?

En tant que jeune femme noire africaine, j'ai été une minorité pendant une grande partie de mon parcours [aux États-Unis]. Mais j'ai eu la chance d'avoir des racines solides et de trouver des alliés en cours de route qui m'ont aidée à naviguer dans ces eaux étranges. Mais ce fut un voyage continu d'apprentissage et d'évolution, je dois dire.

Quelles opportunités voyez-vous dans les STIM en Afrique ?

Pour moi, les STIM sont une étape essentielle pour développer de manière créative les solutions et les innovations dont nous avons besoin en Afrique dans toute une série de domaines essentiels à la vie - santé, production alimentaire, infrastructures de base, environnement, fabrication, etc. Mais ce qui m'intéresse le plus, c'est l'évolution vers le STEAM (en ajoutant les arts et les sciences humaines), où nous commençons à élargir nos modes de connaissance et d'apprentissage et à exploiter les convergences de manière intéressante. D'après ma propre expérience, je vois comment cette évolution peut inspirer des créations inédites et amener beaucoup plus de gens à voir de nouvelles valeurs dans les STIM.

Quel est le message que vous adressez aux jeunes Africains à propos des STIM ?

Ne voyez pas les STIM comme une simple voie vers les professions traditionnelles - médecin, ingénieur, universitaire. Il existe de nombreuses façons de tirer parti de ces domaines de connaissances techniques, et les nouvelles technologies ouvrent de nombreuses possibilités à tout un chacun de choisir et de jouer divers rôles.