Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Agriculture: les jeunes agriculteurs zimbabwéens mènent la charge

Get monthly
e-newsletter

Agriculture: les jeunes agriculteurs zimbabwéens mènent la charge

Les nouvelles politiques financières et foncières contribuent à susciter l'intérêt et l'innovation.
Afrique Renouveau: 
18 Août 2021
Terrence Maphosa avec sa récolte de maïs.
Terrence Maphosa
Terrence Maphosa avec sa récolte de maïs.

Au Zimbabwe, l'agriculture a le vent en poupe et les jeunes en sont le moteur. Par exemple, le pays s'apprête à récolter 2,8 millions de tonnes de maïs cette année, soit le triple de la récolte prévue pour 2020, ce qui en fait la production la plus élevée depuis 20 ans. 

La récolte exceptionnelle prévue pour 2021 devrait enfin assurer un excédent alimentaire au Zimbabwe, a déclaré en juin la ministre de l'information Monica Mutsvangwa. Il y a tout juste un an, l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) a débloqué 86,9 millions de dollars pour renforcer la sécurité alimentaire dans le pays.

Environ 57 % des Zimbabwéennes âgées de 20 à 31 ans et 47 % des hommes de la même tranche d'âge cultivent des fruits comme les mangues, s'adonnent à l'élevage de bétail comme les prolifiques chèvres Boer, et cultivent le tabac, le maïs, etc.

Le président Emerson Mnangagwa, qui a pris les rênes du gouvernement en novembre 2017, a adopté des politiques visant à attirer les jeunes et les personnes instruites vers l'agriculture, tout en attirant de nouveau de nombreux agriculteurs blancs qui s'étaient installés en Australie, en Afrique du Sud et au Royaume-Uni après la saisie de leurs terres il y a environ deux décennies.

Le président s'est engagé à fournir des baux fonciers de 99 ans aux agriculteurs blancs et a garanti la sécurité de ceux qui souhaitaient rentrer chez eux. Les agriculteurs blancs de retour au pays s'associent avec leurs homologues noirs, y compris les jeunes agriculteurs noirs, ce qui entraîne un échange sain de capitaux, de compétences et de machines. 

En outre, la transformation économique structurelle du Zimbabwe, qui consiste à passer des emplois traditionnels dans les bureaux et les usines à l'entrepreneuriat informel, s'étend désormais au secteur agricole, attirant l'attention des jeunes agriculteurs. 

 Terrence Maphosa avec sa volaille.  Crédit photo: Terrence Maphosa
Terrence Maphosa avec sa volaille.
Crédit photo: Terrence Maphosa

"Nous constatons un état d'esprit favorable aux jeunes agriculteurs au sein du gouvernement, ce qui envoie des signaux positifs", déclare Gift Mawacha, historien de l'agriculture au lycée Chimanimani dans l'est du Zimbabwe, la ceinture agricole la plus fertile du pays.  "Et les jeunes disent 'hé, nous sommes sans emploi mais il y a de l'argent dans la culture des pommes de terre et des fleurs'".

"Ma génération a suivi une formation de comptable et de travailleur social. Les universités du Zimbabwe diplôment des milliers d'étudiants chaque année, mais il n'y a qu'une poignée d'emplois dans la fonction publique ou dans les entreprises pour les chômeurs", explique Itai Sedze, 29 ans, un sociologue qui s'est lancé dans la culture du maïs. 

L'agriculture de conservation

L'état d'esprit favorable à l'agriculture du gouvernement est ancré dans un programme appelé "Pfumvudza" (qui signifie "Révolution des maîtres agriculteurs") par lequel il fournit des subventions financières aux jeunes agriculteurs.

Le chercheur Eddy Maseya décrit Pfumvudza comme un concept à l'épreuve du climat qui s'appuie sur "des techniques d'agriculture de conservation pour tirer le meilleur parti de petites parcelles de terre".

Soutenu par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Pfumvudza consiste à "réduire au minimum la perturbation du sol ou le travail du sol, à assurer une couverture permanente du sol en utilisant des paillis organiques, à pratiquer la rotation des cultures et à associer des cultures de couverture aux cultures principales", selon le Future Agricultures Consortium, une alliance d'organismes de recherche qui cherchent à améliorer l'agriculture en Afrique.

Les jeunes Zimbabwéens s'intéressent à ce concept d'agriculture durable. 

Par exemple, Prosper Bvunzawabaya, 31 ans, est retourné au Zimbabwe pour cultiver des fruits après avoir obtenu un diplôme d'études supérieures en finance à la Southern Methodist University de Dallas, au Texas, aux États-Unis. 

Il déclare : "Ma terre est de taille limitée, mais j'exploite chaque hectare au maximum de son potentiel." Il a commencé par planter 300 manguiers mais espère atteindre bientôt son objectif de 5 000 arbres. "J'utilise une espèce de mangue appelée Tommy Atkins. Cette espèce fruitière est très demandée à l'étranger. J'ai décidé de cultiver des mangues après avoir lu des articles sur la culture des avocats en Nouvelle-Zélande."

Prosper compte actuellement sept employés, dont deux sont diplômés d'université. 

D'autres jeunes agriculteurs appliquent des techniques innovantes dans l'agriculture. Milton Zhakata, 36 ans, mélange des chèvres Boer, originaires de l'Afrique du Sud voisine, avec des chèvres indigènes.

John Muchenje dans sa ferme maraîchère.
John Muchenje dans sa ferme maraîchère.
John Muchenje

"La viande de chèvre Boer est une machine à imprimer de l'argent", s'enthousiasme-t-il. Milton, qui a six employés, a commencé avec 25 chèvres et approche maintenant des 300. Les chèvres Boer peuvent peser jusqu'à 200 kg chacune.

"Les chèvres Boer sont des reproductrices prolifiques. La mère a une superbe capacité à nourrir sa progéniture pour que peu d'entre eux meurent", explique Pardon Mundeta, agronome à la retraite. "Elles mettent au monde des jumeaux, des triplés, des quadruples". 

Itai attribue aux médias sociaux la popularisation de l'agriculture auprès des jeunes. "Les médias sociaux sont arrivés et nous avons commencé à voir des photos Twitter et Instagram inspirantes de jeunes diplômés zimbabwéens dans la boue, en bottes, cultivant des hectares d'oignons, de tomates et de carottes, et faisant des affaires florissantes", dit-il.

Défis

Tous les jeunes agriculteurs n'ont cependant pas accès au financement. Ceux qui n'ont pas de titres de propriété ont du mal à obtenir un soutien financier, et les banques et les compagnies d'assurance sont réticentes à combler ce vide. Lorsqu'un financement est disponible pour ce groupe, les taux d'intérêt sont généralement très élevés.

Une étude réalisée en 2020 par Tobacco Control, qui mène des recherches sur le tabac, a révélé qu'environ 60 % des cultivateurs de tabac zimbabwéens étaient endettés.

"Sans titres de propriété, il est quasiment impossible d'accéder à un financement bancaire de premier ordre", déplore Prosper.

D'une manière générale, les agriculteurs zimbabwéens doivent également faire face à des sécheresses climatiques punitives, à des épidémies de maladies du bétail et à la préférence des supermarchés locaux pour les produits étrangers. 

En outre, en l'absence d'installations de stockage adéquates, une offre excédentaire de produits, notamment de fruits et de légumes, fait souvent chuter les prix, ce qui réduit considérablement les revenus des agriculteurs. 

Malgré ces obstacles, les jeunes agriculteurs zimbabwéens estiment qu'ils font des progrès. "Notre agriculture est en plein essor, et ce sont les jeunes qui la dirigent cette fois. L'avenir est définitivement brillant", déclare Prosper.

More from this author