Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

“Les phénomènes météo extrêmes, la nouvelle norme si la planète continue de se réchauffer au rythme actuel"

Get monthly
e-newsletter

“Les phénomènes météo extrêmes, la nouvelle norme si la planète continue de se réchauffer au rythme actuel"

— Rondrotiana Barimalala, chercheur en climatologie et un des auteurs du rapport du GIEC, 'Climate Change 2021 : The Physical Science Basis,' sur ce que cela signifie pour l'Afrique.
Franck Kuwonu
Afrique Renouveau: 
13 Septembre 2021
Rondrotiana Barimalala
Rondrotiana Barimalala
Rondrotiana Barimalala.

Rondrotiana Barimalala est chercheur en climatologie à l'université du Cap, en Afrique du Sud, et un des auteurs du rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) récemment publié, intitulé "Climate Change 2021 : The Physical Science Basis. Le rapport affirme que nous pouvons agir sur le changement climatique mais prévient que le temps presse. Dans cet entretien avec Franck Kuwonu, Mme Barimalala parle de ce que les événements climatiques extrêmes signifient pour l'Afrique et de ce qui pourrait être une nouvelle norme si le réchauffement climatique n'est pas combattu de toute urgence.

L'Afrique n'est pas un contributeur majeur aux émissions de carbone, et pourtant le réchauffement climatique d'origine humaine progresse plus rapidement sur le continent que dans le reste du monde, selon le rapport du GIEC. Comment expliquez-vous cela ?

Le réchauffement est mondial. Il se produit partout. Mais la situation en Afrique est pire en raison de notre capacité limitée à nous adapter, même si la plupart des émissions se produisent ailleurs. Des événements plus extrêmes, par exemple, se produisent dans différentes parties du monde, mais (...) notre capacité d'adaptation est faible par rapport à d'autres endroits. Et je pense que cela nous rend vulnérables et nous fait souffrir le plus des conséquences.

Après 1998, 2010 et 2016, l'Afrique a connu cette année son quatrième mois d'avril le plus chaud. Ces hausses de température ont été perceptibles au cours des deux dernières décennies. Est-ce une tendance que nous risquons de voir à l'avenir ?

Oui. Au cours des dernières décennies, le réchauffement a augmenté rapidement. Et l'une des conséquences du réchauffement est la fréquence des événements extrêmes, des températures extrêmes - par exemple, des températures très chaudes ou très froides. S'il continue à augmenter à cette vitesse, alors nous devons nous attendre à des événements plus fréquents. Et ceux-ci deviendront la nouvelle norme.

En ce qui concerne l'Afrique, les conclusions du rapport font état d'une augmentation des extrêmes de chaleur et de froid, d'une élévation du niveau de la mer, d'une augmentation des sécheresses et des inondations pluviales. Ces événements se produisent-ils de la même manière dans toutes les régions ? L'Afrique du Nord les subit-elle au même rythme que l'Afrique occidentale, centrale ou australe, par exemple ?

Il existe des différences. Dans le rapport, l'Afrique est divisée en neuf zones. Cette division est essentiellement fondée sur la compréhension des systèmes climatiques de la région. Ainsi, l'Afrique occidentale ne serait pas la même que l'Afrique australe, par exemple. Toutes les régions d'Afrique connaissent des chaleurs extrêmes. Mais elle sera différente selon les régions.

Permettez-moi de prendre l'exemple de l'ampleur de la vague de chaleur. Nous nous attendons à ce que le nombre de jours où la température dépasse 35 °C en Afrique augmente considérablement d'ici 2050, mais surtout en Afrique de l'Ouest et en Afrique de l'Est. Les augmentations substantielles dans ces régions ne seront peut-être pas les mêmes en Afrique centrale. La répartition n'est donc pas uniforme ; tout n'augmentera pas au même degré partout.

En ce qui concerne l'Afrique de l'Ouest, le rapport prévoit une augmentation des précipitations dans le Sahel central et une diminution dans les régions occidentales ?

Oui. Le rapport conclut que les régions occidentales de l'Afrique connaîtront une diminution des précipitations, à l'exception du Sahel occidental, et qu'il y aura une augmentation dans les régions orientales.

Quel sera l'impact de cette situation sur les moyens de subsistance des populations du Sahel ? Certaines parties du Sahel seront-elles vertes, dans les zones centrales par exemple, tandis que la zone occidentale deviendra plus aride ?

Oui. Pour la partie occidentale, il y aura une augmentation de l'aridité, malheureusement. Parce que nous avons une diminution des précipitations, cela aura un impact sur l'agriculture, l'écologie et la biosphère. Dans les zones où l'on prévoit une augmentation des précipitations, il n'est pas impossible d'avoir une terre plus verte, par exemple dans la partie orientale. Mais là encore, nous avons besoin de plus d'études pour le confirmer.

Une autre conclusion et projection du rapport est l'augmentation du niveau de la mer à travers le continent. La partie occidentale, de la mer Méditerranée à l'Atlantique, semble être la plus touchée. Quelle est la gravité de la situation ? Qu'en est-il des parties orientales, le long de l'océan Indien ? Dans quelle mesure sont-elles touchées ?

Voyons ce qui se passe aujourd'hui avant de parler de l'avenir. Pour l'océan Atlantique, de 1900 à 2018, le niveau a augmenté d'environ 2 millimètres par an. Pour l'océan Indien, il était de 1,3 millimètre par an. Et récemment, les niveaux sont presque les mêmes. Maintenant, c'est environ 3,40 millimètres dans l'océan Atlantique et 3,60 millimètres dans l'océan Indien. Donc, c'est sérieux des deux côtés. Ce qui rend la situation plus grave du côté ouest, je pense, c'est la faible élévation des terres dans la région.

Changement climatique 2021

L'Afrique en bref :

  • Les températures moyennes et les extrêmes de chaleur ont dépassé la variabilité naturelle, par rapport à 1850-1900, dans toutes les régions terrestres d'Afrique.
  • Le taux d'augmentation de la température de surface a généralement été plus rapide en Afrique que la moyenne mondiale, le changement climatique d'origine humaine étant le facteur dominant.
  • Les augmentations observées des extrêmes de chaleur (y compris les vagues de chaleur) et les diminutions des extrêmes de froid (y compris les vagues de froid) devraient se poursuivre tout au long du 21e siècle avec un réchauffement climatique supplémentaire.
  • Les vagues de chaleur marines sont devenues plus fréquentes depuis le 20e siècle et devraient augmenter autour de l'Afrique.
  • Le niveau relatif de la mer a augmenté à un rythme plus élevé que le niveau moyen mondial de la mer autour de l'Afrique au cours des trois dernières décennies. Il est probable que l'élévation du niveau relatif de la mer se poursuivra de manière quasi certaine autour de l'Afrique, contribuant à l'augmentation de la fréquence et de la gravité des inondations côtières dans les zones de faible altitude à l'érosion côtière et le long de la plupart des côtes sableuses.
  • La fréquence et l'intensité des épisodes de fortes précipitations devraient augmenter presque partout en Afrique avec le réchauffement climatique supplémentaire.

Donc, les deux augmentent, et on dirait que le côté indien a dépassé le côté occidental. Est-ce exact ?

Oui, mais l'impact n'est pas ressenti de la même manière car les zones côtières de l'est sont plus élevées que celles de l'ouest. Si vous regardez la côte le long de la Tanzanie, ces zones ont une topographie élevée, une altitude plus élevée.

En voyageant le long des zones côtières d'Afrique de l'Ouest, de Lagos (Nigeria) à Abidjan (Côte d'Ivoire) par exemple, on peut voir des ruines de routes et de villages entiers, des sites historiques emportés par la mer. Quelle est la cause principale de ce phénomène - le réchauffement des eaux ou l'enfoncement des terres ? Ou est-ce la fonte des glaces, qui se produit loin du continent ?

Lorsque nous parlons de l'élévation du niveau de la mer, nous devons tenir compte de l'expansion due au réchauffement des océans. Et c'est ce qui contribue le plus à l'élévation globale du niveau de la mer. Et puis, nous avons la fonte des glaces et des glaciers. Mais je pense que d'après les exemples que vous venez de donner, ceux-ci sont plus classés dans l'érosion côtière que dans l'élévation du niveau de la mer, je pense que les maisons et les routes qui disparaissent relèvent davantage de l'érosion côtière. Et le continent a connu des reculs du littoral au rythme d'un mètre par an depuis 1984 jusqu'à environ 2016/2017, et cela a été très important aussi.

Y a-t-il d'autres endroits dans le monde où, comparativement, le taux d'élévation est beaucoup plus élevé ?

Comme pour les chaleurs extrêmes, le taux d'élévation n'est pas uniformément réparti. Par exemple, l'Atlantique se réchauffe plus rapidement que le Pacifique, ce qui entraîne une élévation du niveau de la mer plus importante que la moyenne mondiale, le long des zones côtières de l'Europe et des États-Unis. Il existe également différents facteurs tels que le tassement ou l'élévation des terres en raison de la perte de poids de la glace due à la fonte.

Quelles sont alors les conséquences probables de la poursuite de l'élévation du niveau de la mer ?

Les conséquences probables seraient sur les zones côtières, car lorsque le niveau de la mer s'élève, il y a généralement plus d'érosion marine, une baisse de la qualité de l'eau et la destruction de différentes infrastructures. 

Qu'est-ce qui nous attend ?  Les tendances prévues sont-elles irréversibles pour le continent ? De quoi les gens et les décideurs politiques doivent-ils être conscients à l'avenir ?

C'est une question délicate. Bien sûr, nous aurions intérêt à ce que les gaz à effet de serre diminuent partout. En Afrique, c'est ce que nous attendons avec impatience, car nous sommes très vulnérables. Donc, si vous me demandez ce qui attend l'Afrique, je dirais que cela dépend des efforts mondiaux. Je pense que nous connaissons les faits. Nous savons ce qui va se passer si nous ne prenons pas de décisions. Grâce à ce rapport, nous présentons les faits aux gouvernements. Il m'est donc difficile de dire ce qui attend l'Afrique. Mais cela dépend vraiment des décisions prises au niveau mondial ainsi que des décisions prises dans chaque pays d'Afrique quant à ce qu'il faut faire sur la base de ces faits.

Communiqué de presse: Changement climatique généralisé et rapide, d’intensité croissante – GIEC

À propos du changement climatique 2021 : Les bases des sciences physiques

Selon le dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, des changements climatiques se produisent dans toutes les régions et dans le monde entier. Ce rapport, qui constitue l'évaluation scientifique la plus récente et la plus rigoureuse au monde des fondements physiques du changement climatique, définit des changements sans précédent depuis des milliers, voire des centaines de milliers d'années. Il souligne qu'il est encore temps d'agir, mais que cela doit se faire immédiatement. Pour limiter le changement climatique, il faut réduire fortement et durablement les émissions de gaz à effet de serre provenant d'activités humaines telles que la combustion de combustibles fossiles.

Le rapport fournit également des évaluations régionales détaillées du changement climatique, notamment des informations susceptibles d'éclairer l'évaluation des risques, l'adaptation et d'autres prises de décision, ainsi que la manière dont le changement climatique affectera les habitants d'une région donnée.