Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple
Annonce

Au-delà de l'Année du retour : L'Afrique et la diaspora doivent se rapprocher

Get monthly
e-newsletter

Au-delà de l'Année du retour : L'Afrique et la diaspora doivent se rapprocher

Benjamin Tetteh
Afrique Renouveau: 
20 Septembre 2020
Le Dr Barfuor Adjei-Barwuah est l'ambassadeur du Ghana aux États-Unis
Mission du Ghana à Washington DC
L'ambassadeur du Ghana aux États-Unis, Barfuor Adjei-Barwuah, défend la volonté de son pays de resserrer les liens avec les Africains de la diaspora.

En 2019, le Ghana a accueilli avec succès l'Année du retour, Ghana 2019, un programme d'activités d'un an pour commémorer le 400e anniversaire de l'arrivée des premiers Africains réduits en esclavage dans l'État de Virginie aux États-Unis. Une deuxième édition intitulée "Beyond the Return" (Au-delà du retour) était prévue pour 2020.

L'ambassadeur du Ghana aux États-Unis, S.E. Dr Barfuor Adjei-Barwuah, a été l'un des architectes de ce programme. Il s'est entretenu avec Benjamin Tetteh d'Afrique Renouveau sur cet événement historique et sur la manière dont les Africains et la diaspora peuvent créer des liens plus forts. Voici des extraits de l'entretien.

Comment expliquer le succès de l'Année du retour ?

 Nous avons toujours eu, depuis l'indépendance, un certain type de profil international. Le type de promotion que nous avons organisé ici aux États-Unis a fait beaucoup de différence. Nous avons souligné que pour les personnes qui peuvent faire remonter leur ascendance au Ghana, le pays est leur maison et la maison est l'endroit où vous allez. Cela offre aux personnes un sentiment de sécurité et de plaisir.

 Ensuite, nous avons cette réputation d'être des gens très accueillants. Le Ghanéen vous met à l'aise, vous fait vous sentir en sécurité. Nous avons souligné que les gens doivent visiter les sites historiques. Pour la plupart des Américains, ces sites ont beaucoup d'attachement émotionnel.

Nous disions également que le Ghana se réorganise économiquement et socialement. Nous avons donc invité les gens à venir et à avoir une sorte d'aperçu économique afin qu'ils puissent ensuite investir dans notre pays.

 Pendant l'année du retour, le président du Ghana, Akufo Addo, a accordé la citoyenneté à certaines personnes de la diaspora. Quelle était la signification de cette décision ?

Il ne s'agissait pas tant de les décorer que d’en faire des citoyens ghanéens. Ils avaient exprimé leur intention d'être citoyens. Le Président Akufo Addo ne faisait que confirmer que le Ghana était leur pays et qu'ils remplissaient les conditions pour obtenir la citoyenneté. L'Année du retour était donc peut-être l'occasion de l'exprimer.

Le Ghana prévoyait d'organiser « Au-delà de l'année du retour » en 2020. Avec la pandémie de la COVID-19, qu'est-ce qui a changé ?

La pandémie de la COVID-19 a été un événement malheureux pour tout le monde. Les dispositions qui avaient été mises en place ont été revues. L'espoir est que les frontières du Ghana soient ouvertes en septembre. Mais alors, nous devons également mettre en place des mesures en raison de la pandémie. Nous devons garder un œil très attentif sur ce qui peut être mis en place.

En d'autres termes, en raison de la COVID-19, nous n'attendons pas grand-chose en termes de d’Au-delà de l'année du retour cette année ?

Je pense que c'est une conclusion juste, car même les écoles ont des problèmes de réouverture. Au-delà de l'année du retour implique beaucoup de déplacements et de prises de décisions, car il est impossible de prévoir le succès de certains types d'investissements pour l'instant.

Une inspection sommaire a permis de constater que l'ensemble du processus a été couronné de succès. Nous avons également pu emmener au Ghana le "Congressional Black Caucus", dirigé par la présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi, et le regretté John Lewis, leader des droits civils.

Quel bilan tirez-vous de l'Année du retour, Ghana 2019 ?

Comme tout événement de cette ampleur et de cette envergure, vous ne pouvez utiliser qu'une mesure comme le nombre de personnes qui ont visité le Ghana, la durée de leur séjour, les activités auxquelles elles ont participé et, bien sûr, les recettes que le pays a tirées de tout cela.

Une inspection sommaire a permis de constater que l'ensemble du processus a été couronné de succès. Nous avons également pu emmener au Ghana le "Congressional Black Caucus", dirigé par la présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi, et le regretté John Lewis, leader des droits civils. C'était un signe de succès, car s'ils n'y voyaient pas un élément de valeur, je ne pense pas qu'ils auraient fait le voyage.

Les Ghanéens se rendent aux urnes en décembre. Comment pensez-vous que les futures administrations pourront maintenir les acquis de l'Année du retour ? 

Il y a certaines politiques et certains domaines de la vie d'une nation qui peuvent résister à l'épreuve du temps et au changement politique. Et on ne peut pas faire croire que l'idée de l'Année du retour a un gout politique. Elle n'en a pas. Parce que les gens que nous attirons n'ont pas d'implication significative dans la politique ghanéenne en soi. L'Année du retour doit donc être considérée comme un produit national que nous vendons et pour lequel le temps et la vision ou la philosophie politique ne devraient avoir que très peu d'impact.

 

Dr. Baffour Adjei Bawuah is Ghana’s Ambassador to the United States
Des deux côtés, il y avait des préjugés, et nous avons la responsabilité de nous rééduquer pour voir ce qui avait mal tourné, puis de prendre des mesures sérieuses pour y remédier, et de voir les points communs de nos intérêts.
Barfuor Adjei-Barwuah
L'ambassadeur du Ghana aux États-Unis

Nous devrions y voir l'ouverture du Ghana au marché mondial, un effort d'une nation pour tirer parti d'une diaspora raisonnablement prospère et pour laquelle, du moins sur le plan émotionnel et historique, elle pourrait se considérer comme ayant une bonne raison d'investir au Ghana.

Et je pense que l'administration actuelle a permis à la plupart d'entre nous de penser dans ce sens.

Certains autres pays envisagent d'accueillir des événements similaires pour attirer les diasporas. Quels seraient vos conseils à leur égard et quels seraient les défis qu'ils pourraient avoir à relever ?

Heureusement, chaque Africain, d'où qu'il vienne, n'a aucune objection à être appelé un Africain. Nous supposons donc une certaine uniformité entre les pays africains. Mais la nature et le contenu de l'Année du retour varieront d'un pays à l'autre en fonction de la genèse de leurs relations individuelles avec la diaspora et de leur état de développement et d'autres considérations sociales.

 Mais l'important est de reconnaître que vous invitez les gens à venir faire une bonne visite, à ouvrir leurs yeux et leurs poches lors de leur visite, et à essayer d'ignorer la blessure et le pincement historique des circonstances. Les programmes devraient donc être conçus de manière à ce que les gens voient un monde tout à fait nouveau.

Au-delà de l'Année du retour, que peuvent faire de plus les Africains en Afrique et la diaspora africaine pour échanger dans leur intérêt mutuel ?

Vous voyez, nous partons du fait qu'il y a eu des gens qui sont venus d'Afrique en Amérique du Nord et ailleurs contre leur volonté ; dans des circonstances terribles. Ils ont dû faire face à une langue qu'ils n'avaient jamais entendue auparavant. Mais ils maîtrisaient cette langue. Ils ont écrit des sonnets dans cette langue. Ils ont fini par inventer certaines des choses qui sont très importantes pour la civilisation américaine. 

Nous, de l'autre côté, nous devrions voir que pendant qu'ils avaient leurs difficultés, on leur a aussi fait comprendre qu'ils n'avaient nulle part où aller. Des deux côtés, il y avait des préjugés, et nous avons la responsabilité de nous rééduquer pour voir ce qui avait mal tourné, puis de prendre des mesures sérieuses pour y remédier, et de voir les points communs de nos intérêts. 

À propos de l'Année du retour 2019 :

Les arrivées internationales : Selon le ministère du tourisme, des arts et de la culture du Ghana, environ 1,1 million de personnes sont arrivées au Ghana en 2019, contre 956 372 en 2018.

Y compris les activités d'une année :

PANAFEST : un festival culturel panafricain biennal pour les personnes d'origine africaine.

Afrochella : Un festival artistique panafricain pour mettre en valeur les talents africains.

Visites de sites historiques et d'anciens postes d'esclaves, entre autres.

Parmi les visiteurs célèbres, citons la top-modèle Naomi Campbell, l'acteur et humanitaire Idris Elba, les acteurs Boris Kodjoe et Michael Jai White, les musiciens Cardi B et Akon, entre autres.

Passons maintenant brièvement à la Zone de libre-échange continentale africaine (Zleca). Le Ghana a remis les bâtiments du Secrétariat à l'Union africaine en août dernier. Pourquoi était-il important pour le Ghana d'accueillir cette institution panafricaine ?

En matière de commerce et d'investissement, l'Afrique est probablement la dernière frontière. Nous avons une énorme population qui est pour la plupart très jeune. Et si vous regardez les tableaux actuariels, le taux de reproduction va être plus élevé en Afrique. Par conséquent, le marché des biens et des services se situera en Afrique.

S'il est plus facile pour nous de faire du commerce entre nous, si nous assouplissons les restrictions de transport entre nous, il n'y a aucune raison pour que nous ne puissions pas échanger des biens et des services, au lieu de payer autant aux autres parce que nous finissons par importer toutes sortes de choses.

En outre, si nous améliorons les échanges commerciaux entre nous, chacun d'entre nous sera encouragé à fabriquer. Ainsi, la zone de libre-échange peut faire en sorte que chaque pays soit en mesure de maximiser sa capacité de production tout en échangeant ses biens et ses services.

Autres articles