Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Priorités de l'Afrique à CdP26 et au-delà

Get monthly
e-newsletter

Priorités de l'Afrique à CdP26 et au-delà

L'Afrique reste exclue du financement du changement climatique.
28 Octobre 2021
CEA
Jean-Paul Adam, directeur de la division Technologie, changement climatique et ressources naturelles à la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique.

Le Seychellois Jean-Paul Adam est directeur de la division Technologie, changement climatique et ressources naturelles à la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique. Il a parlé à Wanjohi Kabukuru pour Afrique Renouveau des priorités de l'Afrique lors des négociations mondiales sur le climat (CdP26) qui se dérouleront à Glasgow du 31 octobre au 12 novembre 2021 :

Afrique Renouveau : Quelles sont les priorités de l'Afrique à la CdP26 et pourquoi ?

Jean-Paul Adam : Le financement du climat, le transfert de technologie et le renforcement des capacités sont en effet les priorités qui sont proposées à la CdP26. La question du financement est importante car elle est, en quelque sorte, la condition préalable à la réalisation de nombreux autres objectifs, notamment le transfert de technologies. La mobilisation de fonds pour lutter contre le changement climatique, en particulier pour l'adaptation, est plus urgente que jamais.

Le plaidoyer africain pour garantir le respect des engagements antérieurs sera essentiel. En fin de compte, nous ne pouvons pas séparer le programme de résilience climatique du programme de développement. Nous ne pouvons pas avoir l'un sans l'autre.  Cependant, la plus grande pièce manquante du puzzle est le financement initial.

Les pays développés ont promis de consacrer 100 milliards de dollars par an d'ici 2020 à l'action climatique dans les pays en développement. Où en sommes-nous ?

Il est franchement absurde que des milliers de milliards de dollars soient mobilisés dans le cadre d'une relance liée à une pandémie, mais que les 100 milliards de dollars restent à verser, et pourtant, en pourcentage des 20 000 milliards de dollars mobilisés par les pays développés pour lutter contre le COVID-19, c'est franchement négligeable.

Les 100 milliards de dollars ne représentent qu'une partie de ce qui est nécessaire pour faire face au changement climatique, et ils devraient être revus de toute urgence pour correspondre à l'ampleur du déficit de financement. Même si des modèles de financement plus innovants sont mis en place, les nouveaux instruments de financement ne devraient pas remplacer les 100 milliards de dollars promis par an.

Nous devons également profiter de ce moment de l'histoire pour redéfinir notre façon d'envisager le développement - où il faut regarder au-delà du PIB par habitant, et s'attaquer aux facteurs sous-jacents qui affectent la vulnérabilité des pays.  Ceci est particulièrement pertinent pour les petits États insulaires en développement (PEID).

Les pays africains prennent des positions proactives et s'engagent à passer aux énergies renouvelables et à investir dans leur propre résilience.  De nombreux pays ont déjà un bilan net positif et absorbent plus d'émissions qu'ils n'en créent. Les pays africains sont ambitieux en ce qui concerne les modèles de développement à faible émission de carbone qu'ils souhaitent adopter.  Ce qui manque, c'est l'investissement pour débloquer cette opportunité.

L'un des éléments clés de la CdP26 est que l'Afrique reste exclue d'une grande partie des financements disponibles dans le cadre du changement climatique. Les marchés privés ne sont pas suffisamment développés pour canaliser les investissements indispensables vers des projets africains de résilience climatique, ce qui constituerait un élément clé de la solution.

Compte tenu du fardeau de la dette des pays africains, quelles sont les autres options pour stimuler le financement ?

La question de la dette est un défi dans le contexte de la pandémie du COVID-19, où la marge de manœuvre budgétaire de tous les pays africains continue d'être limitée, et où les pays sont incapables d'assurer le service de leur dette avec des revenus en baisse.

CdP: Qu'est-ce que c'est ?

COP signifie Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques de 1992, qui a posé les jalons de toute la coopération internationale en matière de climat.

La COP est l'organe décisionnel suprême pour la mise en œuvre de la convention et des instruments de suivi tels que l'accord de Paris de 2015.

Se réunissant généralement une fois par an, la COP examine les rapports nationaux sur les réductions d'émissions et autres mesures climatiques. Glasgow accueillera la vingt-sixième COP.

Quel est l'enjeu ?

Sous la présidence du Royaume-Uni, la CdP26 doit être un tournant. Elle doit livrer des actions audacieuses, à grande échelle et rapides de la part des dirigeants nationaux, pour les populations et la planète.

Les pays doivent se rassembler et collaborer pour rétablir la confiance, redynamiser l'action et livrer pleinement les promesses faites dans l'Accord de Paris. 

Les trois grandes priorités de la CdP26 sont les suivantes : 

Maintenir l'augmentation de la température mondiale à un maximum de 1,5 degré Celsius par des réductions rapides et audacieuses des émissions et des engagements nets de zéro. 

Augmenter le financement international de l'adaptation pour atteindre au moins la moitié du total des dépenses consacrées à l'action climatique. 

Respecter l'engagement existant de fournir 100 milliards de dollars de financement international pour le climat chaque année afin que les pays en développement puissent investir dans les technologies vertes et protéger les vies et les moyens de subsistance contre l'aggravation des impacts climatiques.

Pour plus d'informations sur les Nations Unies et le changement climatique, consultez le site : https://www.un.org/en/climatechange.

 

Toutefois, des possibilités de financement novateur se font jour. Il est nécessaire que les investissements du secteur privé fassent partie de la solution en apportant des mécanismes financiers innovants tels que le financement mixte, les obligations vertes et bleues, et les échanges de dettes, qui peuvent tirer parti de ressources publiques limitées pour mobiliser les énormes investissements nécessaires à l'action climatique. Par exemple, nous nous félicitons des récents commentaires de la Banque mondiale, qui s'est montrée intéressée par l'élaboration de cadres pour la conversion de dettes en mesures d'adaptation au climat (allègement de la dette en échange de mesures climatiques prises par les pays).

L'économie africaine de demain doit être résiliente face aux risques d'aggravation du changement climatique et des dommages écologiques. En donnant la priorité aux solutions fondées sur la nature et en plaidant pour un prix du carbone équitable pour le développement lors de la CdP26 à Glasgow, il est possible de mobiliser des ressources supplémentaires pour l'économie verte et bleue de l'Afrique.

Pouvez-vous nous en dire plus sur les obligations vertes et bleues ?

À la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique, nous travaillons avec des partenaires pour développer davantage les possibilités de financement par le biais de mécanismes de marché, notamment les obligations vertes ou bleues. Les pays africains ont besoin de mécanismes supplémentaires pour lever des fonds en plus des 100 milliards de dollars, s'ils sont fournis. Il est essentiel que les 100 milliards de dollars soient mobilisés, mais nous devons également comprendre qu'il s'agit d'un point de départ et que les besoins réels vont bien au-delà de ce chiffre. 

Les obligations vertes et bleues sont des opportunités qui sont utilisées sur les marchés développés depuis de nombreuses années, mais malheureusement, l'Afrique ne représente aujourd'hui que moins de 1 % du marché mondial des obligations vertes et bleues. En exploitant correctement cette opportunité d'investissements basés sur le marché, on peut transformer des milliards en trillions.

Certains pays ont émis avec succès des obligations vertes et bleues. L'Égypte a émis une obligation dans le domaine des énergies renouvelables en 2020 et les Seychelles ont émis une obligation bleue en 2018. L'idée est de fournir des financements à des taux plus avantageux liés à des investissements dans la résilience climatique. 

Les obligations bleues sont associées à l'économie bleue et aux océans. Comment sont-ils liés à l'action contre le changement climatique et au développement durable ?

Le changement climatique nous a donné de grandes leçons sur les océans. Nous ne pouvons pas simplement dire "prenons tout et exploitons-le". De nombreux pays ont connu le blanchiment des coraux, qui a un impact immédiat sur les stocks de poissons. Le réchauffement de l'océan affecte la migration d'espèces clés comme le thon. La mer n'est pas seulement un espace d'exploitation, c'est un espace de développement. C'est un espace qui permet de relier les pays, il s'agit de routes commerciales, de connectivité, de protection de l'environnement, de tourisme, de ressources naturelles, de pêche et de toute la vision de l'océan. C'est l'économie bleue. 

Les concepts d'économie verte ou d'économie bleue visent précisément à ce que la santé de l'écosystème naturel soit correctement prise en compte dans les activités économiques qui génèrent de la richesse.

Pour nous, l'économie bleue consiste à créer un nouveau paradigme économique pour les pays africains - au-delà de l'extraction pour l'exportation - et plutôt à construire durablement des chaînes de valeur fondées sur une gestion astucieuse des ressources naturelles océaniques. La mer offre de nombreuses possibilités et l'économie bleue est un élément clé de la durabilité. En un sens, l'approche de l'économie bleue permet à l'Afrique de se réapproprier ses océans.

La course vers le zéro émission met l'accent sur une "transition juste". Qu'est-ce que cela signifie et comment cela affectera-t-il l'Afrique ?

La "transition juste" signifie simplement que nous devons reconnaître que l'Afrique part d'une base plus basse en termes de transition vers une économie à faible émission de carbone. L'Afrique n'est pas encore industrialisée, ce qui signifie que les changements nécessaires risquent de provoquer davantage de perturbations dans la société. Nous ne devons pas faire payer les personnes les plus vulnérables. Nous devons adopter une approche qui soit favorable au développement et aux pauvres et qui permette au final à un maximum de personnes de sortir de la pauvreté et d'avoir une bonne qualité de vie.

La priorité pour l'industrialisation de l'Afrique est l'accès à l'électricité. La bonne nouvelle est que les énergies renouvelables sont la forme la moins chère de production d'énergie disponible et il est donc logique que l'Afrique investisse dans les énergies renouvelables. Néanmoins, nous devons reconnaître que dans certaines circonstances, l'amélioration de la capacité de production de base peut nécessiter des investissements supplémentaires dans les combustibles fossiles pour permettre l'augmentation des énergies renouvelables ou leur mise en ligne.

Une "transition juste" signifie que nous faisons de la lutte contre la pauvreté notre priorité numéro un. C'est en s'attaquant à la pauvreté que nous trouverons la solution pour un développement à faible émission de carbone.

Thèmes: