Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Pour un accès équitable aux vaccins dans le monde, nous devons agir, et non pas nous contenter de simples paroles

Get monthly
e-newsletter

Pour un accès équitable aux vaccins dans le monde, nous devons agir, et non pas nous contenter de simples paroles

— Ambassadeur Collen Vixen Kelapile, Président du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC).
Kingsley Ighobor
Afrique Renouveau: 
11 Octobre 2021
L'OMS demande un accès équitable aux futurs vaccins COVID-19 en Afrique.
WHO
Pour un accès équitable aux vaccins, nous devons agir, et non nous contenter de paroles.

Le représentant permanent du Botswana auprès des Nations Unies, l'ambassadeur Collen Vixen Kelapile, est l'actuel président du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC), qui est chargé de coordonner les efforts des Nations Unies en matière de développement durable et de faire progresser les objectifs convenus au niveau international. Il a pris ses fonctions dans un contexte de pandémie mondiale, de crise climatique, de pauvreté croissante et d'inégalités grandissantes, entre autres défis. Dans la première partie de cet entretien avec Kingsley Ighobor d'Afrique Renouveau, l'ambassadeur Kelapile explique ce qu'il souhaite réaliser cette année et ce que sa présidence signifie pour l'Afrique. En voici des extraits :

Collen Vixen Kelapile, président du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC)
Ambassadeur Collen Vixen Kelapile, président du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC)

Vous avez été élu président de la 77e session de l'ECOSOC à un moment très difficile. À quoi ressemblera le succès pour vous à la fin de votre mandat l'année prochaine ?

En effet, nous avons la COVID-19 et d'autres situations préexistantes comme le changement climatique, l'extrême pauvreté et les inégalités. Et puis il y a l'impératif de mettre en œuvre les objectifs de développement durable (ODD). Mais je dois dire que, même en temps normal, le leadership en soi est déjà une responsabilité assez sérieuse car il y a tellement d'attentes pour livrer tous les objectifs convenus.

Dans mon cas, la mise en œuvre doit se faire au milieu des défis posés par la COVID-19. Cependant, je suis convaincu que même dans des moments difficiles comme celui-ci, on peut devenir un leader solide.

Tout d'abord, le succès serait si l'ECOSOC, sous ma direction, est en mesure d'avoir une analyse claire sur les situations que vous avez mentionnées : COVID-19, l'extrême pauvreté, le changement climatique, et ainsi de suite, afin que nous soyons en meilleure position pour offrir des orientations politiques appropriées aux États membres sur la façon de relever ces défis, y compris se remettre de la pandémie tout en progressant dans la mise en œuvre des ODD.

Deuxièmement, le succès se mesurera à l'aune de notre capacité à mobiliser la volonté politique autour du changement climatique, en particulier si nous parvenons à améliorer la compréhension de ses dimensions sociales et économiques. Les pays les plus vulnérables - les petites nations insulaires, les pays les moins avancés et les pays enclavés - sont les plus touchés par le changement climatique.

Troisièmement, si nous sommes en mesure de renforcer le mandat de l'ECOSOC lui-même. Nous devrions utiliser le pouvoir de convocation de l'ECOSOC pour agir comme une formidable plateforme multipartite qui se concentre également sur la promotion du dialogue entre les États membres.

Quatrièmement, il s'agit de savoir si nous pouvons galvaniser la dynamique et l'élan pour nous engager davantage dans la production de politiques fondées sur des preuves. Ceci est également lié au premier point, à savoir comment aborder efficacement certains problèmes profondément enracinés tels que l'inégalité - une amplification du racisme structurel et de la discrimination, en particulier pendant la pandémie.
 
La cinquième mesure serait la mesure dans laquelle l'ECOSOC peut mobiliser des solutions à la pandémie de COVID-19.
 
Enfin, le succès serait l'inclusivité, qui est l'une de mes huit priorités. Il s'agit de la mesure dans laquelle les voix des autres parties prenantes sont entendues et prises en compte dans les décisions que nous prenons en tant qu'ECOSOC. Cela contribuerait grandement à faire avancer le travail que nous faisons et à atteindre les ODD.
 
Tout ce que vous avez souligné nécessite une approche multilatérale. Quel est, selon vous, l'état du multilatéralisme aujourd'hui ?
 
C'est une très bonne question. Je pense que le multilatéralisme n'a pas eu besoin d'une pandémie pour se détériorer ; les choses allaient déjà mal. La division qui s'est insinuée au fil des ans dans le multilatéralisme a sapé l'avantage comparatif que procure le fait de parler d'une seule voix. Au fil du temps, de nombreux débats qui devraient se concentrer sur les mandats des organes intergouvernementaux, l'établissement de normes et les délibérations sur des questions très importantes ont presque été dilués par des approches conflictuelles.
 
Il ne fait donc aucun doute qu'au fil des ans, le multilatéralisme a subi une forte érosion.
 
Êtes-vous confiant dans votre capacité à atteindre les objectifs que vous vous êtes fixés ?
 
Oh, oui ! Si nous ne sommes pas confiants dans ce que nous nous sommes fixés, nous risquons de céder prématurément. Nous sommes confrontés à des défis, mais notre situation actuelle peut se traduire par une opportunité de réaliser la transformation dont nous avons besoin, notamment dans la mise en œuvre des ODD.
 
En tant que 12e président africain de l'ECOSOC, que doit attendre l'Afrique de votre mandat ?
 
Comme vous le savez, l'ECOSOC est là pour servir les gens. Il n'y a pas d'exception à ce que l'ECOSOC serve, mais bien sûr, pour le Botswana, nous sommes très fiers de faire cela pour la première fois depuis 1945. Pour moi, cette [présidence] donne à l'Afrique un levier et une opportunité significatifs pour faire avancer notre propre Agenda 2063 continental.
 
Je pense que, même si je suis ici pour servir tous les États membres sur la base des programmes de travail de l'ECOSOC, il va sans dire que je suis chez moi et que l'on attend de moi que j'aide à identifier les priorités qui sont importantes pour mon continent. C'est donc un moment qui permet à l'Afrique de tirer parti du leadership de l'ECOSOC, à travers moi, pour s'assurer que nous mettons en œuvre cette vision de "l'Afrique que nous voulons" et aussi parce que cela renforce l'Agenda 2030 pour le développement durable.
 
La COVID-19 a eu des répercussions sur le développement social et économique de l'Afrique. Alors que la vaccination est essentielle pour contenir le virus, l'Afrique est actuellement la région la moins vaccinée. L'ECOSOC a-t-il un rôle à jouer à cet égard ?
 
Lorsque j'ai été confirmé à ce poste le 23 juillet, j'ai dit dans ma déclaration que l'une de mes grandes priorités était de défendre les intérêts de tous les pays en développement, notamment en garantissant un accès équitable aux vaccins. En fait, j'ai dit dans ma déclaration que je ferai exactement ce que mon prédécesseur a fait - convoquer une session spéciale de l'ECOSOC au cours du premier trimestre de 2022, au cours de laquelle les États membres, la communauté mondiale et toutes les parties prenantes feront le point sur le chemin parcouru, notamment dans nos efforts de réponse, en particulier sur cette question de la distribution ou de l'accès équitable aux vaccins.
 
Que pouvez-vous faire de plus avec la session que vous prévoyez de convoquer ?
 
Il y a beaucoup de choses qui peuvent être réalisées. Bien sûr, l'organisation d'une réunion en soi n'apporte rien si les résultats ne sont pas suivis d'effets, ce qui est souvent le cas. Mais les délibérations ont de la valeur. Le pouvoir de rassemblement, l'amplification des messages d'importance cruciale et, dans ce cas, le plaidoyer en faveur d'un accès équitable aux vaccins sont ce que l'on souhaite.
 
Espérons que des actions émaneront de ce processus. Il est facile de dire que personne n'est en sécurité tant que tout le monde ne l'est pas, mais comment s'assurer que nous suivons cette déclaration par des actions concrètes ? J'espère donc qu'à l'issue d'une telle réunion, nous émergerons avec des promesses et des engagements concrets, suivis d'actions, et pas seulement de mots.
 
Avant la COVID-19, il existait des inégalités socio-économiques entre les pays et les régions. La pandémie a aggravé la situation. Avez-vous une formule pour combler ce fossé d'inégalité ?
 
Je ne dirais pas qu'il existe une formule toute faite, mais il est évident que nous devons faire quelque chose pour remédier à la situation. Il est certain que ces inégalités, antérieures à COVID-19, vont se creuser comme vous le soulignez à juste titre. Cette question est l'une des huit grandes priorités que j'ai exposées dans ma déclaration du 23 juillet. La pandémie va accroître les inégalités tant au sein des pays qu'entre eux. Et l'aspect problématique est que les pays en développement ont très peu de moyens pour y faire face. 
 
La reprise ne sera pas facile non plus. L'espace budgétaire s'est rétréci. Les plans de relance ont au moins soutenu les pays avancés, mais pour l'Afrique, cela n'a pas été facile. Encore une fois, nous devons travailler sur l'accès aux vaccins.
 
Nous devons veiller à ce que le processus de relance soit inclusif afin d'éviter toute aggravation des inégalités. Nous avons besoin de systèmes de protection sociale et de santé plus solides et résilients, et nous devons soutenir les personnes les plus vulnérables de nos sociétés.
 
Nous avons besoin du multilatéralisme et de la coopération mondiale pour nous assurer que nous abordons la question de la dette, par exemple en veillant à ce que la dette soit à des niveaux gérables par les pays en développement. On parle déjà de ce qui peut être fait au sujet des allocations de droits de tirage spéciaux détenues par le FMI.
 
Nous pouvons également nous pencher sur nos systèmes fiscaux en Afrique. La mobilisation de nos ressources intérieures est compromise par le fait que nous ne maximisons pas vraiment les recettes fiscales pour accroître notre espace fiscal.
L'ambassadeur Collen Vixen Kelapile (sur les écrans), président du Conseil économique et social et représentant permanent du Botswana auprès des Nations unies, s'adresse à la réunion plénière de l'ECOSOC (23 juillet 2021 au 22 juillet 2022).
Photo : Nations Unies/Eskinder Debebe

Vous n'avez cessé d'appeler à la réduction de la fracture numérique. À quoi ressemblerait le monde si cette fracture était comblée et que pouvons-nous faire pour y parvenir ?

La réponse à votre question comporte plusieurs aspects. Les approches que nous adoptons doivent être multidimensionnelles. Tout d'abord, nous devons comprendre ce qui constitue l'accès, puis nous pencher sur la qualité.

Pendant les périodes de confinement de la COVID-19, nous avons fait plus de télétravail et de réunions virtuelles, ce qui n'avait jamais été fait auparavant. Les technologies numériques ont donc été essentielles pour ceux qui y avaient accès. Par ailleurs, comment pouvons-nous faire les choses que nous faisions bien avant la pandémie en utilisant ces technologies tout en obtenant des résultats ?

Je pense qu'il faut un effort mondial de renforcement des capacités numériques plus coordonné et plus important. Et nous en avons besoin, à coup sûr, dans les pays en développement. Il faut un environnement favorable. Nous avons besoin de ressources suffisantes. Nous avons besoin de l'infrastructure elle-même. Nous devons éduquer notre population, les utilisateurs également. Nous avons besoin d'une connectivité de qualité. Et elle doit être inclusive.

Je dois ajouter que de nombreux efforts sont déjà en cours. Par exemple, la Banque de technologie des Nations Unies pour les pays les moins avancés facilite l'accès aux technologies numériques pour ces pays, les aidant à transformer leur façon de faire des affaires et à avoir une meilleure chance de parvenir à un développement durable.

Le mécanisme de facilitation de la technologie, hébergé par le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies (DESA) et soutenu par la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), permet également d'accéder à de nombreuses technologies, notamment numériques.

Comment les technologies numériques pourraient-elles aider la jeunesse africaine à contribuer davantage au développement économique du continent et que peut faire de plus l'ECOSOC pour les soutenir ?

La jeunesse africaine est l'un de nos avantages comparatifs. Les innovateurs, les plus créatifs, les plus énergiques, ce sont les jeunes africains. Le continent dispose d'un énorme avantage démographique, et nous pouvons en tirer parti dans les domaines de la science, de la technologie et de l'innovation.

Mais nous devons traduire leur énergie en dividendes réels en investissant dans la science, la technologie et l'innovation. La population africaine en âge de travailler va augmenter de 450 millions de personnes entre 2015 et 2035. Bien entendu, nous assistons également à une transition des services manufacturiers vers les services liés à l'information, ce qui nous donne une bonne occasion de tirer parti à la fois des technologies et des jeunes.

Mais pour que nous puissions en tirer tous les avantages, nous devons renforcer les capacités des jeunes eux-mêmes, en les dotant des connaissances et des compétences dont ils ont besoin.

En Afrique, 57,8 % des technologies innovantes, depuis le début de la pandémie, sont issues des TIC, notamment les chatbots en Afrique du Sud et les outils d'autodiagnostic en Angola.

Les jeunes ont été directement impliqués dans d'autres aspects technologiques de la réponse à l'épidémie COVID-19, notamment en développant des outils de lavage automatique des mains alimentés par l'énergie solaire et des applications mobiles qui s'appuient sur la connectivité en plein essor de l'Afrique. Il est donc clair que nous bénéficions d'un avantage énorme si nous pouvons tirer parti de l'énergie, de la vitalité et de l'intégration de la population jeune d'Afrique.

Thèmes: