Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Pour l'Afrique que nous voulons, donner la priorité aux femmes et aux filles dans la lutte contre la pandémie de la COVID-19

Get monthly
e-newsletter

Pour l'Afrique que nous voulons, donner la priorité aux femmes et aux filles dans la lutte contre la pandémie de la COVID-19

Africa Renewal
Afrique Renouveau: 
12 Octobre 2021
UNFPA
La directrice régionale du FNUAP pour l'Afrique orientale et australe, le Dr Julitta Onabanjo, danse et chante pendant que des filles bénéficient de l'initiative Spotlight lors de sa visite à Tilimbike Safe Community Space dans le village de Chiludzi, Dowa, Malawi (2 novembre 2020).

Julitta Onabanjo a été directrice régionale du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) pour l'Afrique orientale et australe pendant huit ans. Au moment de son départ, elle partage avec Afrique Renouveau ses réflexions sur une voie accélérée vers la justice, la prospérité et l'égalité pour tous. En voici des extraits :

Julitta Onabanjo
Julitta Onabanjo, directrice régionale du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) pour l'Afrique orientale et australe.
Que pensez-vous de la région de l'Afrique orientale et australe en ce qui concerne l'Agenda 2063 de l'Afrique et les Objectifs de développement durable (ODD) ?
 
La région de l'Afrique de l'Est et de l'Afrique australe du FNUAP, qui compte plus de 600 millions d'habitants, est une région géographiquement, culturellement et économiquement diversifiée de 23 pays, qui s'étend de la mer Rouge en Érythrée jusqu'au Cap de Bonne Espérance en Afrique du Sud. Dotée de certaines des ressources naturelles les plus riches du monde, ainsi que de quatre économies à revenu intermédiaire supérieur et de deux économies à revenu élevé, la région continue de progresser à grands pas vers "l'Afrique que nous voulons".
 
Avec près de 50 % de la population âgée de moins de 18 ans, les jeunes de la région constituent la plus grande ressource - avec le potentiel de transformer les résultats pour un développement inclusif et durable.
 
La Conférence internationale sur la population et le développement - l'agenda de la CIPD - reste proche du cœur de la région pour garantir un environnement dans lequel tous les individus, en particulier les femmes et les filles, peuvent avoir un accès universel à la santé et aux droits sexuels et reproductifs, et être en mesure de s'épanouir et d'accélérer les progrès vers une Afrique juste, égale, prospère et durable.
 
Cependant, il y a beaucoup de travail inachevé dans la région.
 
Malgré les progrès notables réalisés sur de nombreux fronts, la région de l'Afrique de l'Est et de l'Afrique australe abrite certains des défis les plus importants du continent, notamment des lacunes dans la fourniture de soins de santé, les droits de l'homme et l'égalité des sexes. Ces problèmes continuent d'avoir un impact considérable sur la vie et les moyens de subsistance de nombreuses personnes, en particulier les femmes et les jeunes, et de ralentir les progrès vers "l'Afrique que nous voulons".
 
Dans la région de l'Afrique orientale et australe :
 
  • Une femme sur quatre a un besoin non satisfait de planification familiale, ce qui représente 49 millions de femmes qui souhaitent éviter une grossesse mais n'utilisent aucune méthode contraceptive moderne.
  • Plus de 77 000 décès maternels surviennent chaque année, soit 66 % de l'ensemble des décès maternels dans le monde.
  • Près d'un tiers des femmes ont subi des violences physiques ou sexuelles.
  • Deux nouvelles infections au VIH sur cinq concernent des jeunes âgés de 15 à 24 ans.
 
Ces obstacles sont aggravés par l'impact de la pandémie de COVID-19, qui a fait des ravages en termes de vies humaines, mis à rude épreuve les systèmes de santé et accru la vulnérabilité des femmes et des filles à la violence sexiste (VSS).
Le Dr Julitta Onabanjo, directrice régionale du FNUAP pour l'Afrique orientale et l'Afrique australe, s'entretient avec une mère qui a récemment accouché lors de sa visite au centre de santé Jalasi à Mangochi, au Malawi (5 novembre 2020). Photo : FNUAP
Plus de 60 % de la population de la région, y compris les jeunes, ont perdu tous leurs revenus ou ont vu leurs revenus diminuer depuis le début de la pandémie, selon une étude réalisée en 2021 par le FNUAP et ONU Femmes intitulée "Impact du COVID-19 sur l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes en Afrique orientale et australe".
 
Si les pays de la région veulent atteindre les objectifs de l'Agenda 2063, les progrès doivent être accélérés. Mais cette accélération ne se fera pas sans combler le manque de ressources et sans renforcer l'engagement politique à tous les niveaux pour donner la priorité aux besoins des femmes et des filles, même face aux crises en cours.
 
Du fond du cœur
 
À un niveau personnel, les réflexions de la région auront toujours une place spéciale dans le cœur. Les principales leçons apprises ont définitivement changé la vie.
 
Lorsque j'ai assumé le rôle de directrice régionale, mon intention était d'avoir un impact durable sur les communautés mal desservies, en particulier sur les 182 millions de jeunes de la région âgés de 10 à 24 ans, aussi divers que particuliers. J'ai fait de mon mieux pour trouver un équilibre entre le service et l'apprentissage, ainsi qu'entre la parole et l'écoute, tout au long de ce voyage.
 
Pourquoi les trois résultats transformateurs du FNUAP sont-ils essentiels pour mettre l'Afrique sur une voie accélérée vers la prospérité, la justice et l'égalité pour tous ?
 
En tant que médecin et spécialiste de la santé publique, je suis attristé de constater qu'à notre époque, des femmes et des filles meurent encore de causes évitables pendant la grossesse et l'accouchement !
 
Il est particulièrement triste de savoir que beaucoup de nos femmes et de nos jeunes ne sont pas en mesure de réaliser leurs droits humains fondamentaux, notamment l'accès à une santé et à des droits sexuels et reproductifs complets, à des informations et à des services.
 
Si nous voulons, en tant que région, réaliser les aspirations de nos populations, il est nécessaire d'accélérer le récit du développement. Si nous ne pouvons pas atteindre les objectifs définis dans le programme d'action de la CIPD, il sera impossible d'atteindre les ODD - en particulier l'objectif 3 sur la santé, l'objectif 4 sur l'éducation et l'objectif 5 sur l'égalité des sexes - ainsi que l'Agenda 2063 de l'Afrique.
 
C'est pourquoi nous devons faire les bons investissements et continuer à travailler pour atteindre trois objectifs transformateurs :
 
  • zéro besoin non satisfait d'informations et de services de planification familiale,
  • zéro décès maternel évitable, et
  • zéro violence sexuelle et sexiste et pratiques néfastes contre les femmes et les filles.
 
Ces résultats transformateurs ont un impact direct sur la garantie de la justice, de l'égalité et de la prospérité - les pierres angulaires de la réalisation de l'Agenda 2063 - "L'Afrique que nous voulons", ainsi que le principe des ODD de ne laisser personne derrière.
 
Les résultats englobent l'autonomisation, la protection, la santé et le bien-être des femmes, ainsi que les investissements dans les jeunes, tout en exploitant la technologie et l'innovation, le développement du capital humain et la mobilisation des ressources nationales.
 
Au niveau régional, l'UNFPA - avec d'autres agences des Nations Unies - travaille avec les gouvernements et les partenaires pour atteindre directement ces objectifs.
 
Pendant les huit années où j'ai occupé le poste de directrice régionale de l'UNFPA dans la région, j'ai été témoin d'un leadership fort dans nombre de nos pays.
 
À l'avenir, il est essentiel que les parties prenantes travaillent aux côtés des gouvernements pour s'assurer que les politiques et les ressources sont en place et mises en œuvre pour répondre aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive.
 
Des partenariats innovants et des investissements coordonnés sont également essentiels pour atteindre l'accès universel aux informations et aux services en matière de santé et de droits sexuels et reproductifs, afin de garantir la prospérité future du continent.
 
Comment les nouveaux défis présentés par COVID-19 influencent-ils les progrès vers les trois résultats transformateurs ?
 
Comme dans tous les pays du monde, la pandémie a exacerbé les inégalités et les vulnérabilités existantes dans les pays de la région, frappant plus durement les femmes et les jeunes.
 
Au niveau régional, le FNUAP continue de se concentrer sur l'élargissement des possibilités pour les femmes et les jeunes de mener une vie sexuelle et reproductive saine, dans les 23 pays de la région, d'ici 2030.
 
La pandémie de COVID-19 n'a pas modifié ces aspirations transformatrices. La pandémie a cependant fait reculer des années de progrès et ses impacts à court, moyen et long terme pourraient signifier un renversement des gains importants réalisés pour garantir les droits fondamentaux des femmes, des hommes et des jeunes si des mesures adéquates ne sont pas prises pour assurer leur santé et leur bien-être.
 
Malgré des efforts notables pour assurer la continuité des services de santé essentiels - y compris les services de santé sexuelle et reproductive - dans les pays d'Afrique de l'Est et d'Afrique australe, pendant les première et deuxième vagues de la pandémie de COVID-19 en 2020, par rapport à 2019 :
 
  • La fréquentation des services ambulatoires, y compris pour les adolescents, a diminué dans la plupart des pays, jusqu'à 40 % en Érythrée et au Kenya.
  • L'utilisation de contraceptifs injectables a été particulièrement touchée lors de la première vague de COVID-19, avec une baisse significative en Tanzanie, en Afrique du Sud et au Lesotho.
  • Le dépistage du VIH chez les femmes enceintes a diminué dans de nombreux pays, notamment au Botswana, aux Comores et en Érythrée, tandis que les accouchements à domicile ont augmenté, ce qui a accru le risque de morbidité et de mortalité maternelles.
  • Le nombre de cas de violence liée au sexe dans les établissements de santé a augmenté de manière significative dans presque tous ces pays.
Si la pandémie a ralenti les progrès vers la réalisation des ODD, elle rend également leur réalisation encore plus urgente et nécessaire. Alors que la crise continue d'évoluer, une réponse humanitaire et des plans d'urgence fondés sur les droits, ainsi qu'une meilleure coordination entre les partenaires, sont essentiels pour identifier les domaines où les besoins sont les plus importants et les interventions potentielles.
 
La grossesse et l'accouchement ne s'arrêtent pas pour les pandémies
 
Ainsi, l'objectif ultime est d'assurer la continuité des services de santé sexuelle et reproductive qui sauvent des vies et de défendre les droits, la sécurité et la dignité des femmes et des filles.
 
Dans la région, ces priorités continueront de façonner le travail du FNUAP dans le cadre de la mise en œuvre du Plan stratégique du FNUAP (2022-2025), ouvrant de nouvelles voies vers l'avenir que nous envisageons : un avenir dans lequel chaque grossesse est désirée, chaque accouchement est sûr et le potentiel de chaque jeune est réalisé.