Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Des financements innovants sont nécessaires pour lutter contre le changement climatique en Afrique

Get monthly
e-newsletter

Des financements innovants sont nécessaires pour lutter contre le changement climatique en Afrique

Les experts de la Semaine africaine du climat 2021 discutent de l'action climatique pour le rétablissement des pandémies.
Afrique Renouveau: 
5 Octobre 2021
Par: 
Les pays doivent non seulement se mettre d'accord sur des projets de politiques.
FAO/Luis Tato
Les pays doivent non seulement se mettre d'accord sur des projets de politiques, mais aussi les mettre en œuvre pour gagner la guerre contre le changement climatique.

Les pays africains sont confrontés à de graves problèmes de liquidités qui rendent difficile la mobilisation de ressources nationales pour l'action climatique. C'est ce qu'ont déclaré des experts lors d'une session consacrée à l'actualisation de l'action climatique et à une relance verte pour l'Afrique, dans le cadre de la Semaine africaine du climat (26-29 septembre).

Le rassemblement régional sur le climat est axé sur l'accélération de la collaboration et l'intégration de l'action climatique dans le rétablissement de la pandémie mondiale de COVID-19. Il est essentiel pour créer une dynamique régionale en vue de la réussite de la CdP26, qui doit avoir lieu en novembre prochain à Glasgow, en Écosse.

L'un des intervenants, Jean-Paul Adam, qui est le directeur de la technologie, du changement climatique et de la gestion des ressources naturelles à la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA), a déclaré : "Aux niveaux national et mondial, la conversation tourne autour des finances, car la pandémie de COVID-19 a encore réduit l'espace fiscal dont disposent les pays africains pour mobiliser les ressources dont ils ont désespérément besoin."

M. Adam a déclaré qu'il était crucial pour les pays développés de respecter leur promesse de financement climatique de 100 milliards de dollars pour aider les personnes les plus vulnérables dans les pays en développement.

"Les 100 milliards de dollars ne sont qu'une première étape, car nous devons disposer d'un calendrier détaillé des ressources qui seront mises à la disposition des pays africains pour investir dans une relance verte", a déclaré M. Adam.  

Le directeur de la CEA a déclaré que l'Afrique a besoin d'un flux prévisible de ressources qui seront disponibles en 2025 et au-delà. Il a noté : "L'Union africaine a ouvert la voie à cet égard avec l'adoption d'un programme africain de relance verte en janvier de cette année."  

Des régions vulnérables

La CEA prévoit que les pays africains perdront en moyenne 2 à 5 % de leur PIB dans des scénarios de réchauffement même modéré.  Les régions extrêmement vulnérables, comme le Sahel, pourraient perdre jusqu'à 15 %.  Les îles africaines ont également une résilience environnementale et économique intégrée limitée.  

La voie du redressement vers la résilience des genres doit tenir compte de la dimension de genre pour qu'il s'agisse d'une situation gagnant-gagnant grâce aux énergies propres/renouvelables et à l'agriculture intelligente face au climat, les femmes africaines contribuant à hauteur de 40 % à la production agricole sur le continent.

M. Adam a déclaré que les flux financiers du secteur privé peuvent être efficacement canalisés vers des investissements africains.  "Le soutien aux pays africains pour l'émission d'obligations vertes et bleues sera essentiel, notamment en dé-risquant ces véhicules, sachant que moins de 1 % des émissions mondiales d'obligations vertes proviennent d'Afrique."

Le responsable de l'environnement, du changement climatique, de l'eau et de la gestion des terres de la Commission de l'Union africaine (CUA), Harsen Nyambe, a cité le faible taux de mise en œuvre des politiques et stratégies existantes pour atténuer les effets du changement climatique en Afrique comme un défi majeur sur le continent.

"Les pays ne doivent pas seulement se mettre d'accord sur des projets de politiques mais doivent aussi les mettre en œuvre pour gagner la guerre contre le changement climatique", a déclaré M. Nyambe.

Thuli Khumalo, directrice générale du changement climatique et de la qualité de l'air au ministère sud-africain de l'environnement, des forêts et de l'énergie, a déclaré que les partenariats entre les pays, les organisations non gouvernementales et le secteur privé étaient essentiels dans la lutte contre le changement climatique.

Mme Khumalo a exhorté les pays à mettre en œuvre le Programme africain de stimulation verte lancé le 16 septembre, qui aborde les défis et les solutions à la question du climat.

Leah Wanambwa, chargée de mission principale de la CUA pour le changement climatique et la lutte contre la désertification, a déclaré que la bataille de l'Afrique contre le changement climatique est minée par l'insuffisance des finances, la santé, la pauvreté et la faiblesse des institutions.

Elle a déclaré : "Les pays doivent repenser leurs modèles de développement pour l'avenir", citant la stratégie de développement de la croissance verte de l'Ouganda comme un bon exemple.

Les femmes et les filles touchées

Martha Melesse, chargée de programme principale au Centre de recherches pour le développement international (CRDI), a déploré le fait que les femmes et les filles disposent de peu de ressources, d'informations et de technologies pour lutter contre le changement climatique. 

"La voie du redressement vers la résilience doit tenir compte de la dimension de genre pour qu'il s'agisse d'une situation gagnant-gagnant grâce aux énergies propres/renouvelables et à l'agriculture intelligente face au climat, car les femmes africaines contribuent à hauteur de 40 % à la production agricole sur le continent", a déclaré Mme Melesse.

She highlighted the need for more data to guide policies and action on climate change and recovery on the continent, saying “we need to recognize existing barriers women face and what role they can play in the fight against climate change. Our recovery initiatives should be gender-inclusive.”

Thèmes: