Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple
Annonce

Restons vigilants, COVID-19 est toujours là

Get monthly
e-newsletter

Restons vigilants, COVID-19 est toujours là

- Dr Saria Osman El-Amin (Soudan)
Africa Renewal
Afrique Renouveau: 
28 Octobre 2020
Dr. Saria Osman El-Amin
Saria Osman El-Amin
Saria Osman El-Amin

Je m'appelle Saria Osman El-Amin, j'ai 24 ans et je suis médecin. J'habite à Khartoum, au Soudan.  Je travaille au centre d'appel de la Corona dans le cadre du plan stratégique du Ministère de la santé pour aider à contrôler la propagation de la COVID-19.

Depuis combien de temps travaillez-vous dans le secteur de la santé et qu'est-ce qui vous a poussé à choisir une carrière dans ce secteur ? Avez-vous des craintes ou des regrets ?

Je travaille comme agent de santé depuis janvier 2019, plus précisément comme médecin-chef, après avoir obtenu mon diplôme de médecine en 2018. Mes parents sont médecins, donc j'ai grandi en entendant constamment des discussions sur la santé à la maison, et je suppose que cela m'a inculqué l'amour de la médecine. J'ai toujours aimé aider les gens et je pense qu'être une personne compatissante m'a encore plus aidé dans ce domaine.

Je ne regrette pas du tout d'avoir étudié la médecine, ma seule crainte est de ne pas découvrir assez tôt ma passion pour la médecine et de me retrouver à travailler dans un domaine qui ne me plaît pas. Je veux travailler dans un domaine que j'aime beaucoup, pour pouvoir exceller et ne pas m'ennuyer facilement.

Comment contribuez-vous à la lutte contre le COVID-19 dans votre pays ?

Environ deux semaines après le premier cas de la COVID-19 ici au Soudan, j'ai rejoint le centre d'appel de la Corona, qui dépend du Ministère de la santé. Nous recevons environ 15 000 appels par jour en provenance de tous les États et régions du Soudan.

Dr.  Saria Osman El-Amin
Saria Osman El-Amin

En tant que médecin, quel est votre rôle au sein du centre d'appel ?

Mon travail comprend les éléments suivants :

  1. Sensibiliser les appelants en les informant sur les modes de transmission et de prévention, ainsi que sur les symptômes de la COVID-19, et sur la manière correcte de s'isoler chez soi ;
  2.  Identifier les cas suspects de la COVID-19 et en informer l'équipe de réaction rapide afin qu'elle puisse atteindre le patient et prélever un échantillon pour le tester ; et
  3. Guider et orienter les appelants vers les hôpitaux ouverts les plus proches disponibles au cas où le patient éprouverait un essoufflement ou des symptômes d'urgence.

Comment votre travail a-t-il évolué depuis l'apparition de COVID-19 ?

Mes heures de travail allaient de 8 à 12 heures par jour et comprenaient des équipes du matin et de nuit. Mon travail initial n'a pas beaucoup changé car dès que j'ai terminé mon internat et rempli mes papiers, la COVID-19 a éclaté. C'est alors qu'ils ont lancé une annonce pour trouver des volontaires pour venir travailler au centre d'appel.

Qu'est-ce qui vous affecte le plus dans cette situation COVID-19 et qu'est-ce qui vous permet de continuer et comment vous en sortez-vous ?

Ce qui me touche le plus, c'est le sentiment d'impuissance, de nombreux appelants du centre disant que les couvre-feux ont grandement affecté leur travail. Beaucoup de gens ici perçoivent leur revenu quotidiennement, donc un jour sans travail signifie un jour sans revenu, donc sans pouvoir nourrir leur famille. Ils appellent le centre en nous suppliant de mettre fin au couvre-feu, mais dans ma position, il n'y a rien que je puisse faire ou promettre.

De plus, certains patients du COVID-19 nous appelaient à bout de souffle pour nous aider à les faire entrer dans les centres d'isolement pour y être soignés.

Ce qui m'a permis de continuer, c'est la chaleur des appelants, leur façon de nous remercier et de prier pour nous, en nous disant que nous faisions un excellent travail. Ils ont dit que sans nous, ils n'auraient jamais eu d'informations sur cette pandémie. La majorité des personnes qui ont appelé venaient de régions éloignées et surtout rurales où il n'y a pas de télévision ou de connexion Internet pour les tenir au courant.

Cependant, d'autres appelants ne croyaient pas que la COVID-19 était réel. Lorsque je parviens à convaincre un interlocuteur douteux que la COVID-19 est en fait réel et non une sorte de mythe, je suis satisfait d'avoir pu changer quelqu'un.

Quelle stratégie, selon vous, a bien fonctionné dans ce combat et qu'est-ce qui n'a pas fonctionné ? Que faut-il faire pour gagner la guerre contre la COVID-19 ?

Le confinement et les rappels constants, par le biais de publicités dans les médias et d'émissions télévisées, de l'importance de rester chez soi et de maintenir une distanciation sociale sûre, ont été cruciaux dans la lutte contre la COVID-19 dans mon pays. Pendant les premiers mois où le virus est arrivé ici, les émissions de télévision ont accueilli des médecins et d'autres experts pour éduquer les gens sur le virus.

Le centre d'appel de la Corona a également joué un rôle clé dans l'éducation des masses et a contribué à freiner la propagation du virus, car les appelants pouvaient entrer en contact direct avec les professionnels médicaux du ministère de la santé.

Si le confinement a joué un rôle énorme dans le contrôle de la propagation du virus, il a également posé certains problèmes économiques, en particulier pour les personnes qui gagnent leur vie au quotidien.

Pour gagner la guerre contre la COVID-19, nous devons tous rester vigilants, responsables, sages et conscients. Les gens devraient continuer à faire attention et ne pas supposer que le virus a miraculeusement disparu. Il convient de respecter la distanciation sociale, de porter des masques et d'utiliser les désinfectants de manière appropriée jusqu'à ce qu'un vaccin se révèle efficace et sûr.

Quel est votre message aux habitants de votre pays, et aux Africains en général, en cette période de COVID-19 ?

Je voudrais dire à mes compatriotes soudanais et au grand peuple africain que ce n'est pas le moment de baisser la garde et d'agir comme si tout était rentré dans l'ordre. La COVID-19 est toujours parmi nous et peut nous infecter partout et à tout moment si nous ne respectons pas les mesures de sécurité appropriées. Restons attentifs à notre environnement et n'abandonnons pas encore, jusqu'à ce qu'un vaccin sûr et efficace soit mis au point. 

Autres articles