Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

La COVID-19 aggrave la situation des femmes et des filles dans les zones rurales d'Afrique

Get monthly
e-newsletter

La COVID-19 aggrave la situation des femmes et des filles dans les zones rurales d'Afrique

Afrique Renouveau: 
12 Octobre 2020
Girls in rural Liberia.
UN Photo/Christopher Herwig
Des filles dans les zones rurales du Liberia.

La pandémie mondiale de la COVID-19 a aggravé le sort de nombreuses jeunes filles en Afrique en détournant l'attention des anciennes faiblesses structurelles et culturelles.

Dans un petit village éloigné de l'est du Malawi, Martha Chiwalo, 16 ans, est assise sur une natte de roseaux devant la petite hutte de sa grand-mère, pendant la pause dans ses tâches ménagères habituelles. Cela fait des mois qu'elle n'est pas allée à l'école, car l'apprentissage a été brusquement interrompu pour arrêter la propagation de la COVID-19.

Chiwalo vit maintenant avec sa grand-mère de 70 ans, après le décès de sa mère il y a cinq ans.

Bien que Chiwalo aurait voulu rejoindre ses pairs dont les parents peuvent se permettre de suivre des cours privés en ligne pendant le confinement, elle sait que son cas est différent en raison du manque de fonds.

"Je me considère tout de même chanceuse car lorsque la situation reviendra à la normale, je pourrai aller à l'école puisque j'ai été placée dans un programme d'aide du gouvernement, qui aide les enfants orphelins comme moi à obtenir une éducation", a-t-elle déclaré à Afrique Renouveau. 

Ifeanyi Okechukwu
Il est nécessaire de trouver des solutions dynamiques au niveau communautaire et de veiller à ce que les jeunes filles soient formées pour prendre des mesures en connaissance de cause sur les questions qui les concernent.
Ifeanyi Okechukwu
Executive Director for YouthRise Nigeria

Cependant, en plus d'aggraver une situation sanitaire déjà désastreuse, la pandémie a également mis en danger la vie de jeunes filles comme Chiwalo. Au 30 septembre 2020, le Malawi comptait 5 773 cas confirmés de la COVID-19, 179 décès et 4 263 guérisons, selon les données du Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC). (Au 12 octobre 2020, le Malawi comptait 5 821 cas confirmés de COVID-19, 180 décès et 4 647 guérisons, selon les données du Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC).

Avec la suspension des activités économiques, la situation est devenue encore plus difficile pour un plus grand nombre de familles.

Même si les organisations non gouvernementales, les médias et le gouvernement font tout leur possible pour éduquer les citoyens sur la prévention de la COVID-19, la vie de nombreuses personnes vivant dans les zones rurales n'a pas été facile.

"Je me réveille à l'aube et je fais une longue marche pour aller chercher de l'eau, surtout pour faire la queue. Elle n'est pas potable, mais c'est notre seule source d'eau ici", déplore Chiwalo. La clinique la plus proche se trouve à 20 kilomètres.

Sans argent pour les frais, la grand-mère de Chiwalo a choisi de donner aux enseignants de sa petite-fille du maïs ou du poulet en échange de quelques leçons privées, puisqu'elle est en dernière année de lycée.

"En plus de cela, à cause de la COVID-19, nous devons maintenant payer pour de nouveaux produits de base comme les masques faciaux et plus de savon pour se laver les mains", dit-elle. 

Au Zimbabwe

La situation est similaire au Zimbabwe voisin où les infirmières et les médecins n'étaient pas très actifs au début de cette année et où la COVID-19 a gravement affecté les soins de santé, mettant la vie de nombreuses personnes en danger.

Rujeko Gwashure, 26 ans, mère de deux enfants et actuellement enceinte de huit mois, est stressée car elle ne sait pas où elle va accoucher.

"Chaque fois que j'accouche, je dois subir une césarienne, mais jusqu'à présent, je n'ai pas trouvé de centre de santé où je puisse accoucher en toute sécurité.  La clinique privée demande 1 000 dollars US", a-t-elle déclaré à Afrique Renouveau.

Mme Gwashure et son mari gèrent une petite entreprise d'achat et de vente de marchandises, mais avec les restrictions actuelles sur les déplacements dues à la COVID-19, la famille a maintenant du mal à se nourrir, et encore moins à payer le coût de l'accouchement. 

Je me considère tout de même chanceuse car lorsque la situation reviendra à la normale, je pourrai aller à l'école puisque j'ai été placée dans un programme d'aide du gouvernement, qui aide les enfants orphelins comme moi à obtenir une éducation

L'impact de la pandémie de la COVID-19 sur les jeunes femmes des zones rurales a été discuté lors d'une réunion virtuelle organisée par le CDC Afrique le 10 juillet pour examiner comment la COVID-19 affectait les services de santé pour les jeunes filles en Afrique.

La réunion virtuelle a été organisée par Dorothy Njagi, l'expert en communication stratégique de la Commission de l'Union africaine (CUA), Ifeanyi Okechukwu, le directeur exécutif de YouthRise Nigeria et James Ayodele, le responsable principal de la communication des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC).  Les défis ont un impact plus important sur les zones rurales que sur les zones urbaines.

Mme Njagi, ainsi que M. Okechukwu, ont convenu que COVID-19 a malheureusement dépassé les problèmes sociaux, économiques et sanitaires actuels qui touchent les jeunes filles, alors que les gouvernements et d'autres acteurs donnent la priorité à la pandémie.

M. Okechukwu a fait remarquer qu'il y a eu une augmentation de 30 % des cas de violence sexiste en Afrique, car le confinement induit par la pandémie oblige les couples et les familles à passer plus de temps que d'habitude à proximité les uns des autres.

En outre, il a noté que de nombreuses familles ont perdu leurs revenus et que les filles ne sont pas scolarisées. On constate également une forte augmentation des mariages précoces. 

En outre, les restrictions imposées par COVID-19 ont paralysé l'accès aux services de santé sexuelle, reproductive et autres, ce qui fait que certaines filles n'ont pas accès à des traitements pour des maladies et des conditions autres que COVID-19.

 "Il est nécessaire de trouver des solutions dynamiques au niveau de la communauté et de veiller à ce que les jeunes filles soient éduquées pour prendre des mesures bien informées sur les questions qui les concernent", a déclaré M. Okechukwu.

Parallèlement, Mme Njagi a souligné la nécessité de communiquer les informations essentielles dans les langues les plus facilement comprises par les jeunes filles afin d'accroître l'efficacité des efforts éducatifs.

Les discussions ont mis en évidence la nécessité de fournir des services aux jeunes filles afin de s'assurer qu'elles sont bien soignées. Il y a eu de fortes demandes pour que les gouvernements et les décideurs politiques gardent à l'esprit la vulnérabilité des femmes et des filles et pour que des approches et des programmes intégrant la dimension de genre soient mis en place sur tout le continent.

Autres articles

More from this author