Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Comment la Namibie a contribué à la naissance de la résolution 1325 des Nations Unies sur les femmes, la paix et la sécurité

Get monthly
e-newsletter

Comment la Namibie a contribué à la naissance de la résolution 1325 des Nations Unies sur les femmes, la paix et la sécurité

La Namibie a assuré la présidence du Conseil de sécurité des Nations unies en octobre 2000, lorsque la résolution historique a été adoptée, et elle continue de défendre l'égalité des sexes
Afrique Renouveau: 
27 Octobre 2020
Security Council Unanimously Adopts Resolution 1325 (2000)
UN Photo/Milton Grant
Le Conseil de sécurité adopte à l'unanimité la résolution 1325 (2000)

Lorsque le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté à l'unanimité, il y a vingt ans, la révolutionnaire résolution 1325 sur les femmes, la paix et la sécurité, c'était l'aboutissement de nombreuses années d'activisme et de travail de la société civile, des pays et d'autres acteurs.

La résolution souligne le rôle important que les femmes jouent dans la prévention et la résolution des conflits, et appelle à leur représentation égale dans les processus de consolidation de la paix.

La Namibie a assuré la présidence du Conseil des 15 membres en octobre 2000. Avec le Mali et la Tunisie, ces trois pays ont représenté l'Afrique au sein de l'organe des Nations unies.

L'ambassadeur Selma Ashipala-Musavyi était le représentant permanent adjoint de la Namibie auprès des Nations unies à l'époque et au cœur des négociations. Elle se souvient de l'ambiance qui régnait au Conseil de sécurité des Nations unies.

"Après l'introduction du thème [sur les femmes, la paix et la sécurité], il y a eu une minute de silence, suivie d'un mélange de rires, de simple étonnement et de ridicule sophistiqué".

Mme Ashipala-Musavyi, aujourd'hui directrice exécutive à la retraite du ministère des relations internationales et de la coopération, raconte cela, dit-elle, "non pas pour se faire plaisir, mais plutôt pour montrer que la résolution 1325 n'est pas venue sur un plateau d'argent".

"Le sentiment était alors que le thème choisi [les femmes, la paix et la sécurité] n'avait pas sa place au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies, mais devait plutôt être discuté par la troisième commission de l'Assemblée générale des Nations Unies", dit-elle, pour illustrer l'élan qui a caractérisé le processus d'adoption de la résolution.

"Toutefois, en raison de notre insistance et de la pression exercée par les organisations de la société civile et les autres États membres de notre camp, le Conseil de sécurité a finalement délibéré sur le sujet. La résolution 1325 du CSNU a été adoptée et le reste appartient à l'histoire".

Martin Andjaba (Namibia), President of the Council, reads a statement on behalf of Council members. Seated right is Joseph Stephanides, Director of the Security Council Affairs Division of the Department of Political Affairs.
Martin Andjaba (Namibie), Président du Conseil, lit une déclaration au nom des membres du Conseil lors de l'adoption à l'unanimité de la résolution 1325 (2000). Photo : UN Photo/Milton Grant
A lire

Le voyage a commencé à Pékin

Lorsque le monde a convergé vers Pékin, en Chine, pour la quatrième conférence mondiale sur les femmes en 1995, cela a sans aucun doute marqué un tournant important pour l'agenda mondial sur l'égalité des sexes.

Pour la Namibie, alors qu'elle n'était encore que cinq ans après son indépendance, ce fut une occasion particulièrement importante pour le pays de s'engager en tant que nation souveraine et de modifier l'approche nationale sur l'autonomisation des femmes namibiennes.

Ce même esprit a galvanisé la campagne namibienne pour l'adhésion au Conseil de sécurité des Nations unies en 1999. Déterminée à intégrer les principes de la conférence de Pékin, la Namibie s'est engagée à apporter une contribution positive et durable à la paix internationale, en s'inspirant également de sa propre lutte de libération et de la constitution négociée à partir de ce passé.

Si l'expérience de la Namibie en matière de conflit a montré que les femmes sont souvent parmi les principales victimes de la guerre, des conflits et de l'insécurité, elle a également montré que les femmes faisaient partie intégrante de la lutte pour l'indépendance, notamment en tant qu'enseignantes, médecins, combattantes et aux tables de négociation.

En 1999, la délégation namibienne aux Nations unies a compris le rôle des femmes comme partenaires indispensables à la création et au maintien de la paix et de la sécurité internationales, et non comme des victimes.

Jusqu'alors, les références aux femmes dans les documents du Conseil de sécurité de l'ONU concernaient surtout les victimes de viol ou l'utilisation du viol comme arme de guerre. Il n'y avait aucune suggestion ni attente concernant les capacités des femmes dans la prévention, la résolution et le règlement des conflits.  

La Namibie estime que le monde est prêt à reconnaître le rôle des femmes dans les processus de paix grâce à un programme ciblé, qui s'inspire des expériences régionales et internationales des femmes, ce qui l'a conduit à défendre la résolution 1325.

Le pays est resté à l'avant-garde de la cause et est un membre fondateur du réseau de points focaux sur les femmes, la paix et la sécurité, lancé en 2016, dont le but premier est de mettre en œuvre l'agenda sur les femmes, la paix et la sécurité (FPS) au niveau national.

Ambassador Selma Ashipala-Musavyi
Cependant, en raison de notre insistance et de la pression exercée par les organisations de la société civile et les autres États membres de notre camp, le Conseil de sécurité a finalement délibéré sur le sujet. La résolution 1325 du Conseil de sécurité a été adoptée et le reste appartient à l'histoire.
Ambassadrice Selma Ashipala-Musavyi
Directrice générale à la retraite du Ministère des Relations internationales et de la Coopération

Plans pour 2020

Pour marquer le 20e anniversaire de l'adoption de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies et pour faire avancer l'engagement en faveur des femmes dans la paix et la sécurité, la Namibie lancera le 31 octobre 2020 le Centre international des femmes pour la paix dans la capitale, Windhoek.

Le centre est prévu comme un institut d'excellence pour la médiation et la prévention des conflits, afin de soutenir les femmes et de développer des compétences destinées à contribuer à l'avenir de l'humanité.

Au cours des trois dernières décennies, la Namibie a constamment défendu l'égalité des sexes, notamment en mettant en œuvre des lois et des politiques visant à offrir des chances égales aux femmes et aux hommes.

La Namibie a pris des décisions audacieuses, notamment lorsque le parti politique au pouvoir a introduit un quota de femmes, qui est maintenant devenu la norme dans la politique nationale, ce qui a permis d'atteindre une représentation de 47 % de femmes au sein du parlement national.

Cela s'est également traduit par d'autres gains tangibles, comme l'augmentation du nombre de filles inscrites à l'école primaire et secondaire, et le nombre croissant de femmes dans le secteur privé.

Des progrès ont également été réalisés dans l'intégration des politiques et de la sensibilisation aux questions de genre dans la planification et la budgétisation nationales, ainsi que dans la formation des fonctionnaires et la défense des femmes aux postes de décision et à la direction politique en général.

Il reste des défis à relever

Malgré ces progrès vers l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes, la violence sexiste reste un sujet de préoccupation et des innovations sont nécessaires pour que les femmes puissent jouer leur rôle d'agents de la paix aux niveaux communautaire et national.

Dans l'espace international, ainsi qu'aux niveaux régional et local, il reste beaucoup à faire pour élargir l'espace de participation des femmes aux processus de paix, notamment en formant des femmes médiatrices et en préconisant des mesures d'égalité des sexes, qui sont essentielles aux politiques et pratiques de sécurité.

Bien qu'une grande partie de la plate-forme d'action de Pékin de 1995 ait été mise en œuvre, il reste encore beaucoup à faire.

En ce 20e anniversaire de cette importante résolution sur les femmes, la paix et la sécurité, nous devons tous continuer à sensibiliser la communauté mondiale pour qu'elle accepte pleinement le rôle essentiel que les femmes peuvent jouer et jouent effectivement pour la paix et la sécurité partout dans le monde.

Autres articles

More from this author