Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Cesser de gérer la pauvreté et passer à la gestion du développement

Get monthly
e-newsletter

Cesser de gérer la pauvreté et passer à la gestion du développement

— La Conseillère spéciale des Nations Unies pour l'Afrique
Afrique Renouveau: 
27 Octobre 2020
Cristina Duarte, Conseillère spéciale des Nations Unies pour l'Afrique
UN News
Cristina Duarte, Conseillère spéciale des Nations Unies pour l'Afrique

Cristina Duarte, de la République du Cap-Vert, est la nouvelle Conseillère spéciale pour l'Afrique auprès du Secrétaire général des Nations Unies. Ancienne Ministre des Finances et du Plan de son pays, elle veut apporter à son rôle une nouvelle vision stratégique de "l'Afrique par l'Afrique" pour aider les Nations Unies à mieux agir sur le continent. Dans cet entretien avec Elizabeth Scaffidi, de ONU Infos, Mme Duarte parle de sa vision et de l'orientation politique nécessaire pour le développement durable du continent.  Extraits :

ONU Infos : Pouvez-vous nous parler un peu de vous et de la façon dont vous êtes arrivé dans ce rôle ?

Cristina Duarte : J'ai une assez longue expérience des postes de direction. J'ai commencé très tôt. J'ai eu l'occasion d'exercer des fonctions de direction dans le secteur privé, le système financier international, les organisations multilatérales et ensuite au sein du gouvernement.

Quelles sont vos priorités pour le Bureau du conseiller spécial pour l'Afrique ici à l'ONU ?

Je n'y suis que depuis environ 60 jours. Le Bureau du conseiller spécial pour l'Afrique (OSAA) est une petite mais puissante équipe de 30 personnes. En tant que poste stratégique, il est proche du Secrétaire général, de la Vice-Secrétaire générale, du Groupe africain et des principaux décideurs stratégiques en Afrique, non seulement au niveau gouvernemental, mais aussi au niveau de l'Union africaine et des commissions économiques régionales.

L'OSAA a une nature unique car il est le seul dans le système des Nations Unies à être un bureau spécial sur les affaires régionales, en l'occurrence les affaires africaines. Ainsi, la combinaison de ces actifs incorporels permet à l'OSAA de mieux tirer parti des priorités africaines au sein du système des Nations Unies.

Aujourd'hui, l'OSAA est en mesure, et le sera encore plus dans quelques mois, d'aider le Secrétaire général des Nations Unies et la Vice-Secrétaire générale à remodeler le discours de l'Afrique au sein du système des Nations Unies.

L'Afrique a une vision, une stratégie claire, et il existe un plan d'action qui a fait date pour le continent, en particulier pour l'Union africaine. Il est important que le système des Nations Unies remplisse ses promesses à l'égard de l'Afrique.

Quels sont certains des défis que vous prévoyez ?

Tout le monde parle de développement durable et je viens d'écrire un article il y a quelques mois dans lequel je défends une position très simple. Pour s'attaquer au développement durable ou pour réussir en termes de développement durable, l'élaboration des politiques en Afrique devrait d'abord aborder, presque comme une condition préalable, le financement durable. Si nous n'abordons pas cette question, nous assimilerons toujours la gestion de la pauvreté à la gestion du développement. Ce sont deux animaux différents. Nous avons géré la pauvreté. Il est temps pour l'Afrique de passer de la gestion de la pauvreté à la gestion du développement et d'ajuster l'élaboration des politiques en conséquence.

L'élaboration des politiques en Afrique devrait se concentrer sur la lutte contre les flux financiers illicites, la mobilisation des ressources intérieures et la mise en avant du capital humain. Par exemple, en discutant des obstacles à la propriété intellectuelle qui ont empêché l'Afrique d'accéder à la technologie et à l'innovation, à la croissance verte, à l'industrialisation verte et à la zone de libre-échange continentale.

Comment la COVID-19 a-t-il affecté le continent ?

Il s'agit d'une urgence et d'une tragédie, non seulement du point de vue de la santé mais aussi de l'impact économique. Les blocages, d'abord au niveau mondial puis dans certains pays africains, ont plongé l'Afrique dans la première crise socio-économique depuis 25 ans, exactement au moment où l'Afrique s'apprêtait à décoller clairement avec l'Agenda 2063 [de l'Union africaine].

Mais la COVID-19 en Afrique est plus qu'une urgence, c'est aussi une situation de développement, car elle a été perturbatrice. Je pense que la COVID-19, malgré sa dimension tragique, offre certaines opportunités et nous avons besoin d'outils pour ajuster nos mentalités afin de les saisir.

L'action internationale peut-elle jouer un rôle positif dans la réalisation des objectifs de l'OSAA ?

L'OSAA n'est pas une entité opérationnelle en soi, mais elle joue un rôle essentiel pour les entités opérationnelles du système des Nations Unies. L'OSAA joue un rôle clé en fournissant une analyse pertinente et ponctuelle des questions africaines, ce qui signifie qu'elle est en quelque sorte une entité axée sur les besoins.

Nous traitons avec un ensemble assez diversifié de parties prenantes au sein du système des Nations Unies et également à l'extérieur, y compris l'Union africaine, les gouvernements africains, les partenaires stratégiques de l'Afrique, etc. L'OSAA est donc censé fournir un travail qui soit significatif et qui ait un impact sur les parties prenantes. L'idée est de mettre en place un programme stratégique afin que les relations entre l'OSAA et les parties prenantes soient guidées de manière stratégique, avec un objectif et un but précis.

Y a-t-il des événements récents des Nations unies qui vous ont aidé à propulser vos objectifs ?

Je suis ici depuis environ 60 jours. C'est ma première fonction au sein des Nations Unies. Ce que je peux vous dire, c'est qu'en 30 jours, malgré ma courte présence ici, j'ai rencontré plus de 34 ambassadeurs africains à titre individuel. Nous avons discuté de certaines questions, j'ai présenté des propositions et ils m'ont fait des suggestions et m'ont conseillé. J'ai présenté des notes conceptuelles au groupe africain sur la manière de restructurer nos relations par le biais d'un programme stratégique et j'ai obtenu le soutien total du groupe [africain].

Un dernier mot ? 

Aujourd'hui, l'OSAA est en mesure, et le sera encore plus dans quelques mois, d'aider le Secrétaire général des Nations Unies et la Vice-Secrétaire générale à remodeler le discours de l'Afrique au sein du système des Nations Unies - un discours qui vient d'Afrique pour l'Afrique, où les ODD sont fusionnés avec l'Agenda 2063 de l'Afrique - ainsi que de soutenir le groupe africain, l'Agence de développement de l'Union africaine (AUDA-NEPAD) et la Commission de l'Union africaine. 

Thèmes: 

Autres articles

More from this author