Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

ZLECA : l'Afrique se prépare au libre-échange dès janvier 2021

Get monthly
e-newsletter

ZLECA : l'Afrique se prépare au libre-échange dès janvier 2021

Enthousiasme des commerçants malgré les retards au démarrage et la COVID-19
Kingsley Ighobor
Afrique Renouveau: 
30 Novembre 2020
Des fèves de cacao
Meron Dagnew
Des fèves de cacao

Un jour de février 2020, Meron Dagnew, commerçante de café et de cacao basée à Accra, s'est rendue au secrétariat de la nouvelle zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) pour se présenter, avant même que le secrétariat ne soit pleinement opérationnel.

"Je ne pouvais pas attendre", a-t-elle déclaré à Afrique Renouveau lors d'une récente interview, "j'ai besoin que le libre-échange en Afrique se mette en place le plus rapidement possible ; ce sera tellement bénéfique pour mes affaires".

Le secrétariat de la ZLECA a officiellement ouvert à Accra le 17 août 2020, bien que, en raison de la pandémie de la COVID-19, le libre-échange commencera désormais le 1er janvier 2021 au lieu de la date initialement prévue du 1er juillet 2020.

Mme Dagnew est impatiente de profiter des tarifs réduits et d'un marché consolidé - retombées potentielles de la ZLECA - pour développer les activités de son entreprise, BE Kollective qui importe du café éthiopien au Ghana et exporte du cacao ghanéen en Éthiopie.

Meron Dagnew
Meron Dagnew.

"J'espère ne pas avoir à payer jusqu'à 35 % de droits de douane sur mes marchandises ; j'espère pouvoir bientôt acheminer mon cacao et mon café à valeur ajoutée vers les pays africains sans problème de règles d'origine. Je pourrais alors faire plus de bénéfices, développer mon entreprise et embaucher plus de personnes", dit-elle.

L'Éthiopie est l'un des plus grands producteurs de café au monde et le Ghana est le deuxième producteur de cacao au monde, après la Côte d'Ivoire. Mme Dagnew est particulièrement attirée par le marché de l'Afrique de l'Ouest, qui compte 380 millions de personnes.

Les droits de douane élevés et les barrières non tarifaires telles que les retards en douane et les goulets d'étranglement administratifs aux postes frontières soulignent les défis auxquels sont confrontés les commerçants africains et accentuent en même temps le désir ardent des commerçants de disposer d'une zone de libre-échange.

La ZLECA élimine les droits de douane sur 90 % des biens produits sur le continent, s'attaque aux obstacles non tarifaires au commerce et garantit la libre circulation des personnes.

L'activité de Mme Dagnew a ralenti en mars 2020, au moment où la pandémie commençait à faire rage. Alors que les économies africaines commencent à s'ouvrir lentement tout en s'adaptant aux réalités de la pandémie, Mme Dagnew a l'intention de relancer les échanges commerciaux prochainement.

Cependant, elle s'inquiète d'autres défis structurels pour le commerce intra-africain, comme la concurrence avec les grandes marques mondiales qui se font concurrence sur un terrain de jeu inégal. Par exemple, BE Kollective, selon Mme Dagnew, est en concurrence avec Nescafé, qui est importé au Ghana par les détaillants.

"Le problème est que les importateurs de Nescafé en provenance de pays d'Europe ou d'Asie paient des droits de douane beaucoup moins élevés que les miens car ces pays ont des accords commerciaux favorables avec les pays africains", souligne-t-elle. "Par conséquent, les chances sont actuellement contre nous, les commerçants intra-africains".

Mme Dagnew s'inquiète également du fait que les services douaniers des pays ne disposent pas d'informations adéquates sur la ZLECA.

"Il n'y a pas longtemps, je suis allée au service des douanes du Ghana et je leur ai dit que je n'aurais pas besoin de payer des droits de douane à un moment donné grâce à la ZLECA. Ils n'ont pas compris de quoi je parlais", se souvient-elle. "Il y a beaucoup de commerçants qui n'ont aucune idée de ce qu'est la ZLECA".

Select Author: 

Elle recommande une campagne d'information massive pour sensibiliser les services douaniers, les commerçants et les autres acteurs clés des pays participant à la zone de libre-échange à la ZLECA.

Manque d'infrastructures

Le manque d'infrastructures de transport modernes et adéquates entrave également le désir des commerçants de tirer pleinement parti des avantages du libre-échange, comme le montrent les études. Avec des infrastructures de transport adéquates et une forte intégration, les fabricants de biens de consommation pourraient gagner jusqu'à 326 milliards de dollars par an, selon McKinsey & Company, une société de conseil en gestion basée aux États-Unis.

Et selon la Banque mondiale, il faut environ trois semaines et demie pour qu'un conteneur de pièces automobiles soit dédouané par les douanes congolaises. Alors que les pays d'Afrique de l'Est, la Tanzanie et l'Ouganda, ont mis en place un poste frontière unique pour réduire le temps de circulation des marchandises entre eux, de nouveaux retards sous la forme de normes divergentes pour les marchandises sont rapidement apparus, soulignant la nature changeante des barrières non tarifaires.

Selon la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement, l'entité des Nations unies qui traite des questions d'investissement commercial et de développement, les pays africains pourraient engranger 20 milliards de dollars par an en s'attaquant simplement aux barrières non tarifaires qui ralentissent la circulation des marchandises.

Les efforts de l'Union africaine (UA) pour stimuler les infrastructures par le biais de son Programme pour le développement des infrastructures en Afrique (PIDA) devraient aboutir à la création du corridor de transport Lagos-Abidjan, de la ligne de transmission électrique Zambie-Tanzanie-Kenya, de l'autoroute Lagos-Alger et du pont Brazzaville-Kinshasa, entre autres.

Mais les experts encouragent les différents pays à investir dans des infrastructures portuaires, aéroportuaires et ferroviaires modernes.

Les femmes commerçantes

Les défis auxquels sont confrontées les femmes commerçantes sont largement évoqués dans les conversations commerciales intra-africaines.  

Les femmes constituent 70 % des commerçants transfrontaliers informels d'Afrique et, selon une étude réalisée en 2019 par ONU Femmes et intitulée Opportunities for Women Entrepreneurs in the Context of the AfCFTA, les commerçantes africaines sont souvent confrontées à la corruption, à l'insécurité et au harcèlement sexuel.

A female trader in North Kordofan, Sudan repack Gum Arabic lots.
Une commerçante du Kordofan Nord, au Soudan, remballe des lots de gomme arabique. Photo : Salahaldeen Nadir/Banque mondiale

L'accord de la ZLECA lui-même exige des pays qu'ils protègent les personnes vulnérables, y compris les femmes commerçantes, et qu'ils s'attaquent à la corruption.

Les États africains ayant conclu des accords commerciaux bilatéraux avec des pays étrangers ou d'autres régions comme l'Union européenne devront marcher sur la corde raide pour respecter leurs engagements préalables tout en mettant en œuvre l'accord de libre-échange avec l'Afrique.

En février 2020, par exemple, le géant économique de l'Afrique de l'Est, le Kenya, a entamé des négociations commerciales bilatérales avec les États-Unis, ce qui semble aller à l'encontre de l'engagement pris par le pays de créer une zone de libre-échange en Afrique.

Les projections optimistes des avantages du libre-échange en Afrique sont, en théorie, basées sur des calculs économiques orthodoxes - une corrélation linéaire entre l'offre et la demande qui peut ne pas englober entièrement les externalités telles que la disponibilité de la capacité de mise en œuvre des pays, les infrastructures requises, la cohérence des politiques, etc.

Le Forum économique mondial signale que la mise en œuvre complète et efficace de la ZLECA est ce qui conduira à ses effets transformateurs, ce qui signifie que ses avantages annoncés ne sont en aucun cas garantis.

Le secrétaire général de la ZLECA, Wamkele Mene, reconnaît les énormes tâches qui l'attendent. "Nous devons nous retrousser les manches et travailler", a-t-il déclaré à Afrique Renouveau lors d'un précédent entretien.

Pourtant, il y a beaucoup à célébrer en ce qui concerne l'accord de libre-échange. Le pacte consolide un marché de 1,2 milliard de personnes et un PIB combiné de 2,5 billions de dollars. Il représenterait le plus grand bloc commercial du monde par le nombre de pays participants si tous les États membres de l'UA ratifiaient l'accord.

Si une trentaine de pays ont jusqu'à présent ratifié l'accord, d'autres pays devraient suivre le mouvement lorsque le libre-échange commencera et que ses avantages deviendront tangibles.

Autres articles