Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Lutter contre le VIH aux temps de la COVID-19

Get monthly
e-newsletter

Lutter contre le VIH aux temps de la COVID-19

- Winnie Byanyima, Directrice exécutive de l'ONUSIDA
Zipporah Musau
Afrique Renouveau: 
30 Novembre 2020
Winnie Byanyima (à gauche), Directrice exécutive de l'ONUSIDA.
UNAIDS
Winnie Byanyima (à gauche), Directrice exécutive de l'ONUSIDA.

La Journée mondiale du sida est célébrée chaque année le 1er décembre pour sensibiliser à la maladie. Le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) est l'entité de l'ONU chargée de lutter contre les infections par le VIH, la discrimination et les décès liés au sida. Zipporah Musau d'Afrique Renouveau, s'était entretenue avec la Directrice exécutive de l'ONUSIDA, Mme Winnie Byanyima, au sujet des priorités de l'organisation et de sa réponse à la COVID-19 en Afrique. Extraits :

Winnie Byanyima, UNAIDS Executive Director.
Winnie Byanyima, Directrice exécutive de l'ONUSIDA.

Comment la pandémie COVID-19 a-t-elle affecté les personnes vivant avec le VIH en Afrique ?

Il est prouvé que le nombre de décès liés au sida pourrait doubler en Afrique subsaharienne entre 2020 et 2021 si les services de lutte contre le VIH sont gravement perturbés - ce qui signifierait 500 000 décès supplémentaires liés au sida. Mais ce n'est pas tout : les nouvelles infections chez les enfants par transmission de la mère à l'enfant pourraient même augmenter de plus de 100 % dans certains pays d'Afrique. Nous pourrions voir les progrès réalisés dans la lutte contre le sida s'inverser de dix ans. Et c'est dangereux. C'est pourquoi il est si important de faire passer le message que nous devons poursuivre les deux luttes, celle contre le VIH et celle contre le COVID-19. Ne laissez pas tomber l'un pour l'autre.

La thérapie antirétrovirale a permis de sauver des vies et de prévenir la transmission du VIH. Le blocage de COVID-19 a-t-il affecté l'approvisionnement en médicaments des plus de 24,5 millions de personnes dans le monde qui suivent un traitement contre le VIH, dont la majorité se trouve en Afrique ?

Dans de nombreux pays, certaines des mesures de verrouillage ont porté atteinte aux droits des personnes vivant avec le VIH, comme la possibilité d'aller chercher leurs médicaments. Nous avons donc fait pression sur les gouvernements pour qu'ils fournissent aux personnes vivant avec le VIH des médicaments pour une période de trois à six mois, au lieu de quelques semaines seulement. Nous avons également été témoins de violations des droits de l'homme : des homosexuels et des travailleurs du sexe ont été arrêtés - accusés de propager le Coronavirus - et des transsexuels se sont vu refuser de la nourriture et des services parce qu'ils n'avaient pas de carte d'identité. Nous défendons leurs droits en travaillant avec les gouvernements et en collaborant avec la société civile.

Quels sont vos projets pour mettre plus de personnes sous antirétroviraux (ARV) en Afrique ?

Le fait que nous soyons le continent le plus touché par le VIH et le sida et que la plupart des ARV soient fabriqués ailleurs est une perte pour nous. Même les produits de prévention sont importés. Ces produits devraient être fabriqués en Afrique, ce qui permettrait de créer des emplois et d'augmenter les impôts pour les remettre dans nos systèmes de santé.

Il est important que nous renforcions notre capacité de production en Afrique. Il y en a peut-être en Afrique du Sud, quelques uns au Nigeria et peut-être en Égypte, mais nous devons nous regrouper, produire nos propres médicaments et nous partager le marché africain. C'est une chose qui nous tient à cœur à l'ONUSIDA.

Nous travaillons avec l'Union africaine et avons quelques collaborations avec la Chine pour promouvoir la fabrication locale. C'est une priorité pour nous.

 

 

Quelles sont vos priorités dans la lutte contre le VIH/SIDA pour les 10 prochaines années ?

L'ONUSIDA a été créé pour lutter contre le VIH/SIDA à l'échelle mondiale. Nous avons environ 24,5 millions de personnes sous traitement antirétroviral (ARV) et 15 millions de personnes séropositives qui n'ont pas encore été testées.

Notre rapport montre qu'il y a eu 1,7 million de nouvelles infections par le VIH dans le monde rien qu'en 2018 et que 770 000 personnes sont mortes du sida la même année. Bien que le taux d'infection soit en baisse, ces chiffres restent élevés.

Notre priorité pour les dix prochaines années est de travailler extrêmement dur sur la prévention, en particulier parmi les groupes vulnérables. Pour les femmes et les jeunes filles, nous devons nous attaquer aux causes structurelles de leur vulnérabilité, qui incluent la culture, les traditions et la pauvreté, entre autres. La violence sexuelle étant si répandue, nous devons nous y attaquer. Nous travaillerons en étroite collaboration avec nos autres partenaires - ONU Femmes, FNUAP, UNICEF, UNESCO, PNUD et autres - pour lutter contre les causes de la vulnérabilité en Afrique.

D'autre part, nous devons travailler sur les droits de l'homme car tant que les homosexuels et les travailleurs du sexe resteront criminalisés, ils seront poussés à la clandestinité et ne se présenteront donc pas pour la prévention ou le traitement. Il est important de supprimer ces lois pénales, afin que ces personnes puissent se présenter pour des tests, de la prévention et des traitements.

Qui est le plus exposé au risque de nouvelles infections ?

Les personnes les plus vulnérables en Afrique sont principalement les femmes et les filles. Dans d'autres parties du monde, ce sont les hommes homosexuels, les travailleurs du sexe, les prisonniers, les migrants et les personnes qui s'injectent des drogues. La prévention n'est pas assez rapide. Jusqu'à 1,7 million de nouvelles infections et 770 000 décès en un an, c'est trop. Nous pouvons encore réduire considérablement le nombre total de nouvelles infections et de décès.

Que faut-il faire ?

Nous avons besoin de plus d'outils scientifiques, par exemple, nous avons besoin de plus de PrEP (prophylaxie pré-exposition où les personnes à risque ou celles qui ont été exposées au VIH prennent quotidiennement des médicaments pour prévenir l'infection). Récemment, les PPrE ont fait l'objet d'un plus grand nombre d'innovations qui pourraient être utilisées davantage chez les hommes homosexuels et les travailleurs du sexe. Cependant, si dans certains endroits, ces personnes sont qualifiées d'"illégales", elles ne peuvent pas aller chercher ces services.

Nous devons également faire face à certaines contraintes, notamment l'absence d'une éducation sexuelle complète et adaptée à l'âge dans les écoles pour permettre aux filles de comprendre leur corps et d'en prendre le contrôle.

Selon certaines informations, la violence fondée sur le sexe serait en augmentation pendant la pandémie COVID-19. Sommes-nous susceptibles d'assister à une augmentation des infections par le VIH à cause de cela ?

Absolument ! La violence sexuelle est un facteur clé de l'infection par le VIH, en particulier chez les adolescentes et les jeunes femmes. Malheureusement, en Afrique, 5 400 jeunes femmes sont infectées par le VIH chaque semaine ! Le taux d'infection des filles est quatre fois plus élevé que celui des garçons du même âge. Les femmes et les filles sont beaucoup plus vulnérables à l'infection et tout cela est dû à la tolérance de la violence sexuelle, à la culture d'acceptation d'une masculinité néfaste, au manque d'éducation sexuelle complète dans les écoles. Cet environnement qui rend une fille dangereuse a été aggravé par le COVID-19.

Winnie Byanyima, UNAIDS Executive Director
Winnie Byanyima, (au milieu) Directrice exécutive de l'ONUSIDA.

Donc, une fois de plus, nous demandons aux gouvernements de fournir des services. Les communautés doivent être à l'affût. Les dirigeants des communautés doivent s'exprimer. Là où il y a une menace, nous devons avoir des abris. Nous devons augmenter les services de santé sexuelle et reproductive, qui ont été réduits alors que les gouvernements jonglent avec leurs ressources. Nous disons que les intervenants en matière de violence sexiste, les conseillers, les travailleurs de la santé sexuelle et reproductive doivent être considérés comme des travailleurs essentiels dans le cadre de la réponse COVID-19, et que leurs services doivent être maintenus.

Face à COVID-19 d'un côté et au VIH et au SIDA de l'autre, que fait l'ONUSIDA pour aider les pays ?

L'ONUSIDA a été créé pour lutter contre le sida à l'échelle mondiale, mais une grande partie de notre travail se fait en Afrique. Actuellement, nous sommes confrontés à deux pandémies qui se heurtent, [le VIH et COVID-19], et nous réagissons en donnant des conseils aux gouvernements sur leurs réponses.

Dans au moins 11 pays, l'ONUSIDA dirige le système des Nations unies au sein du groupe de travail sur COVID-19. Nous conseillons aux gouvernements que la réponse à COVID-19 doit être multisectorielle car une pandémie n'est pas seulement un problème de santé. C'est une question de communautés, de comportements et de normes sociales, de systèmes juridiques et de droits de l'homme, car elle s'attaque aux personnes les plus vulnérables. Elle se nourrit des inégalités existantes. C'est l'optique que nous avons adoptée pour lutter contre le sida. Si vous regardez nos commissions nationales de lutte contre le sida, elles rassemblent tous les secteurs du gouvernement pour lutter contre le sida, et pas seulement contre la santé.

Nous conseillons également aux gouvernements de placer les communautés au centre de la lutte contre les pandémies, car il faut commencer et gagner à la base. Ce sont les membres de leur propre communauté qui façonnent et dirigent leur vie et se battent pour elle, les commander d'en haut ne fonctionne pas. Leur donner les moyens de diriger, c'est ce qui fonctionne.

Troisièmement, il faut lutter contre les droits de l'homme, la stigmatisation et la discrimination. Nous insistons sur le respect des droits de l'homme. Ces verrouillages doivent respecter les droits des personnes, même en limitant leurs déplacements.

Et puis, bien sûr, nous faisons intervenir nos infrastructures, les laboratoires de dépistage du VIH qui sont maintenant utilisés pour tester le COVID-19. Certains de nos meilleurs scientifiques spécialisés dans le VIH travaillent maintenant au sein d'équipes qui luttent contre COVID-19 dans différents pays.

Le travail avec l'Union africaine est également d'une importance capitale. Nous travaillons avec les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC) dont le directeur, le Dr John Nkengasong, a invité l'ONUSIDA à faire partie d'un partenariat pour accélérer le dépistage de COVID-19.

Enfin, d'après ce que nous avons appris du VIH, nous faisons partie d'un mouvement de lutte pour le traitement. Souvenez-vous, lorsque les médicaments antirétroviraux ont été découverts, les gens en Europe et en Amérique les recevaient, mais en Afrique, des millions de personnes mouraient encore parce que les prix étaient élevés. Nous avons dû nous battre pendant des années pour faire baisser les prix. Nous faisons donc à nouveau partie d'une campagne de la société civile qui demande que des règles soient établies avant qu'un vaccin ne soit découvert, qu'un brevet soit un bien public mondial, distribué équitablement à toutes les régions et utilisé gratuitement pour les riches et les pauvres.

Quels sont vos conseils aux populations africaines pendant cette période COVID-19 ?

Mon premier conseil est aux personnes vivant avec le VIH, et à celles qui sont vulnérables à COVID-19, celles qui souffrent de maladies sous-jacentes telles que les maladies respiratoires, le diabète - soyez prudents. Suivez le conseil de rester chez vous, obéissez aux règles de l'enfermement, lavez-vous les mains pour vous protéger car vous êtes vulnérable.

Pour les personnes vivant avec le VIH, nous n'avons pas encore toutes les données scientifiques pour nous dire à quel point elles sont vulnérables à COVID-19. Mais ce que je vous conseille, c'est de faire le test si vous n'avez pas fait de test et que vous pensez avoir le VIH, car votre immunité peut être si faible que vous risquez d'être facilement infecté par le coronavirus.

Pour les autres, il est dans notre propre intérêt de rester à la maison autant que possible et de respecter une hygiène personnelle. Mais il est également temps d'être un bon voisin, de soutenir les autres. Si vous avez de la nourriture et que votre voisin n'en a pas, partagez. Si quelqu'un est malade, donnez l'alerte et laissez-les se faire aider. Il est temps de se regrouper, d'être gentils les uns avec les autres. Faites attention, soyez en sécurité, obéissez aux règles, soyez un bon voisin, aidez les autres, et tout ira bien.

Thèmes: 

Autres articles