Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

#Fairetairelesarmes: 7 pays africains intensifient leurs efforts pour collecter les armes à feu illégales

Get monthly
e-newsletter

#Fairetairelesarmes: 7 pays africains intensifient leurs efforts pour collecter les armes à feu illégales

Le Burkina Faso, la RCA, la RDC, le Cameroun, la Côte d'Ivoire, l'Ethiopie et le Kenya ont pris part au mois de l'amnistie en septembre.
Afrique Renouveau: 
30 Novembre 2020
.
Weapons destruction in the Central African Republic during the September Africa Amnesty Month. Photo: UNODA
Destruction d'armes en République centrafricaine pendant le mois de septembre, mois de l'amnistie en Afrique. Photo : UNODA

Sept pays africains boucluent leurs efforts de collecte d'armes illégales dans le cadre d'une période d'amnistie annuelle à l'échelle du continent.

Cela fait suite à quatre mois d'activités qui ont débuté en septembre 2020 sous l'égide du "Mois de l'amnistie en Afrique", une initiative de l'Union africaine (UA) qui vise à protéger le continent des ravages des armes légères et de petit calibre illicites.

Déclaré en 2017, le Mois de l'amnistie en Afrique a lieu chaque année en septembre. Au cours de ce mois, les gens sont encouragés et autorisés à remettre volontairement des armes légères détenues illégalement, dans l'anonymat et l'immunité de toute poursuite judiciaire.

Les sept pays - le Burkina Faso, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, le Cameroun, la Côte d'Ivoire, l'Éthiopie et le Kenya - bénéficient du soutien conjoint de la Commission de l'UA, du Bureau des Nations unies pour les affaires de désarmement et du Centre régional sur les armes légères dans la région des Grands Lacs et la Corne de l'Afrique, avec le soutien financier de l'Allemagne et du Japon.

Sandra Melvine, 21, a Science and Management student at the University of Bangui in Central African Republic, and participant in the Africa Amnesty Month slogan contest.
Sandra Melvine, 21 ans, étudiante en sciences et gestion à l'université de Bangui en République centrafricaine, et participante au concours de slogan du Mois de l'amnistie en Afrique. Photo : UNODA

En collaboration avec des partenaires locaux et internationaux, les pays ont sensibilisé la population aux dangers des armes légères et des munitions illégales par le biais de campagnes médiatiques ciblées et de campagnes d'éducation en personne qui s'étendent des grandes villes aux zones rurales.

Parallèlement, des fonctionnaires travaillent en coulisses pour collecter, enregistrer, stocker et finalement détruire en toute sécurité les armes remises.

L'effort de l'UA pour libérer le continent des armes à feu illicites fait partie de l'initiative phare de l'organisation "Faire taire les armes", que les gouvernements mettent en œuvre dans le cadre d'une feuille de route pour 2016.

Le Mois de l'amnistie en Afrique est ouvert aux personnes de tout le continent. Pour contribuer à sa promotion, les organisateurs encouragent la société civile - en particulier les groupes dirigés par des femmes et des jeunes - ainsi que les entreprises, les médias, les universités, les groupes de réflexion et les organisations religieuses et traditionnelles à faire passer le message dans leurs communautés.

Les jeunes ont été impliqués dans la campagne "Les jeunes font taire les armes" lancée en juillet, les pays participants organisant des concours pour les jeunes afin d'élaborer des slogans de campagne nationaux pour le mois d'amnistie en Afrique.

Mireille Armelle Ilboudo/Bamogo, 29, receives her prize as the winner of a slogan contest held in Banfora, Burkina Faso.
Mireille Armelle Ilboudo/Bamogo, 29 ans, reçoit son prix en tant que lauréate d'un concours de slogan organisé à Banfora, au Burkina Faso. Photo : UNODA

Dans le cadre du concours "Votre voix compte - Quel est votre slogan pour le mois d'amnistie en Afrique", les jeunes des sept pays ont été invités à développer des slogans créatifs et captivants pour souligner les dangers de la possession d'armes illicites et encourager les remises d'armes pendant le mois d'amnistie.

Deux jeunes femmes - Mireille Armelle Ilboudo Bamogo du Burkina Faso et Sandra Melvine de la République centrafricaine - ont été sélectionnées comme gagnantes parmi environ 200 participants.

Décrivant leur motivation pour participer aux concours, les participantes ont cité la nécessité d'une forte solidarité sur le continent pour que tous travaillent ensemble pour la paix ; l'espoir et la certitude qu'un avenir meilleur est possible ; et la compréhension partagée que les armes n'offrent pas les moyens de résoudre les conflits.

Autres articles

More from this author