Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

COVID-19, la marée noire à Maurice met en évidence les vulnérabilités des petits États insulaires en développement

Get monthly
e-newsletter

COVID-19, la marée noire à Maurice met en évidence les vulnérabilités des petits États insulaires en développement

- Amanda Serumaga, Représentante résidente du PNUD pour l'île Maurice et les Seychelles.
Kingsley Ighobor
Afrique Renouveau: 
24 Février 2021
Image d'une victime de la marée noire
PNUD
La marée noire à Maurice met en évidence les vulnérabilités des petits États insulaires en développement

Lors de la pandémie de la COVID-19 fin juillet 2020, un vraquier japonais, le MV Wakashio, a heurté un récif dans la zone côtière du sud-est de l'île Maurice, laissant échapper environ 1 000 tonnes de pétrole. L'accident a provoqué une catastrophe écologique et a gravement affecté la vie et les moyens de subsistance des habitants de nombreuses communautés côtières du pays. Dans cet entretien avec Kingsley Ighobor d'Africa Renewal, Mme Amanda Serumaga, la Représentante résidente du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) pour l'île Maurice et les Seychelles, nous fait part de son point de vue sur l'impact de la marée noire sur les citoyens et sur le pays, sur le processus de récupération, ainsi que sur les vulnérabilités des petits États insulaires en développement.

 

Amanda Serumaga, UNDP’s Resident Representative for Mauritius and Seychelles
Amanda Serumaga, Représentante résidente du PNUD pour l'île Maurice et les Seychelles

Votre évaluation de l'impact de la marée noire de juillet 2020 sur l'environnement et sur la vie et les moyens de subsistance des Mauriciens ? 

Le MV Wakashio s'est échoué le 25 juillet 2020 et le 9 août 2020, on estime que 1 000 tonnes de pétrole se sont déversées dans les eaux côtières du sud-est, sur les récifs coralliens de Pointe d'Esny, à seulement 400 m du rivage. Cette catastrophe a eu des répercussions sur les vies, les moyens de subsistance et, plus largement, sur l'économie et l'environnement. 

La Pointe d'Esny abrite des points chauds de la biodiversité et abrite des sites Ramsar de l'UNESCO, des îlots, des réserves naturelles et un parc marin, qui fournissent des habitats naturels essentiels pour la flore et la faune indigènes menacées. Selon les écologistes, les conséquences de la marée noire pourraient prendre des années à s'inverser.

À la suite de la marée noire, le PNUD a collaboré avec l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) pour mener une évaluation d'impact, dans le cadre de la réponse d'urgence plus large des Nations Unies qui est coordonnée par le Bureau du coordinateur résident des Nations Unies. L'une des conclusions est que la marée noire a directement touché environ 48 000 Mauriciens vivant dans 17 villages côtiers le long des 30 km de côte. 

De plus, les autorités nationales continuent d'évaluer les impacts environnementaux, écologiques, sociaux et économiques sur les industries marines, côtières et connexes, y compris le tourisme et la pêche.

Comme vous le savez, la pêche, y compris la pêche artisanale et l'aquaculture, soutient les moyens de subsistance de nombreuses familles. 

En outre, nous devons considérer qu'en 2019, l'industrie du tourisme a contribué à 8,1 % de la valeur ajoutée brute (VAB) de Maurice, avec des retombées estimées à plus de 20 % de la VAB. Plus de 1,4 million de touristes ont visité l'île cette année-là, générant des revenus allant jusqu'à 63 milliards de MUR (1,8 milliard de dollars). La marée noire a menacé les perceptions nationales et internationales concernant les principales attractions touristiques du pays, notamment les plages de sable et la biodiversité unique.

Je dois mentionner que la fermeture des plages publiques a également touché plusieurs entreprises dépendantes et que de nombreuses personnes dépendent désormais de moyens de subsistance alternatifs tels que le travail rémunéré en espèces grâce à l'exercice de nettoyage, le soutien financier du gouvernement et le soutien des organisations non gouvernementales, des organisations communautaires, des voisins et des amis. 

Les implications de la marée noire sur l'économie bleue de Maurice ?

L'économie bleue représente environ 20 % de l'économie mauricienne, et la côte sud-est dépend fortement de la pêche et du tourisme. Suite à la marée noire, les activités côtières et marines ont été arrêtées pendant un certain temps et de nombreuses zones ont été fermées au public pour permettre le nettoyage.

Les activités de pêche ont été suspendues, et certains pêcheurs n'ont pas pu entretenir leurs bateaux et leur matériel de pêche, ce qui a entraîné des coûts de réparation supplémentaires et la perte de matériel. Et dans de nombreux cas, les familles de pêcheurs n'avaient pas d'autres sources de revenus. Comme je l'ai déjà mentionné, ces familles dépendent maintenant des organisations de la société civile et du gouvernement.

La COVID-19 a-t-elle affecté les efforts pour faire face à la situation ?

Au moment de la marée noire, l'île Maurice était considérée comme "sûre pour la COVID-19", ce qui signifie qu'il n'y avait pas de cas de transmission locale. Cela a été possible en partie grâce à la limitation des voyages internationaux et à l'application de mesures sanitaires et sociales. D'un point de vue pratique, la pandémie a limité l'accès du pays à une certaine aide internationale en raison des restrictions de voyage. Le gouvernement a instauré des protocoles sanitaires stricts pour les spécialistes techniques.  

Le confinement de la COVID-19 et les restrictions sur les voyages internationaux ont déjà eu un impact sur les conditions socio-économiques de Maurice et la marée noire a encore aggravé l'impact sur les moyens de subsistance des populations des communautés côtières.

Le PNUD a lancé une campagne de financement de la foule pour répondre à la marée noire. Quel est le succès de cette initiative jusqu'à présent ?

Le crowdfunding est une initiative relativement nouvelle au sein du PNUD. La campagne #StrongerTogether a été lancée pour plaider en faveur du soutien à la lutte contre la marée noire. Il est important que nos efforts de sensibilisation et de plaidoyer comprennent une plate-forme par laquelle les individus peuvent apporter un soutien indispensable à une bonne cause.

La campagne de financement par la foule a jusqu'à présent atteint un large public au Japon. Compte tenu de l'impact significatif de la COVID-19 sur la vie des gens et de l'attention mondiale portée à la pandémie, nous espérons obtenir davantage de soutien.

an image of oil spill
Le personnel de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et des experts évaluent l'impact de la marée noire au Bois des Amourettes, Grand Port à Maurice. Photo : OIM.

Le PNUD au Japon a contribué à la campagne et continue à mobiliser des partenaires pour faire avancer le développement durable de l'Afrique par le biais de la TICAD [Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique]. 

L'économie bleue est une priorité dans le processus de la TICAD. Lors de la septième Conférence internationale de Tokyo sur le développement africain (TICAD7), qui s'est tenue à Yokohama, au Japon, en 2019, et à laquelle ont participé 42 dirigeants africains, le Japon, le Kenya et le PNUD ont convenu de plaider conjointement en faveur d'actions transformatrices qui favoriseront l'économie bleue de l'Afrique.

Le vice-ministre japonais des affaires étrangères, Masahisa Sato, a déclaré lors de l'événement de Yokohama que le Japon, une nation maritime de premier plan, aiderait à promouvoir une économie bleue en Afrique. L'administrateur adjoint et directeur régional du PNUD pour l'Afrique, Mme Ahunna Eziakonwa, a également mis l'accent sur l'utilisation équitable et durable des ressources en eau.

Ainsi, notre soutien actuel à la récupération après la marée noire s'aligne sur les engagements pris lors de la TICAD7.

L'un des objectifs de la campagne est de soutenir la pêche durable dans les communautés côtières, afin de reconstituer les stocks de poissons dans la lagune. Comment procédez-vous ?

Avec le redémarrage progressif des activités socio-économiques dans le sud-est, il est essentiel de mettre l'accent sur une récupération écologique par des solutions basées sur la nature, en équilibre avec la résilience économique des communautés vulnérables.

Le PNUD maintient un large portefeuille sur l'adaptation et l'atténuation. Nous soutenons la pêche artisanale dans les communautés de la côte sud-est du pays, et un soutien supplémentaire par le biais de la campagne de crowdfunding serait le bienvenu. 

Par exemple, le programme E€OFISH UE-PNUD aidera, sur 48 mois, les communautés de pêche artisanale de Maurice et de Rodrigues et assurera une gestion durable de la pêche côtière sur les deux îles. Le programme E€OFISH offre des moyens de subsistance aux pêcheurs artisanaux, renforce la sécurité alimentaire et contribue à la gestion durable de l'environnement.

Les bénéficiaires seront formés aux meilleures pratiques de pêche, notamment à l'utilisation de techniques et d'installations modernes telles que le GPS [système de positionnement mondial] et les dispositifs de concentration du poisson pour la pêche en haute mer. Ils bénéficieront également d'une infrastructure post-récolte respectueuse de l'environnement et d'une formation à l'application des normes européennes en matière d'hygiène du poisson pour leur permettre d'accéder aux marchés d'exportation. 

Nous souhaitons également une plus grande participation des femmes et des jeunes dans le traitement post-récolte. 

Outre le Japon, comment le PNUD coordonne-t-il ses activités avec le gouvernement et d'autres partenaires sur cette question ? 

Le coordinateur résident des Nations unies dirige la réponse du système des Nations Unies à la catastrophe de la marée noire du Wakashio.

Le PNUD canalise sa contribution en coordination avec l'ensemble du système des Nations Unies. Le PNUD a travaillé avec l'OIM pour fournir un soutien technique sur place afin d'évaluer rapidement l'impact socio-économique de la marée noire sur les ménages et pour recueillir des informations pertinentes afin de faciliter la planification de la réponse.

Au jour le jour, nous travaillons en étroite collaboration avec le ministère de l'Environnement, de la Gestion des déchets solides et du Changement climatique et le ministère de l'Économie bleue, des Ressources marines, de la Pêche et de la Navigation.

Je dois mentionner que le gouvernement, les communautés et de nombreuses organisations de la société civile ont rapidement pris des mesures pour contrer la marée noire. 

Une dernière réflexion ?

La COVID-19 et la marée noire du Wakashio ont mis à nu les vulnérabilités des petits États insulaires en développement (PEID) en termes de capacité à résister aux chocs externes. La pandémie et la marée noire constituent des chocs sanitaires et économiques importants pour les PEID, qui représentent 20 % des États membres des Nations unies. Il est important que la communauté du développement continue à se faire le champion de l'appel des PEID à mieux cibler et recalibrer leur soutien dans leurs pays.

Autres articles