Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Les alliés qui protègent les femmes enceintes du paludisme en Afrique

Get monthly
e-newsletter

Les alliés qui protègent les femmes enceintes du paludisme en Afrique

Les agents de santé communautaires jouent un rôle de premier plan dans la prévention et le traitement de cette maladie mortelle.
Africa Renewal
Afrique Renouveau: 
22 Avril 2022
Les volontaires de la santé communautaire s'occupent de Delourice.
Fournie
Les volontaires de la santé communautaire s'occupent de Delourice.

Delourice Shambala approche des derniers jours de sa grossesse, et elle attribue sa grossesse sans paludisme et sa bonne santé à un trio d'agents de santé communautaires.

Ce trio comprend David Smith Kange, un assistant de santé communautaire et deux volontaires de santé communautaire. 

L'une des bénévoles, Rose Mukhaye, a rappelé à Mme Delourice qu'elle devait se rendre régulièrement aux consultations prénatales du centre de santé local d'Esiriambatsi dès qu'elle a appris qu'elle était enceinte. 

"Un jour, Rose m'a trouvée endormie sous un arbre alors qu'elle faisait sa tournée régulière dans le village. Elle a compris que je pouvais être enceinte et m'a suggéré d'aller à l'hôpital pour le savoir et de commencer à planifier mes visites à la clinique si le résultat était positif. Je ne savais pas que j'étais enceinte", raconte Delourice.

Parfois, lorsque Delourice n'avait pas les moyens de payer son trajet jusqu'au centre de santé, David utilisait sa moto pour l'y conduire et récupérer le Fansidar, un médicament qui la protège du paludisme.

Nombre élevé de cas de paludisme

Delourice vit dans le village d'Ebunangwe, dans le comté de Vihiga, au Kenya. Vihiga est l'un des huit villages où le nombre de cas de paludisme et de décès est le plus élevé au Kenya. Selon le Centre for Diseases (CDC), le fait de grandir dans un environnement régulièrement exposé aux piqûres de moustiques et à la transmission du paludisme devrait lui conférer une certaine immunité contre le paludisme grave, bien que cela ne soit pas garanti.

La grossesse, cependant, altère toute protection potentielle.  Le Dr Dickson Mwakangalu, spécialiste du paludisme à l'institut Jhpiego affilié à l'Université Johns Hopkins et chef de groupe pour le projet Impact Malaria de l'Initiative du Président des États-Unis contre le paludisme (PMI) au Kenya, explique que les femmes enceintes comme Mme Delourice perdent cette protection parce que la grossesse diminue l'immunité des femmes. 

Ce qui complique encore la baisse de l'immunité pendant la grossesse, c'est que le placenta, qui nourrit l'enfant in utero, est un organe de choix auquel le paludisme peut se fixer, a expliqué le Dr Mwakangalu.

"Il y a un risque de fausse couche et de décès pour la mère et le bébé s'ils développent un paludisme grave", a déclaré le Dr Mwakangalu. "Le parasite du paludisme perturbe les échanges nutritionnels entre la mère et le fœtus, et les enfants naissent souvent prématurément, et avec un faible poids à la naissance."

Ms. Delourice Shambala
Mme Delourice Shambala

Le Kenya est l'un des 33 pays que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) classe parmi les pays à transmission modérée à élevée du paludisme, ce qui signifie que la majorité de la population est exposée à cette maladie potentiellement mortelle. Le rapport mondial sur le paludisme 2021 de l'OMS indique qu'une grossesse sur trois (34 %, soit 11,6 millions de grossesses) sur les 33,8 millions estimés dans la région Afrique de l'OMS a été exposée à une infection palustre. 

À l'échelle du continent, le rapport note que l'Afrique de l'Ouest présente le taux d'exposition au paludisme pendant la grossesse le plus élevé (40 %), suivie de l'Afrique centrale (39 %) et de l'Afrique de l'Est et australe (22 %).

L'OMS conseille aux gouvernements de protéger les femmes contre l'infection en fournissant aux futures mères des moustiquaires imprégnées d'insecticide et un traitement rapide lorsqu'elles tombent malades. L'OMS recommande également aux cliniciens de donner aux femmes enceintes de la sulfadoxine-pyriméthamine, un médicament connu sous son nom générique Fansidar, dès le deuxième trimestre. 

Rien qu'en 2020, des donateurs tels que PMI Impact Malaria ont fourni 21 997 664 doses de Fansidar. Des pays comme l'Angola, la République démocratique du Congo, le Malawi, le Mali et la Tanzanie ont reçu plus de deux millions de doses.

Le docteur George Githuka, chef de la division du programme national de lutte contre le paludisme (DNMP) au sein du ministère de la Santé du Kenya, a déclaré à Afrique Renouveau que le ministère donne Fansidar aux femmes enceintes dans les zones endémiques du pays jusqu'au moment de l'accouchement. Malgré son potentiel de protection de la vie, seulement 49 % des femmes enceintes ont pris trois doses ou plus de Fansidar en 2020 - une augmentation par rapport à 35 % en 2015, selon l'enquête sur les indicateurs du paludisme au Kenya (KMIS).  

"L'intervention repose sur le fait que les futures mères se rendent à l'hôpital, et c'est là que les agents de santé communautaires [comme David et Rose] sont essentiels", a déclaré le Dr Githuka.

Le ministère kenyan de la santé et ses partenaires, comme PMI Impact Malaria, forment les assistants de santé communautaire comme David et Rose sur ce qu'ils doivent dire aux futures mères sur le paludisme, y compris l'identification des signes et des symptômes de la maladie.

David et les plus de 300 volontaires de santé communautaire qu'il supervise connaissent les barrières culturelles, économiques et du système de santé qui empêchent les femmes de se rendre dans les hôpitaux pour se faire soigner. Il a donc exploité le goût de la communauté pour la convivialité. Il a organisé des réunions communautaires appelées Barazas, en persuadant le chef de parler aux autres hommes de l'importance de soutenir et de participer à la recherche de soins médicaux par leurs épouses.

Catherine Lagat, la clinicienne en charge du centre de santé d'Esiriambatsi, où Delourice a reçu des soins prénataux réguliers, a déclaré qu'elle n'a pas traité un cas de femme enceinte souffrant de paludisme depuis 2019. Elle en attribue le mérite aux assistants de santé communautaires et aux bénévoles. Les tableaux d'enregistrement du paludisme de l'établissement montrent une baisse de 80 % des cas de paludisme, qui sont passés de 60 par semaine à seulement 12.

Le Kenya s'efforce de réduire de 75 % le nombre de personnes tombant malades et mourant du paludisme d'ici 2023. En veillant à ce que les femmes enceintes comme Delourice disposent d'informations et d'un accès aux soins tout au long de leur grossesse, nous contribuerons à cet effort en réduisant le risque de contracter le paludisme et ses conséquences mortelles pour la mère et l'enfant. Le rôle des agents de santé communautaires, qui enseignent aux individus comment se protéger du paludisme et les guident de leur domicile vers les cliniciens lorsqu'ils tombent malades, sera également essentiel. 

Thèmes: