Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Le Capitaine Abdelrazakh Hamit Bahar du Tchad a reçu à titre posthume la Médaille Capitaine Mbaye Diagne pour acte de courage exceptionnel

Get monthly
e-newsletter

Le Capitaine Abdelrazakh Hamit Bahar du Tchad a reçu à titre posthume la Médaille Capitaine Mbaye Diagne pour acte de courage exceptionnel

Un soldat exceptionnel avec un cœur en or.
Afrique Renouveau: 
25 Mai 2022
Le père du capitaine Abdelrazakh Hamit Bahar, Bahar Haggar Hamid, a accepté le prix.
Le père du capitaine Abdelrazakh Hamit Bahar, Bahar Haggar Hamid, a accepté le prix.

Lorsque le capitaine Abdelrazakh Hamit Bahar a annoncé à sa famille début 2005 que sa vocation allait être de servir son pays, personne n'a été surpris. Le jeune homme avait toujours rêvé de rejoindre l'armée nationale tchadienne, inspiré par son entourage, dont son oncle, militaire aguerri.

Dans la famille Bahar Haggar, les parcours professionnels sont peut-être divers, mais la règle d'or est toujours l'excellence. Il a fallu quelques années pour le convaincre, mais le père du capitaine Abdelrazakh a finalement accepté de le laisser rejoindre l'armée, à condition qu'il entre dans la meilleure école militaire du Tchad.

Après avoir obtenu son diplôme avec mention et suivi avec succès un large éventail de formations spécialisées, allant du parachutisme aux compétences tactiques et à la collecte de renseignements, le capitaine Abdelrazakh a ressenti le besoin de satisfaire sa passion d'aider les autres. En 2014, il décide de rejoindre la MINUSMA, la mission de maintien de la paix de l'ONU au Mali.

"En grandissant, je savais que mon frère allait rejoindre l'armée, mais sa véritable vocation était d'aider les autres. C'était un homme gentil et généreux. Il organisait des tournois pour les jeunes du quartier et distribuait des prix aux gagnants comme aux perdants », se souvient affectueusement son frère Hamid Bahar Ahmat.

Le jeudi 26 mai, la famille Bahar recevra la plus haute distinction du maintien de la paix de l'ONU, la « Médaille du capitaine Mbaye Diagne pour acte de courage exceptionnel », au nom du capitaine Abdelrazakh Hamit Bahar. Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, remettra le prix à titre posthume lors d'une cérémonie solennelle à New York pour marquer la Journée internationale des Casques bleus de l'ONU.

Il y a à peine 14 mois, le 2 avril 2021, une milice armée lourdement armée a attaqué le Super Camp d'Aguelhok dans le nord-est du Mali avec un barrage de roquettes au lever du soleil. Le capitaine Abdelrazakh était l'un des 350 Casques bleus stationnés là-bas pour protéger la population. 

Sans hésiter, le capitaine a lancé une contre-offensive sur les deux douzaines d'assaillants, qui ont pris d'assaut la clôture de la base à bord de jeeps et de motos, quelques minutes plus tard.

Sous le coup de la fusillade qui s'ensuivit, le capitaine Abdelrazakh a vu des ennemis pénétrer dans une maison à proximité.

Pour protéger les civils de la communauté locale vivant près du camp, il a mené à lui seul une opération pour les déloger de la maison.

Ce faisant, le capitaine Abdelrazakh a été tué par balle. Mais pas avant que les Casques bleus aient infligé de lourdes pertes à la milice en fuite et sauvé de nombreuses vies.

Parmi les frères d'armes du capitaine Abdelrazakh se trouvait son commandant, le lieutenant-colonel Chahata Ali Mahamat, qui a codirigé l'opération et aidé à évacuer 16 Casques bleus blessés.

Le lieutenant-colonel Chahata Ali Mahamat sera félicité pour son courage et son rôle dans l'opération en recevant une lettre de reconnaissance du Secrétaire général de l'ONU.

Il se souvient chaleureusement de son compatriote : « Il n'était pas seulement un grand soldat, il était profondément humain. Il pouvait s'entendre avec n'importe qui et il était aimé tant au Mali que chez lui. Il me manque énormément », a déclaré le lieutenant-colonel.

Trois autres Casques bleus tchadiens ont été tués dans l'attaque et 34 autres ont été blessés ; sans les actions courageuses du commandant et du capitaine, beaucoup d'autres seraient sans doute morts.

Depuis son décès, la famille Bahar Haggar a eu beaucoup de mal à faire face à la perte.

"L'année dernière, je préparais ma thèse pour mon doctorat et j'ai laissé mon téléphone. En 15 minutes, j'avais reçu 30 appels manqués. Je savais que quelque chose n'allait pas. Je n'avais jamais ressenti cette douleur auparavant. J'aurais aimé qu'il soit là pour me voir réussir », déclare Hamid.

"Mon frère est celui qui m'a poussé à étudier et m'a soutenu tout au long de mon parcours. Mais je sais qu'il est mort pour une noble cause, il est mort pour protéger la paix », ajoute-t-il.

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), créée en 2013 par le Conseil de sécurité de l'ONU, est l'opération de maintien de la paix de l'ONU la plus meurtrière, confrontée à des attaques quasi quotidiennes.

Les Casques bleus qui soutiennent les efforts internationaux pour construire la paix et la stabilité au Mali sont de plus en plus victimes d'embuscades et d'attaques complexes par des groupes terroristes utilisant des engins explosifs, comme celui d'Aguelhok.

« Le sacrifice ultime du capitaine Abdelrazakh Hamit Bahar incarne un sens élevé du devoir », a déclaré le Représentant spécial du Secrétaire général et chef de la MINUSMA, M. El-Ghassim Wane. « Il a mis sa propre vie en jeu pour sauver les habitants d'Aguelhok et ses compagnons d'armes en ce jour fatidique du 2 avril 2021. Sa bravoure est une source d'inspiration quotidienne pour tout le personnel de la MINUSMA, qui opère dans un environnement d'une complexité et d'une difficulté infinies.”

Les attaques délibérées contre les Casques bleus ont augmenté et ont tué près de 500 d’entre eux en un peu plus de 10 ans dans les opérations de paix. Au Mali, 157 Casques bleus ont perdu la vie depuis la création de la Mission, dont 19 tués en 2021 seulement.

Les attaques visant les Casques bleus de l'ONU peuvent constituer des crimes de guerre au regard du droit international.

La sûreté et la sécurité des Casques bleus sont au cœur de l’initiative intitulée Action pour le maintien de la paix (A4P) du Secrétaire général lancée en 2018 et de sa stratégie de mise en œuvre, A4P+. Les actions collectives menées par l'ONU et les États Membres ont permis d'importants progrès dans la protection du personnel contre ces menaces et dans la responsabilisation des auteurs de ces crimes.

En recevant la nouvelle du prix chez lui à N'Djamena, le frère d'Abdelrazakh a déclaré aux forces de maintien de la paix de l'ONU qu'il ressentait un mélange d'émotions de profonde douleur et de fierté.

« Je suis très ému de la reconnaissance accordée à mon frère aujourd'hui. Je suis tellement fier de lui", a-t-il déclaré. Il a donné sa vie pour protéger celle des autres. Les hommes passent mais leurs mérites restent. Que le monde se souvienne toujours de lui.”

Ahmet a rappelé l'un des dictons préférés de son frère qu'il mentionnait régulièrement à sa famille et à ses amis, lorsqu'on lui demandait pourquoi il voulait servir comme Casque bleu :

"Un soldat est toujours au service de sa nation et, par conséquent, son rôle est également de servir sa nation dans le monde entier."

À propos de la « Médaille Capitaine Mbaye Diagne pour acte de courage exceptionnel » :

La médaille a été nommée en l'honneur du capitaine sénégalais Mbaye Diagne qui a sauvé des centaines de vies alors qu'il était Casque bleu de l'ONU au Rwanda en 1994, avant d'être tué au combat. Elle a été créée en 2014 par le Conseil de sécurité des Nations Unies pour officiellement récompenser les Casques bleus civils et en uniforme qui font preuve d'un courage exceptionnel. Cette année, ce n'est que la deuxième fois que la Médaille est décernée.