Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Comment l'école primaire de Loya est devenue un sanctuaire pour les filles

Get monthly
e-newsletter

Comment l'école primaire de Loya est devenue un sanctuaire pour les filles

La nuit, les salles de classe de cette école du nord du Kenya servent de dortoirs pour protéger les élèves des mariages précoces.
Afrique Renouveau: 
9 Mai 2022
Certaines des filles qui sont pensionnaires dans l'école montrent leur literie.
Certaines des filles qui sont pensionnaires dans l'école montrent leur literie.

L'école primaire de Loya est située à plus de 700 kilomètres de Nairobi, la capitale du Kenya, dans le nord-ouest du pays. L'école se trouve dans la partie la plus reculée du sous-comté de Loima, à environ 120 kilomètres de Lodwar, la capitale du Turkana. Elle est nichée entre les chaînes de montagnes Nachukul à la frontière entre le Kenya et l'Ouganda et les chaînes de montagnes Lorengipi à la frontière entre le Turkana et le Pokot occidental. 

En quittant la ville de Lodwar, vous remarquerez le changement de température, entre les rayons de soleil torrides de Lodwar et le temps agréable et clément de Loya. Aujourd'hui, les températures à Loya s'élèvent à 34°C, la nuit les températures descendent à environ 24°C. 

Avant la construction de l'autoroute Kitale-Lodwar en 1984, Loya était une porte d'accès au Turkana depuis Kitale. Aujourd'hui, Loya, un mot turkana signifiant "un ruisseau d'eau", fait honneur à son nom en étanchant la soif d'éducation et en offrant un refuge sûr aux filles. 

Il est 9 heures du matin un vendredi à l'école primaire de Loya. Le soleil brille à travers les fenêtres grillagées des trois salles de classe de l'école.  Paska Natem, une élève de 16 ans, est assise tranquillement et lit ses notes de sciences. Elle est une élève de huitième classe qui passera les examens nationaux à la fin de l'année. 

Natem est mère d'un petit garçon de trois ans, Gilbert, né en 2018. Si les murs de cette minuscule salle de classe qu'elle appelle désormais sa maison pouvaient parler, ils raconteraient la douleur et la résilience de cette jeune mère. Son sourire joyeux cache la douleur qu'elle a endurée. En 2018, Natem a été mariée de force à un homme âgé alors qu'elle était en septième classe. 

"J'ai été retirée de force de l'école et mariée à un homme que je ne connaissais pas. Cela m'a fait très mal, mais je n'avais pas le choix. Plus tard cette année-là, j'ai donné naissance à mon petit garçon. J'aimais tellement l'école que je savais que je devais y retourner. En 2020, je me suis enfuie et je suis allée voir mon professeur pour lui dire que je voulais retourner à l'école. Il m'a accueillie chaleureusement", a-t-elle raconté.  

Aujourd'hui, Natem est la meilleure élève de sa classe. Elle aime les mathématiques et les études sociales. Elle et son fils vivent toute l'année à l'école, ce qui la protège de son mari, qui, selon elle, les recherche depuis qu'elle lui a échappé. Son fils suit le programme pré-primaire de l'école, ce qui permet à Natem de se concentrer sur ses études. 

"J'aimerais devenir présidente du Kenya un jour, afin de pouvoir signer des lois et faire en sorte que les enfants mariés comme moi soient protégés des hommes qui s'en prennent à elles, brisant ainsi leurs rêves. J'espère que je recevrai suffisamment de soutien et les fonds nécessaires pour poursuivre mes études et réaliser mes rêves", a déclaré Natem.

Delphine Sharon, 17 ans, est une autre élève qui a trouvé un toit à l'école primaire de Loya. C'est également une élève brillante qui aime les mathématiques, les sciences et les matières en kiswahili. Comme Natem, elle est mère d'un enfant. Également victime d'une grossesse forcée en 2018, Sharon a réussi à retourner à l'école en 2020.

Pasca Natem, a class 8 pupil who dreams of becoming the president of the Republic of Kenya to protect girls against child marriage.
Pasca Natem, une élève de la classe 8 qui rêve de devenir présidente de la République du Kenya pour protéger les filles contre le mariage des enfants.

L'école primaire de Loya ne dispose que de trois salles de classe pour les 265 élèves qu'elle accueille sur huit niveaux scolaires. Pendant la journée, les élèves de deux classes différentes doivent partager une seule salle de classe. Les élèves d'un niveau font face à l'avant de la salle, ceux d'un autre niveau font face à l'arrière. À l'heure du déjeuner, les salles de classe deviennent un réfectoire. Le soir, elles se transforment en dortoir pour les filles. 

"Le soir, nous dormons sur des nattes, sans couverture, ni matelas, ni draps. Nous nous concentrons sur l'objectif d'obtenir une éducation pour aider nos enfants et notre société à l'avenir. Je souhaite devenir médecin un jour pour pouvoir soigner les pauvres gratuitement, car l'accès à des soins de santé adéquats est très coûteux", a déclaré Sharon. 

Buluma Mahelo, directeur de l'école primaire de Loya, a expliqué que l'école avait été conçue à l'origine comme une école de jour. Le personnel a toutefois décidé d'ajouter la fonction d'"internat local" afin de garder les filles à l'école et en sécurité. Il explique que l'école a acheté des nattes à 100 shillings kenyans (1 $) chacune pour que les filles puissent y dormir. L'école emploie un agent de sécurité pour protéger les filles la nuit et pendant les vacances. Sharon et Natem font partie des 10 filles qui restent à l'école pour les protéger contre le mariage des enfants. 

Sharon, Natem et une troisième élève, Abigael Nelima, ont déjà obtenu leur admission dans des écoles secondaires. Cependant, elles auront besoin de bourses d'études pour que leur rêve devienne réalité. 

"Le taux de passage [au lycée] pour les filles a chuté à cause des mariages d'enfants, des grossesses précoces, des familles dysfonctionnelles et de la pauvreté", a déclaré Buluma. "À l'âge de 12 ans, les filles sont forcées de quitter l'école et sont mariées alors qu'elles sont des enfants très brillants qui pourraient apporter des changements dans la société. C'est ce qui nous a motivés à créer notre pensionnat local pour les filles afin de les protéger et de les garder pendant qu'elles sont à l'école.

En 2021, nous avons lancé un programme intitulé "Retour des jeunes mères à l'école", dans le cadre duquel nous nous sommes rendus dans les villages pour ramener à l'école les jeunes mères qui avaient abandonné leurs études. Cependant, nous n'avions pas les moyens de subvenir aux besoins de toutes ces mères et de leurs enfants, et la majorité d'entre elles ont donc abandonné l'école, ne laissant que trois enfants, Natem, Sharon et Abigael, à l'école", a déclaré Buluma. Malgré tous ces défis, l'école a réussi à envoyer deux élèves dans des écoles nationales prestigieuses en 2019 et 2020. En 2021, trois élèves ont été admis dans des écoles nationales et plusieurs dans des écoles du comté. Les 21 candidats ont tous obtenu des admissions dans des écoles secondaires."

"Nous n'avons que trois salles de classe, un ensemble de latrines pour les filles, une source d'eau et un peu de nourriture. Nous apprécierions qu'un bienfaiteur soutienne la construction de quatre salles de classe supplémentaires, de bureaux, de latrines, d'une cuisine, d'un magasin, de dortoirs pour les garçons et les filles, et de maisons pour les enseignants", a déclaré le directeur de l'école. 

Parmi les autres services proposés par Loya pour encourager les filles à rester à l'école, citons : l'orientation et le conseil, le mentorat, la création d'un environnement adapté aux enfants, la fourniture de produits de première nécessité, de matériel pédagogique et la sensibilisation des parents à l'importance de l'éducation des filles.

Actuellement, l'école est soutenue par Frontiers Children Development Programme, une organisation non gouvernementale (ONG) nationale et un partenaire local de ChildFund Kenya. Le mandat de l'organisation est de promouvoir les soins, le bien-être et la protection des enfants. Elle encourage les membres de la communauté à prendre en charge leur propre destin en favorisant les initiatives locales.

Delphine Sharon, a class 8 young mother, with a dream of becoming a doctor to treat the poor who cannot access proper health care.
Delphine Sharon, jeune mère de famille de classe 8, rêve de devenir médecin pour soigner les pauvres qui n'ont pas accès aux soins de santé.

L'ONG, qui soutient la participation communautaire, encourage les initiatives locales. Un exemple est la création d'un potager pour l'école où sont plantées des patates douces. Les élèves cuisinent et mangent les pommes de terre. Ils les vendent également sur le marché voisin et utilisent l'argent gagné pour acheter d'autres produits essentiels, tels que de l'huile de cuisson, des serviettes hygiéniques et du savon. Ils ont également planté du chou frisé, des tomates, des épinards et des pois à vache, des légumes sains que les élèves mangent. Le fait de les cultiver et de les préparer pour les déjeuners et les dîners encourage les enfants à venir à l'école, où ils savent qu'ils auront un repas savoureux. 

"Le jardin potager de Loya a eu un impact très positif sur l'école", a déclaré Maurice Lokwaliwa, coordinateur de programme et de parrainage au sein du programme de développement des enfants de Frontiers.  "Les patates douces à chair orange sont l'une des sources naturelles les plus riches en bêta-carotène, qui se transforme en vitamine A, prévenant ainsi la cécité nocturne. Elle contient également des composants qui aident à prévenir la malnutrition et les retards de croissance. Cela garantit que les élèves reçoivent la nutrition dont ils ont besoin."   

Lokwaliwa ajoute qu'il est prévu d'augmenter la quantité d'eau pompée vers l'école, mais que ce projet est au point mort en raison de contraintes budgétaires. "Nous espérions étendre le projet d'eau et d'autres projets à l'école primaire de Loya, mais nous n'avons pas assez de fonds. Nous disposions d'environ 800 000 shillings (8 000 dollars) par projet, mais nous avons besoin d'environ 3 millions de shillings (30 000 dollars) pour achever le projet, ce qui permettra d'aider davantage de personnes", a déclaré Lokwaliwa. Avec un budget de 28 millions de shillings (280 000 dollars) pour trois ans, l'ONG met en œuvre des projets dans quatre centres éducatifs de développement de la petite enfance (ECDE) et 13 groupes d'agriculteurs.

La loi kenyane de 2001 sur les enfants a rendu illégal le mariage des enfants. Malheureusement, dans des endroits comme Loya dans le Turkana, il est pratiqué et considéré comme une norme culturelle. Selon un rapport du Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) intitulé " Family Assets Understanding and Addressing Child Marriage in Turkana ", publié en 2016, le mariage des enfants traverse les frontières sociales au Turkana, des riches et puissants attachés à la tradition aux pauvres et désespérés cherchant à échapper à la pauvreté.

Une enquête soutenue par l'UNICEF en 2014 a montré que 32 % des femmes turkana âgées de 20 à 49 ans étaient mariées avant d'avoir atteint l'âge de 18 ans ; 14 % des 15-19 ans étaient mariées ; et près de 10 % des filles étaient mariées avant l'âge de 15 ans. La même enquête a révélé que 102 femmes sur 1000 dans le Turkana avaient accouché avant l'âge de 19 ans.

Au Kenya, selon l'UNICEF 2017, la prévalence du mariage des enfants s'élève à 23 % pour les filles de moins de 18 ans et à 4 % pour les filles de moins de 15 ans. Cela signifie que le nombre d'enfants mariés au Kenya est de 527 000, ce qui le place au 20e rang mondial. 

En juillet 2020, le président Uhuru Kenyatta a créé un groupe de travail chargé d'enquêter sur les rapports de violence contre les femmes et les filles, y compris les mariages d'enfants. M. Kenyatta a également déclaré que son gouvernement s'engageait, par le biais des Objectifs de développement durable, à mettre fin au mariage des enfants d'ici 2030.