Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Le premier vaccin antipaludéen du genre offre un espoir dans la lutte contre la maladie

Get monthly
e-newsletter

Le premier vaccin antipaludéen du genre offre un espoir dans la lutte contre la maladie

En cette journée mondiale de lutte contre le paludisme, le 25 avril, nous mettons en lumière les résultats d'une initiative pilote de vaccination au Malawi.
Afrique Renouveau: 
26 Avril 2021
Seliya Lawrence et son bébé de 10 mois, qui a depuis reçu trois doses du vaccin contre le paludisme,
OMS Malawi/ Hudson Kubwalo
Seliya Lawrence et son bébé de 10 mois, qui a depuis reçu trois doses du vaccin contre le paludisme, dorment dans une moustiquaire pour renforcer leur protection contre le paludisme.

Clara Magalasi, qui vit dans un village rural près de Lilongwe, la capitale du Malawi, s'est réveillée par une matinée grise avec un ciel couvert annonçant la pluie.

Le temps ne l'a pas empêchée de parcourir les 4 kilomètres qui la séparaient du centre de santé de Chileka. Sa fille Grace Butawo, qui vient d'avoir 22 mois, devait recevoir sa quatrième et dernière dose du vaccin antipaludéen RTS,S. Elle est parfaitement consciente des avantages du vaccin. 

"Je comprends que si mon enfant reçoit les quatre doses, le vaccin lui donnera la meilleure protection contre le paludisme et le paludisme grave. Depuis que Grace est née, elle n'a jamais souffert du paludisme, contrairement à mes autres enfants qui ont connu de nombreux épisodes de paludisme lorsqu'ils avaient son âge", explique Mme Magalasi.

Lorsqu'il est ajouté aux outils de lutte contre le paludisme actuellement recommandés, le vaccin antipaludéen RTS,S peut réduire de 40 % les épisodes de paludisme chez les enfants et d'environ 30 % les cas de paludisme grave mettant la vie en danger.

Progrès du projet pilote de vaccin contre le paludisme : deux ans après

Actuellement, Grace fait partie des quelque 220 000 enfants du Malawi qui ont reçu au moins une dose de vaccin antipaludique RTS,S dans le cadre de la vaccination systématique, dans le cadre d'une mise en œuvre pilote historique en Afrique subsaharienne - dirigée par les ministères de la santé du Malawi, du Ghana et du Kenya, coordonnée par les Nations unies, par l'intermédiaire de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), et soutenue par les partenaires nationaux, régionaux et mondiaux de la santé.

Au Malawi, le paludisme fait partie des trois maladies les plus mortelles chez les enfants de moins de cinq ans, avec la pneumonie et la diarrhée. L'OMS et l'UNICEF collaborent avec les autorités sanitaires pour lutter contre cette maladie, car elle est évitable et facilement traitable si elle est détectée à temps.

Et lorsque le moment est venu, il y a deux ans, d'introduire le vaccin antipaludique dans les programmes de vaccination des enfants dans le monde, le Malawi a été le premier pays à s'engager, suivi du Ghana puis du Kenya. Le vaccin a été introduit dans le cadre d'une approche progressive ciblant 11 districts du Malawi.

À l'échelle mondiale, plus de la moitié des décès d'enfants surviennent en Afrique, et le paludisme en est une cause majeure. En janvier 2016, l'OMS a recommandé une mise en œuvre pilote du vaccin antipaludique RTS,S chez les enfants, à utiliser parallèlement à d'autres interventions de lutte contre le paludisme dans des contextes de transmission parasitaire modérée à élevée. Le vaccin antipaludique est le premier et, à ce jour, le seul vaccin capable de réduire de manière significative le paludisme chez les enfants.

Le pouvoir de l'immunisation pour accroître l'équité en matière de santé

"Pour réduire le nombre de décès d'enfants, nous pouvons nous tourner vers le potentiel d'interventions telles que le vaccin contre le paludisme, qui permet de renforcer la prévention du paludisme dans le cadre du programme de vaccination des enfants ou PEV, qui touche environ 80 % des enfants du pays. Le vaccin offre aux enfants une protection supplémentaire considérable contre le paludisme.

Clara Magalasi and her child Grace Butawo at her home in Lilongwe Rural. The child has received malaria vaccine and now has more protection against the disease. © Photo: WHO Malawi/ Hudson Kubwalo.
Clara Magalasi et sa fille Grace Butawo à son domicile de Lilongwe Rural. L'enfant a reçu un vaccin contre le paludisme et est désormais mieux protégé contre la maladie. Photo : OMS Malawi/ Hudson Kubwalo.

C'est un outil supplémentaire à côté des moustiquaires imprégnées d'insecticide (ou moustiquaires de lit) et c'est aussi une occasion d'atteindre les enfants qui n'utilisent pas encore de moustiquaires de lit ou d'autres interventions de prévention du paludisme - le vaccin antipaludique pourrait accroître l'équité dans l'accès aux interventions antipaludiques vitales", a déclaré le Dr Nonhlanhla Dlamini, représentant de l'OMS au Malawi.

Le ministère de la Santé du Malawi a mis en place des mesures de lutte contre le paludisme telles que les moustiquaires imprégnées d'insecticide (MII) et les pulvérisations intradomiciliaires d'insecticides à effet rémanent (PIR), avec le soutien de l'UNICEF et de l'OMS. Cependant, il existe encore des ménages dans des zones difficiles à atteindre qui ne bénéficient pas encore de ces interventions.

Comme le dit Seliya Lawrence, également originaire de la région rurale de Lilongwe, sa maison n'a jamais reçu d'insecticides, mais son bébé de 10 mois a reçu jusqu'à présent trois doses de vaccin contre le paludisme.

"Je connais le programme IRS mais il n'a pas été mis en place dans notre région. Je suis reconnaissante que mon enfant reçoive le vaccin contre le paludisme qui peut le protéger contre le paludisme grave", a déclaré Mme Lawrence.

Autres avantages potentiels : réduction des admissions à l'hôpital, augmentation du nombre de visites de soins préventifs.

Les visites et les admissions à l'hôpital dues au paludisme font peser une charge financière sur les personnes vulnérables. Au Malawi, près de 60 % des consultations externes d'enfants sont dues au paludisme. Les données du centre de santé de Chileka à Lilongwe indiquent une diminution des admissions à l'hôpital pour cause de paludisme chez les enfants de moins de cinq ans depuis l'introduction du vaccin. Selon les agents de santé, cette baisse pourrait être due au vaccin contre le paludisme.

"Depuis que le vaccin contre le paludisme a été introduit, il a peut-être réussi à éviter que de nombreux enfants ne soient hospitalisés", déclare Madalitso Chadewa, assistante principale de surveillance sanitaire au centre de santé de Chileka.

Selon Mme Chadewa, le projet pilote a également permis d'améliorer le taux d'acceptation des vaccinations de routine. Avant le projet pilote, la plupart des mères cessaient de se rendre dans les cliniques pour enfants de moins de cinq ans lorsque leurs enfants recevaient leur dernier vaccin contre la rougeole à 15 mois. Mais le vaccin contre le paludisme a prolongé la période de vaccination jusqu'à l'âge de 22 mois.

"Lorsque les enfants viennent à 22 mois, en plus de leur administrer la quatrième dose de RTS,S, nous effectuons également un suivi de la croissance et des contrôles de santé généraux. Ces contrôles de santé sont essentiels car ils permettent de détecter les menaces sanitaires évitables chez les enfants de moins de cinq ans", a-t-elle ajouté.

Pilote de vaccin contre le paludisme dans le cadre de COVID-19

L'ONU a aidé le Ministère de la Santé du Malawi à assurer la continuité des services essentiels de vaccination et de lutte contre le paludisme pendant la pandémie du COVID-19, y compris la vaccination contre le paludisme dans les districts pilotes. Le projet pilote de vaccination contre le paludisme s'est poursuivi sans perturbation majeure.

"Nous comprenons comment COVID-19 a mis la pression sur notre système de santé. Il est important pour nous de veiller à ce que les services de vaccination des enfants, y compris le programme de vaccination antipaludique, se poursuivent pendant cette période, car les vaccinations réduisent les maladies infantiles, sauvent des vies et contribuent à soulager le système de santé", déclare le Dr Randy Mungwira, responsable technique de l'OMS pour le programme pilote de vaccination antipaludique au Malawi.

Prochaines étapes du projet pilote de vaccin contre le paludisme

Les données et l'expérience tirées de la mise en œuvre pilote du vaccin antipaludique permettront de déterminer la meilleure façon d'atteindre les enfants avec le schéma vaccinal à quatre doses, l'impact du vaccin sur le paludisme grave et sur les vies sauvées, ainsi que la sécurité du vaccin dans le cadre d'une utilisation systématique. Jusqu'à présent, les données de sécurité accumulées sont très rassurantes.

Le pilote progresse bien, le vaccin est bien accepté par la communauté et le programme est maintenant en bonne voie pour une révision des données RTS,S et une recommandation potentielle de l'OMS pour une utilisation plus large du vaccin en Afrique sub-saharienne dès octobre 2021. Si le vaccin est recommandé pour une utilisation plus large, il pourrait constituer un nouvel ajout puissant aux outils actuellement recommandés pour lutter contre le paludisme, fournis par la plateforme de vaccination des enfants.

Le programme de mise en œuvre du vaccin contre le paludisme dans la région africaine découle du partenariat des Nations unies avec Gavi, l'Alliance pour les vaccins, le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, et Unitaid.

Pour plus d'informations, consultez le site du programme de mise en œuvre du vaccin contre le paludisme.


Mme Mukhuna travaille pour l'OMS au Malawi.

Thèmes: 
More from this author